(19)
(11)EP 2 920 377 B1

(12)FASCICULE DE BREVET EUROPEEN

(45)Mention de la délivrance du brevet:
20.12.2017  Bulletin  2017/51

(21)Numéro de dépôt: 13795834.4

(22)Date de dépôt:  28.10.2013
(51)Int. Cl.: 
E04B 1/10  (2006.01)
E04B 1/61  (2006.01)
E04B 1/35  (2006.01)
(86)Numéro de dépôt:
PCT/FR2013/052572
(87)Numéro de publication internationale:
WO 2014/076385 (22.05.2014 Gazette  2014/21)

(54)

PROCÉDÉ DE CONSTRUCTION D'UN BÂTIMENT À HAUTE ISOLATION THERMIQUE ET BÂTIMENT CONSTRUIT PAR CE PROCÉDÉ

VERFAHREN ZUM ERRICHTEN EINES GEBÄUDES MIT STARKER WÄRMEDÄMMUNG UND IN DIESEM VERFAHREN ERRICHTETES GEBÄUDE

METHOD FOR CONSTRUCTING A BUILDING HAVING STRONG THERMAL INSULATION AND BUILDING CONSTRUCTED BY MEANS OF SAID METHOD


(84)Etats contractants désignés:
AL AT BE BG CH CY CZ DE DK EE ES FI FR GB GR HR HU IE IS IT LI LT LU LV MC MK MT NL NO PL PT RO RS SE SI SK SM TR

(30)Priorité: 14.11.2012 FR 1260856

(43)Date de publication de la demande:
23.09.2015  Bulletin  2015/39

(73)Titulaire: PopUp-House
13100 Aix-en-Provence (FR)

(72)Inventeur:
  • THIERCELIN, Corentin
    F-13820 Ensues (FR)

(74)Mandataire: Brungard, Yves Francois 
Actalium 29, rue de Sarre
57070 Metz
57070 Metz (FR)


(56)Documents cités: : 
DE-U1-202004 020 808
GB-A- 2 440 803
FR-A3- 2 037 268
US-A- 5 353 560
  
      
    Il est rappelé que: Dans un délai de neuf mois à compter de la date de publication de la mention de la délivrance de brevet européen, toute personne peut faire opposition au brevet européen délivré, auprès de l'Office européen des brevets. L'opposition doit être formée par écrit et motivée. Elle n'est réputée formée qu'après paiement de la taxe d'opposition. (Art. 99(1) Convention sur le brevet européen).


    Description


    [0001] La présente invention concerne un nouveau procédé de construction de bâtiment à haute isolation thermique, et un bâtiment construit au moyen de ce procédé.

    [0002] On connaît déjà des procédés de construction de bâtiments visant notamment à améliorer l'isolation thermique. De manière générale, les concepts développés consistent à utiliser essentiellement des panneaux de matière à faible coefficient de transfert thermique, tels que par exemple du polystyrène expansé. Dans certains cas, ces panneaux servent uniquement à constituer les parois d'une construction dont la structure est une charpente qui assure à elle seule la résistance mécanique requise, les panneaux isolants ayant pour seule fonction la réalisation de parois et cloisons et l'isolation thermique, donc sans assurer de fonction structurelle du point de vue de la résistance mécanique du bâtiment.

    [0003] D'autres procédés ont aussi été développés, visant à utiliser au maximum les panneaux isolants légers comme éléments de structure. Il a ainsi été déjà proposé de réaliser des bâtiments uniquement par assemblage de panneaux en polystyrène collés entre eux. Cependant, dans ce type de construction, il est couramment prévu de revêtir les murs ainsi formés par une couche de mortier armé, servant de renfort mécanique pour supporter les descentes de charge et servant aussi de parement résistant aux chocs, aux intempéries, etc.

    [0004] Il a aussi été proposé de réaliser des panneaux ou des blocs de matière isolante légère intégrants de tels parements, et d'assembler ceux-ci par collage ou autres procédés. Par exemple, il a déjà été proposé de réaliser de tels panneaux à âme épaisse en polystyrène et parements minces en résine, et de les assembler par un joint de résine recouvrant les bords des panneaux et solidarisant les parements de panneaux adjacents.

