(19)
(11)EP 3 090 850 B1

(12)FASCICULE DE BREVET EUROPEEN

(45)Mention de la délivrance du brevet:
03.06.2020  Bulletin  2020/23

(21)Numéro de dépôt: 16162876.3

(22)Date de dépôt:  30.03.2016
(51)Int. Cl.: 
B27M 3/04  (2006.01)
E04F 15/02  (2006.01)
F16B 12/20  (2006.01)

(54)

MOYEN DE FIXATION DE LAMES DE REVÊTEMENT DE SURFACE ET UTILISATION

BEFESTIGUNGSMITTEL VON BELÄGEN ZUR OBERFLÄCHENBESCHICHTUNG UND ANWENDUNG

MEANS FOR ATTACHING SURFACE COATING BLADES AND USE


(84)Etats contractants désignés:
AL AT BE BG CH CY CZ DE DK EE ES FI FR GB GR HR HU IE IS IT LI LT LU LV MC MK MT NL NO PL PT RO RS SE SI SK SM TR

(30)Priorité: 14.04.2015 BE 201505237

(43)Date de publication de la demande:
09.11.2016  Bulletin  2016/45

(73)Titulaire: Bewood SA
9570 Wiltz (LU)

(72)Inventeur:
  • Deschampheleire, Sébastien
    4190 Ferrière (BE)

(74)Mandataire: Bosch, Henry et al
Office Hanssens SPRL Rue Franz Merjay 21
1050 Bruxelles
1050 Bruxelles (BE)


(56)Documents cités: : 
WO-A1-2006/011173
DE-A1-102013 106 251
US-A1- 2015 096 256
WO-A1-2015/109780
US-A1- 2013 025 228
  
      
    Il est rappelé que: Dans un délai de neuf mois à compter de la date de publication de la mention de la délivrance de brevet européen, toute personne peut faire opposition au brevet européen délivré, auprès de l'Office européen des brevets. L'opposition doit être formée par écrit et motivée. Elle n'est réputée formée qu'après paiement de la taxe d'opposition. (Art. 99(1) Convention sur le brevet européen).


    Description


    [0001] La présente invention concerne un étrier de fixation de lame selon le préambule de la revendication 1 et l'utilisation de l'étrier selon le préambule de la revendication 6. Un tel étrier et son utilisation sont connus du document WO 2006/011173A1. Un tel étrier et son utilisation sont destinés à former un revêtement de surface de construction, tel un plancher ou un bardage, les lames comportant une rainure longitudinale de chaque côté longitudinal essentiellement perpendiculaire aux faces extérieure et intérieure.

    [0002] Elle concerne également une surface de revêtement, comme un revêtement de terrasse ou un bardage, qui se compose de lames, notamment en bois ou en matériau composite, comportant une rainure longitudinale de chaque côté longitudinal essentiellement perpendiculaire aux faces extérieure et intérieure, lames juxtaposées essentiellement parallèlement et montées sur lambourdes.

    [0003] On connaît divers moyens de fixation de lames du type susmentionné. Le moyen de fixation couramment utilisé consiste en une pièce métallique ou en matériau synthétique qui présente une section essentiellement en forme de T dont la tête du T s'engage dans les rainures de lames opposées et le montant du T sert de guidage à une vis de fixation dans les lambourdes.

    [0004] Le montage de ce genre de revêtement exige beaucoup de temps et est, de ce fait, assez onéreux. Aussi la présente invention cherche-t-elle à réduire le temps de montage de lames de revêtement de surfaces de construction ; elle cherche notamment à réduire le temps de montage d'un revêtement de terrasse ou de bardage. L'invention cherche plus particulièrement à réduire le temps de montage en éliminant ou en réduisant significativement le temps de vissage, notamment le temps de vissage des moyens de fixation des lames sur les lambourdes.

    [0005] La présente invention propose un ensemble de fixation pour lames destinées à former un revêtement de plancher ou un bardage, les lames comportant une rainure longitudinale de chaque côté longitudinal essentiellement perpendiculaire aux faces extérieure et intérieure, ledit ensemble de fixation comportant (i) une lambourde de section essentiellement rectangulaire dont l'une au moins des faces longitudinales essentiellement perpendiculaires à la surface de montage comporte une gorge longitudinale, et (ii) un étrier de fixation essentiellement en forme de U comportant une âme et deux branches, destiné à enjamber la lambourde, l'une au moins des branches comportant un ergot formant saillie sur la face interne de ladite branche et destiné à interagir avec la gorge

    [0006] Avantageusement, l'ergot interagit avec la gorge de la lambourde par encliquetage dans ladite gorge. Cet effet d'encliquetage peut être obtenu grâce à l'utilisation d'acier ressort pour la fabrication dudit étrier.