    [0005] Le document US3755982 décrit notamment un système de panneaux en matériau léger ayant de hautes caractéristiques d'isolation et dont les chants comportent des rainures longitudinales. Ces panneaux peuvent notamment être assemblés par un joint large en matériau durcissable, coulé entre les chants de deux panneaux adjacents et pénétrant donc dans les rainures, et assurant ainsi un joint étanche et résistant. De plus, ce matériau durcissable forme, une fois durci, un poteau assurant une résistance aux charges.

    [0006] US3254464 montre des panneaux alvéolaires isolants en polyuréthanne recouverts d'une peau et des clavettes de liaison entre les panneaux, s'insérant dans les demi-alvéoles en creux formées sur les chants des panneaux. Mais ce système nécessite des panneaux de forme complexe, et l'utilisation de poteaux en bois insérés dans au moins certaines des alvéoles pour assurer la résistance mécanique des cloisons ainsi formées.

    [0007] EP0190818 montre un système d'assemblage similaire, mais pour des panneaux isolants de forme plus simple, pleins et à faces planes. Dans ce système, les panneaux sont assemblés avec interpositions de poteaux, les liaisons entre les panneaux et les poteaux étant aussi réalisés par des clavettes longitudinales. CA1116371 montre aussi un système similaire, mais dans lequel les poteaux situés à chaque jonction entre panneaux sont remplacés par de simples clavettes, la résistance réduite de celles-ci étant compensée par l'insertion de raidisseurs dans des rainures formées dans les faces des dits panneaux. EP0294079 décrit aussi un système d'assemblage par clavettes ou rainures et languettes.

    [0008] Ces différents systèmes présentent notamment l'inconvénient de devoir réaliser sur les chants des panneaux des rainures ou autres formes nécessaires à l'emboîtement. GB 2440803 A divulgue un bâtiment à haute isolation thermique avec les caractéristiques du préambule de la revendication 1.

    [0009] La présente invention a pour but de résoudre les problèmes évoqués ci-dessus, et vise en particulier à simplifier la construction des murs, plafonds et planchers, et à assurer l'isolation thermique de bâtiments en utilisant exclusivement des éléments de construction légers.

    [0010] Avec ces objectifs en vue, l'invention a pour objet un procédé de construction d'un bâtiment à haute isolation thermique dont certaines au moins des parois sont essentiellement constituées de panneaux en matériau thermiquement isolant de faible densité tel que défini dans la revendication 9. Le procédé de construction permet ainsi de simplifier grandement la construction, en utilisant des panneaux avec des chants plans, pouvant être obtenus par une simple coupe droite, et ne nécessitant aucune mise en forme particulière des chants telle que réalisation de rainures ou languettes, etc.

    [0011] Selon l'invention, les panneaux sont assemblés en étant serrés entre les deux planches situées sur des chants opposés des panneaux. L'assemblage peut être réalisé par vissage d'une planche sur l'autre à travers la largeur du panneau enserré entre lesdites planches, au moyen de vis à bois longues, ou par cerclage entourant à la fois les planches et le panneau enserré entre lesdites planches.

    [0012] L'invention a aussi pour objet un bâtiment à haute isolation thermique dont certaines au moins des parois sont essentiellement constituées de panneaux en matériau thermiquement isolant de faible densité, tel que défini dans la revendication 1. Par paroi, on doit ici comprendre tant des parois verticales constituant des murs porteurs ou autres cloisons, que des parois horizontales constituant des dalles ou plafonds, ou aussi des parois inclinées pouvant par exemple constituer des couvertures de bâtiment. Les zones de jonction sont constituées entre les chants de deux panneaux assemblés côte à côte dans un même plan, ou entre le chant d'un panneau et une face d'un autre panneau, dans le cas d'assemblage en angle. On peut aussi, en fonction de la géométrie des bâtiments, avoir des assemblages en biseaux, sur les chants ou même sur les bords des faces, pour réaliser tous les angles souhaités.

    [0013] L'invention permet d'assurer une très bonne isolation thermique de bâtiments en utilisant exclusivement des éléments de construction légers dans de fortes épaisseurs, typiquement de 150 à 500 mm ou plus, préférentiellement d'environ 300 mm. La légèreté des éléments et leur forte résistance résultant de leur épaisseur facilitent leur mise en oeuvre et leur transport, et confère à la construction de bonnes propriétés mécaniques et sismiques. Ces différents avantages contribuent à diminuer les délais et coûts de fabrication. La largeur des zones de jonction, et donc la largeur des planches, étant au moins égale à l'épaisseur des panneaux, ou supérieure dans le cas d'assemblages d'angles en biseaux, il en résulte une grande résistance à la flexion des planches dans le sens de leur plan. Par ailleurs, malgré la relativement faible épaisseur des planches, la liaison de celles-ci avec les panneaux empêche aussi leur déformation en flexion transversalement à leur plan ou en torsion, et donc supprime tout risque de flambement sous charge verticale quand les planches sont verticales. Lorsque les panneaux sont horizontaux, pour des dalles, ou inclinés, pour des toitures, là aussi les panneaux assurent que les planches vont rester planes, dans un plan vertical, sans possibilité de torsion, et donc avec la meilleure résistance possible en flexion grâce à la relativement grande largeur des planches.

    [0014] C'est donc bien la combinaison et l'assemblage rigide des planches et de panneaux qui assurent la résistance globale des parois ainsi constituées, qu'elles soient disposées verticalement, horizontalement ou inclinées, tant que les planches sont elles-mêmes dans un plan sensiblement vertical. On notera aussi que, en conséquence, les planches peuvent servir avantageusement à la fixation d'éléments lourds sur les murs ou plafonds, par exemple des cumulus ou tout autre accessoire classique de masse importante.

    [0015] Un autre avantage de l'invention est la sécurité en cas d'incendie, par rapport aux constructions en panneaux isolants selon l'art antérieur, malgré l'utilisation de matériaux isolants tels que le polystyrène expansé. En effet, en cas d'incendie, le polystyrène va fondre, mais les planches vont résister au feu plus longtemps et, en restant assemblées entre-elles, continuer à assurer une certaine résistance de la structure malgré la disparition des panneaux isolants.

    [0016] On notera aussi que, notamment grâce à la légèreté des matériaux utilisés, un bâtiment formé par ces cloisons peut être aisément assemblé sur place, mais il est aussi possible de préfabriquer des murs complets en atelier, puis de transporter ces murs préfabriqués et les assembler sur le chantier, ce qui permet la réalisation d'un bâtiment en un temps très réduit.

    [0017] Quel que soit le mode de réalisation, on pourra aussi utiliser des planches accolées sur les chants libres des panneaux, que ce soit sur une extrémité d'about d'un mur ou dans les angles où un chant est apparent du côté sortant de l'angle, pour renforcer ces abouts ou ces angles.

    [0018] Les panneaux sont préférentiellement en mousse expansée du type : polystyrène expansé, polystyrène extrudé, mousse de polyuréthane, mousse résolique. On pourra aussi utiliser des panneaux de fibre de bois, laine de roche compacte, laine de verre compacte, ou en liège. De manière générale, on utilisera des matériaux présentant les meilleurs caractéristiques possibles en termes d'isolation thermique, et de faible masse volumique, de manière que même des panneaux de grande dimension puissent être manipulés avec le minimum de matériel de transport et de levage et le minimum de main d'oeuvre, en particulier être manipulés et mis en oeuvre par une seule ou deux personnes.

    [0019] Les planches sont préférentiellement en bois d'oeuvre, bois contreplaqué, bois multiplis, lamibois, etc, avec la possibilité d'un traitement d'ignifugation.

    [0020] Elles pourraient aussi être en matière rigide, présentant une résistance au feu, par exemple sous forme de lames de bois composite ou métalliques.

    [0021] Les planches ont une largeur sensiblement égale à l'épaisseur des panneaux, et une épaisseur faible par rapport à leur largeur, dans un rapport compris typiquement entre 1/8 et 1/15. Par exemple, la section de ces planches pourra être de 30 cm X 3 cm, soit un rapport de l'ordre de 10 entre largeur et épaisseur.

    [0022] La faible épaisseur des planches présente aussi l'avantage d'un poids faible, pour être aisément manipulable par une personne seule. Ainsi, un bâtiment conforme à l'invention pourra être réalisé avec un minimum de matériel de manutention et très peu de main d'oeuvre.

    [0023] Malgré la faible épaisseur des planches, l'assemblage par serrage des panneaux entre deux planches, permet d'obtenir une très bonne résistance mécanique. En effet, en premier lieu, les panneaux assurent le contreventement des différentes parois, et empêchent donc les déformations d'ensemble de la construction. En étant serré entre deux planches, les panneaux empêchent aussi les déformations des planches, notamment en flexion et torsion, et compensent en quelque sorte la relative flexibilité des planches résultant de leur faible épaisseur, pour conserver et améliorer leur résistance en compression selon la direction longitudinale. Les panneaux empêchent donc le flambement des planches même sous charge axiale importante. Ils empêchent aussi la torsion des planches, d'où il résulte aussi, grâce à la relativement grande largeur des planches, une grande résistance aussi à la flexion dans le plan général des planches. Ceci compense, dans l'assemblage de planches et panneaux, la relativement faible résistance à la flexion des panneaux isolants qui ont une épaisseur sensiblement égale à la larguer des planches. Cette grande résistance à la flexion ainsi obtenue par l'assemblage de planches et panneaux permet notamment la réalisation de dalles et de toitures.

    [0024] Dans la mesure où les planches ont une largeur égale ou supérieure à l'épaisseur des panneaux, il est possible de fixer sur les chants des planches, du côté intérieur ou extérieur de la cloison ou encore des deux côtés, des tasseaux ou autres profilés permettant d'y fixer des revêtements de protection ou décoratifs de tous types connus. Des tasseaux ou profilés similaires, fixés sur les chants des planches peuvent aussi servir à lier entre elles des planches distantes et ainsi consolider l'assemblage des planches et panneaux. Ces tasseaux peuvent être disposés perpendiculairement aux planches, ou aussi obliquement pour réaliser un contreventement complémentaire à celui qui est obtenu de manière générale par les panneaux eux-mêmes.

    [0025] Un revêtement classique, par exemple de type enduit armé, composite, etc., peut être appliqué sur les murs ainsi constitués conformément à l'invention, c'est-à-dire appliqué directement sur les panneaux et sur les chants des planches. Typiquement, un tel revêtement pourra être appliqué sur les faces extérieures des murs, et un revêtement décoratif, plaques de plâtre cartonnées, lambris, etc. sera fixé sur des tasseaux horizontaux reliant les planches et fixés sur les chants de celles-ci, comme indiqué précédemment. D'autres revêtements pourront aussi être fixés de manière similaire : panneaux de bois, plaques fibrées, bardage métallique, pare-pluie, etc. Lorsque l'invention est utilisée pour réaliser une dalle, un plancher pourra être posé de manière classique sur des lambourdes fixées sur les chants des planches, ou même directement sur les planches si leur écartement permet une telle utilisation des planches directement comme lambourdes. De manière similaire, si l'invention est utilisée pour réaliser un plafond, on pourra fixer sur les chants des planches des profilés classiques de suspension de plafond, ou éventuellement fixer des plaques de plâtre cartonnées directement sur le chant inférieur des planches.

    [0026] D'autres caractéristiques et avantages apparaîtront dans la description qui va être faite d'un bâtiment conforme à l'invention, et de son procédé de réalisation.

    [0027] On se reportera aux dessins annexés dans lesquels :
    • la figure 1 est une vue en perspective d'un tel bâtiment,
    • la figure 2 est une vue similaire, avec une partie de l'étage supprimée pour montrer la structure des murs, plancher et toiture,
    • la figure 3 est une vue en perspective montrant un exemple d'assemblage des panneaux et planches selon un exemple non visé par l'invention mais utile à sa compréhension,
    • la figure 4 est une vue en perspective montrant un exemple d'assemblage des panneaux et planches selon un exemple non visé par l'invention mais utile à sa compréhension,
    • la figure 5 est une vue en perspective montrant un exemple d'assemblage des panneaux et planches selon un premier mode de réalisation.
    • la figure 6 est une vue en perspective montrant un exemple d'assemblage des panneaux et planches selon un deuxième mode de réalisation.


    [0028] Le bâtiment représenté figures 1 et 2 est une maison de forme simple, à un étage. Les dalles bases et haute 1a, 1b, les murs 2 et le toit 3 sont réalisés conformément à l'invention, par assemblage de panneaux 10 de polystyrène de dimensions typiquement 2,6 m X 1,2 m X 0,3 m d'épaisseur et de planches 20 en contreplaqué d'épaisseur 3 cm.

    [0029] Sur la figure 2, on voit bien notamment la réalisation de la dalle supérieure 1b et de la toiture conformément à l'invention, les planches 20' de la dalle et de la toiture reposant respectivement sur les extrémités des planches 20" des murs.

    [0030] Les murs peuvent être pré-assemblés au sol avant d'être érigés et liés aux murs déjà montés, par collage, ou vissage par exemple, au niveau des angles.

    [0031] La figure 3 montre l'assemblage des panneaux et des planches selon un exemple non visé par l'invention mais utile à sa compréhension, dans lequel les chants des panneaux 10 sont collés sur les planches 20. Au niveau des angles, les planches de la cloison verticale reposent sur le côté des planches constituant la dalle, et peuvent y être fixés par tous moyens de fixation classiques. Les panneaux constituant les murs sont aussi collés sur ceux constituant la dalle.

    [0032] La figure 4 montre l'assemblage des panneaux et des planches selon un exemple non visé par l'invention mais utile à sa compréhension, dans lequel des lames 30 sont fixées sur les chants des planches 20 pour constituer des profilés en I, et les chants 11 des panneaux sont insérés à force entre les ailes des dits profilés. Il en résulte un emboîtement des bords des panneaux dans lesdits profilés, assurant l'assemblage rigide des panneaux avec les planches. Cet assemblage par encastrement peut être complété par un collage des panneaux sur les âmes ou entre les ailes des profilés. Dans le cas où les panneaux ne sont pas collés sur les profilés, on pourra garantir le maintien de l'emboîtement des panneaux dans les profilés en reliant entre eux les profilés d'un même ensemble de panneaux coplanaires, par exemple par des tasseaux comme cela sera indiqué par la suite. Un avantage de cet assemblage par encastrement, sans collage, c'est qu'il permet un démontage aisé de la construction, et un recyclage facile des matériaux en cas de déconstruction. La figure 4 montre aussi l'utilisation de tasseaux 40 horizontaux fixés par vis sur les lames 30 et les chants des planches 20. Ces tasseaux 40 relient entre elles plusieurs planches 20, comme expliqué précédemment, et permettent aussi d'y fixer un revêtement intérieur, tel que par exemple des plaques de plâtre. Des gaines électriques peuvent être placées entre les panneaux 10 et ces plaques ou tout autre revêtement de finition, et maintenues par les tasseaux 40.

    [0033] La figure 5 montre l'assemblage des panneaux et des planches selon un premier mode de réalisation, dans lequel on assemble les planches 20 par vissage, de manière à enserrer un panneau 10 entre deux planches. On utilise à cette fin des vis à bois spéciales 50, de grande longueur et ayant un diamètre de l'ordre de 6 mm par exemple, dont la longueur est adaptée pour traverser, à partir d'une planche 20a posée en dernier lieu, toute la largeur du panneau 10, et se visser dans la planche 20b posée précédemment, situé de l'autre côté du panneau 10. Ce mode d'assemblage bénéficie de la facilité de traverser les panneaux isolants légers par les vis 50. De plus, le serrage des vis assure un très bon contact, sous pression, des planches avec les chants des panneaux. Ceci améliore la résistance de l'ensemble, favorisée par la présence des vis formant une sorte d'armature dans l'épaisseur de la paroi et par le frottement, résultant du serrage des vis, entre les planches 20 et les chants des panneaux 10.

    [0034] Le montage d'un paroi selon ce mode de réalisation se fait simplement en commençant par assembler un premier panneau entre deux planches vissées l'une sur l'autre. Puis on ajoute un deuxième panneau dont le chant est placé contre l'une des planches et on place une troisième planche que l'on visse sur la planche déjà en place à travers le deuxième panneau, et ainsi de suite. Pour le démontage et le recyclage de cette construction, il suffit de dévisser les vis 50, pour séparer les planches et les panneaux, en commençant le démontage par la dernière planche mise en place lors du montage.

    [0035] La figure 6 montre l'assemblage des panneaux et des planches selon un deuxième mode de réalisation, dans lequel on assemble les planches 20 par cerclage, au moyen de feuillard d'acier 60 par exemple. Pour le montage, comme on le voit sur la figure 6, il suffit de placer les feuillards 60a, devant servir à assembler un panneau et une nouvelle planche sur une planche 20b déjà en place, entre la dite planche 20 b et le panneau 10a avant de cercler définitivement ladite planche 20b sur le panneau 10a, et ainsi de suite.

    [0036] Dans le cas des modes de réalisation des figures 5 et 6 des tasseaux, notamment des tasseaux horizontaux, peuvent aussi être fixés directement sur les chants des planches 20, pour servir de support à un revêtement, comme expliqué précédemment, en permettant le passage des gaines, conduits ou câble entre ledit revêtement et la surface des panneaux.


    Revendications

    1. Bâtiment à haute isolation thermique dont certaines au moins des parois (1a, 1b, 2, 3) sont essentiellement constituées de panneaux en matériau thermiquement isolant de faible densité, les panneaux (10) comportant des chants uniformément plans sur toute leur épaisseur et étant assemblés entre eux avec interposition de planches (20) au niveau des zones de jonctions entre deux panneaux adjacents, les planches (20) étant liées en contact avec les panneaux (10) sur toute la longueur et la largeur des chants des panneaux au niveau des dites zones de jonction, de manière que la liaison des planches avec les panneaux empêche la déformation des planches en flexion transversalement à leur plan et en torsion et assure le contreventement des parois,le bâtiment étant caractérisé en ce que les panneaux (10) sont assemblés par serrage, chaque panneau étant serré entre les planches (20) situées sur des chants opposés dudit panneau.
     
    2. Bâtiment selon la revendication 1, caractérisé en ce que l'assemblage est réalisé par vissage d'une planche (20a) sur l'autre (20b) à travers la largeur du panneau (10) enserré entre lesdites planches, au moyen de vis à bois longues (50).
     
    3. Bâtiment selon la revendication 1, caractérisé en ce que l'assemblage est réalisé par des cerclages (60) entourant à la fois les planches (20) et le panneau (10a) enserré entre lesdites planches.
     
    4. Bâtiment selon l'une quelconque des revendications 1 à 3, caractérisé en ce que les planches (20) sont reliées par des tasseaux (40).
     
    5. Bâtiment selon la revendication 4, caractérisé en ce que les tasseaux (40) servent de support pour un revêtement intérieur ou extérieur.
     
    6. Bâtiment selon la revendication 1, caractérisé en ce que les panneaux (10) sont en un matériau choisi parmi : mousses expansées, polystyrène expansé, polystyrène extrudé, mousse de polyuréthane, mousse résolique, fibre de bois, laine de roche, laine de verre, liège, avec une épaisseur de 150 à 500 mm.
     
    7. Bâtiment selon la revendication 1, caractérisé en ce que les planches (20) sont en bois d'oeuvre ou bois contreplaqué ou bois multiplis, lamibois, bois composite.
     
    8. Bâtiment selon la revendication 1, caractérisé en ce que les planches (20) ont une largeur sensiblement égale à l'épaisseur des panneaux (10), et une épaisseur dans un rapport compris entre 1/8 et 1/15 de la largeur.
     
    9. Procédé de construction d'un bâtiment à haute isolation thermique dont certaines au moins des parois (1a, 1b, 2, 3) sont essentiellement constituées de panneaux en matériau thermiquement isolant de faible densité, où on découpe les panneaux (10) aux dimensions souhaitées avec des chants uniformément plans sur toute l'épaisseur des panneaux, et on assemble les panneaux entre eux avec interposition de planches (20) au niveau des zones de jonctions entre deux panneaux adjacents, les planches étant liées en contact avec les panneaux sur toute la longueur et la largeur des chants des panneaux au niveau des dites zones de jonction, de manière que la liaison des planches avec les panneaux empêche la déformation des planches en flexion transversalement à leur plan et en torsion et assure le contreventement des parois, ledit procédé caractérisé en ce qu'on serre les panneaux (10) entre les deux planches (20) situées sur des chants opposés des panneaux, par vissage d'une planche sur l'autre à travers la largeur du panneau enserré entre lesdites planches, ou par cerclage entourant à la fois les planches et le panneau enserré entre lesdites planches.
     


    Ansprüche

    1. Gebäude mit starker Wärmedämmung, bei dem mindestens bestimmte Wände (1a, 1b, 2, 3) im Wesentlichen aus Platten aus thermisch dämmendem Material geringer Dichte bestehen, wobei die Platten (10) über ihre gesamte Dicke mit einheitlich ebenen Kanten versehen und untereinander durch Zwischenfügen von Brettern (20) auf Höhe der Verbindungsbereiche zwischen zwei nebeneinanderliegenden Platten verbunden sind, wobei die Bretter (20) auf Höhe der vorgenannten Verbindungsbereiche über die gesamte Länge und Tiefe der Plattenkanten so mit den Platten (10) verbunden sind, dass die Verbindung der Bretter mit den Platten die Biegeverformung der Platten quer zu ihrer Ebene und ihre Torsionsverformung verhindert und die Versteifung der Wände sicherstellt, wobei das Gebäude dadurch gekennzeichnet ist, dass die Platten (10) durch Einspannen montiert werden, wobei jede Platte zwischen den Brettern (20) an den gegenüberliegenden Kanten dieser Platte eingespannt ist.
     
    2. Gebäude nach Anspruch 1, dadurch gekennzeichnet, dass die Montage durch Verschraubung eines Bretts (20a) mit einem anderen (20b) über die Breite der zwischen diesen Brettern eingespannten Platte (10) mittels langer Holzschrauben (50) erfolgt.
     
    3. Gebäude nach Anspruch 1, dadurch gekennzeichnet, dass die Montage durch Umreifungen (60) ausgeführt wird, die gleichzeitig die Bretter (20) und die zwischen diesen Brettern eingespannte Platte (10a) umfassen.
     
    4. Gebäude nach einem der Ansprüche 1 bis 3, dadurch gekennzeichnet, dass die Bretter (20) durch Leisten (40) miteinander verbunden sind.
     
    5. Gebäude nach Anspruch 4, dadurch gekennzeichnet, dass die Leisten (40) als Träger für Innen- oder Außenverkleidung dienen.
     
    6. Gebäude nach Anspruch 1, dadurch gekennzeichnet, dass die Platten (10) aus einem der nachfolgenden Materialien bestehen: expandiertem Schaum, geschäumtem Polystyrol, extrudiertem Polystyrol, Polyurethanschaum, Phenolschaum, Holzfaser, Steinwolle, Glaswolle, Kork mit einer Dicke von 150 bis 500 mm.
     
    7. Gebäude nach Anspruch 1, dadurch gekennzeichnet, dass die Bretter (20) aus Bauholz oder Sperrholz oder Schichtholz, Furnierschichtholz, Holz-Kunststoff-Verbundwerkstoff bestehen.
     
    8. Gebäude nach Anspruch 1, dadurch gekennzeichnet, dass die Bretter (20) eine Breite aufweisen, die im Wesentlichen der Dicke der Platten (10) entspricht, und dass ihr Verhältnis Dicke zu Breite zwischen 1:8 und 1:15 liegt.
     
    9. Bauverfahren von einem Gebäude mit starker Wärmedämmung, bei dem mindestens bestimmte Wände (1a, 1b, 2, 3) im Wesentlichen aus Platten aus thermisch dämmendem Material geringer Dichte bestehen, bei dem man die Platten (10) mit einheitlich ebenen Kanten über die gesamte Dicke der Platten auf die gewünschten Abmessungen zuschneidet und die Platten untereinander durch das Zwischenfügen von Brettern (20) auf Höhe der Verbindungsbereiche zwischen zwei nebeneinanderliegenden Platten montiert, wobei die Bretter auf Höhe der vorgenannten Verbindungsbereiche über die gesamte Länge und Tiefe der Plattenkanten so mit den Platten verbunden sind, dass die Verbindung der Bretter mit den Platten die Biegeverformung der Platten quer zu ihrer Ebene und ihre Torsionsverformung verhindert und die Versteifung der Wände sicherstellt, wobei dieses Verfahren dadurch gekennzeichnet ist, dass die Platten (10) zwischen zwei Brettern (20) eingespannt werden, die an den gegenüberliegenden Kanten der Platten liegen, durch Verschrauben einer Platte mit einer anderen über die Breite der zwischen diesen Brettern eingespannten Platte oder durch Umreifung, die gleichzeitig die Bretter und die zwischen diesen Brettern eingespannte Platte umfasst.
     


    Claims

    1. High thermal insulation building where at least some of the walls (1a, 1b, 2, 3) are mainly constructed of low-density thermally insulating materials, the panels (10) comprising uniformly flat edges over their complete thickness and being assembled together with inserted boards (20) at the junction zones between two adjacent panels, the boards (20) being joined in contact with the panels (10) over the complete length and width of the edges of the panels at said junction zones so that the connection of the boards with the panels prevents the bending deformation of the boards transversally to their planes and their twisting deformation and ensures the bracing of the walls, the building being characterised in that the panels (10) are assembled by clamping, each panel being clamped between the boards (20) on the opposite edges of said panel.
     
    2. Building according to claim 1, characterised in that the assembly is achieved by screwing one board (20a) to the other board (20b) through the width of the panel (10) clamped between said boards, by means of long wood screws (50).
     
    3. Building according to claim 1, characterised in that the assembly is achieved by strappings (60) around both the boards (20) and the panel (10a) clamped between said boards.
     
    4. Building according to any one of claims 1 to 3, characterised in that the boards (20) are connected by battens (40).
     
    5. Building according to claim 4, characterised in that the battens (40) act as support for an inner or outer cladding.
     
    6. Building according to claim 1, characterised in that the panels (10) are made of a material chosen from among: expanded foams, expanded polystyrene, extruded polystyrene, polyurethane foam, resolic foam, wood fibre, rock wool, glass wool, cork, with a thickness from 150 to 500 mm.
     
    7. Building according to claim 1, characterised in that the boards (20) are made of timber or plywood or multilayer wood, laminated wood, composite wood.
     
    8. Building according to claim 1, characterised in that the boards (20) have a width substantially equal to the thickness of the panels (10) and a thickness in a ratio included between 1/8 and 1/15 of the width.
     
    9. Construction process for a high thermal insulation building where at least some of the walls (1a, 1b, 2, 3) are mainly constructed of low-density thermally isolating materials where the panels (10) are cut to the required dimensions with edges uniformly flat over the complete thickness of the panels and the panels are assembled together with inserted boards (20) at the junction zones between two adjacent panels, the boards being joined in contact with the panels over the complete length and width of the edges of the panels at said junction zones so that the connection of the boards with the panels prevents the bending deformation of the boards transversally to their planes and their twisting deformation and ensures the bracing of the walls, said process characterised in that the panels (10) are clamped between the two boards (20) located on opposite edges of the panels, by screwing one panel to the other through the width of the panel clamped between said boards, or by strapping around both the boards and the panel clamped between said boards.
     




    Dessins












    RÉFÉRENCES CITÉES DANS LA DESCRIPTION



    Cette liste de références citées par le demandeur vise uniquement à aider le lecteur et ne fait pas partie du document de brevet européen. Même si le plus grand soin a été accordé à sa conception, des erreurs ou des omissions ne peuvent être exclues et l'OEB décline toute responsabilité à cet égard.

    Documents brevets cités dans la description