    [0007] Selon une forme d'exécution préférée, la lambourde comporte une gorge sur deux faces opposées. Les gorges peuvent présenter une section transversale trapézoïdale afin d'empêcher l'accumulation d'eau ; celle-ci pouvant s'écouler facilement. Avantageusement, les deux branches de l'étrier comportent chacune un ergot formant saillie sur la face interne de ladite branche et destiné à s'engager par encliquetage dans la gorge pratiquée dans la lambourde

    [0008] Les ergots pratiqués dans les branches de l'étrier peuvent avantageusement être formés par emboutissage. Les crochets peuvent être obtenus par découpage et formage.

    [0009] Selon l'invention, chaque crochet comporte un segment approximativement perpendiculaire à l'âme de l'étrier et un segment contigu plié à substantiellement 90° par rapport au segment précédent et terminé par une partie légèrement écartée vers l'extérieur d'un angle de 0 à 35 °, de préférence de 15 à 30°, selon l'invention. Cet arrangement permet de faciliter l'introduction du crochet dans la rainure tout en garantissant un serrage adéquat sur l'étrier et ainsi sur la lambourde. Avantageusement, le côté latéral de la lame prend appui latéralement contre le segment substantiellement vertical des crochets. Le segment substantiellement vertical des crochets peut être légèrement incliné vers l'intérieur du crochet formé, par exemple d'un angle de 5 à 30°, de préférence d'un angle de 10 à 20°. Cette forme d'exécution permet d'obtenir une élasticité des appuis de lame qui peut s'avérer avantageux pour le réglage de l'écart entre lames.

    [0010] Les crochets peuvent encore être agencés à faible distance longitudinale l'un de l'autre, la distance étant déterminée à la surface de l'âme de l'étrier, entre les deux segments verticaux. La distance entre deux crochets opposés sur un étrier, selon la direction longitudinale, permet d'obtenir un écart voulu entre lames après montage.

    [0011] Pour le placement de lames, notamment en bois ou en matériau composite, comportant une rainure longitudinale latérale dans chaque côté longitudinal essentiellement perpendiculaire à la surface extérieure, on glisse les étriers sur les lambourdes et on les dispose contre une lame précédente de sorte que l'un au moins des crochets s'engage dans la rainure de la lame précédente. On dépose ensuite la lame suivante de sorte que sa rainure interagisse avec les crochets des étriers et ainsi de suite. Les étriers, de préférence en acier ressort, se posent facilement et sont retenus en position par les ergots et avantageusement par des coins d'arrêt connus en soi pratiqués dans les branches du U. Afin d'améliorer la fixation, on peut fixer quelques étriers par vissage mais cette opération n'est pas obligatoire. Il en résulte un montage facile et rapide. Les lames sont retenues par les extrémités de crochet introduites dans les rainures latérales longitudinales des lames.

    [0012] L'ensemble de fixation de l'invention convient particulièrement bien pour le montage de planchers de terrasse et de bardages. Le montage est facile et rapide et n'exige pas ou que peu de vis pour fixer les étriers d'assemblage.

    [0013] L'invention sera décrite plus en détails en référence à une forme d'exécution préférée en s'appuyant sur les figures annexées dans lesquelles
    • La figure 1 est une coupe longitudinale au travers d'un étrier selon l'invention ;
    • La figure 2 représente l'étrier de l'invention selon une vue de face (transversale) ;
    • La figure 3 est une vue de profil (longitudinale) de l'étrier selon l'invention ;
    • La figure 4 est une vue en plan d'un étrier selon l'invention ;
    • La figure 5 est une coupe transversale au travers d'une lambourde selon l'invention ;
    • La figure 6 est un assemblage faisant appel à l'ensemble de fixation selon l'invention ; et
    • La figure 7 et montre une variante d'exécution d'un étrier selon l'invention.


    [0014] Dans les figures, des repères de référence identiques représentent des éléments identiques ou similaires.

    [0015] En référence aux figures 1 à 4, l'étrier de fixation 1 selon l'invention présente une section essentiellement en forme de U comportant une âme 3 et deux branches 5 et 7. Chacune des branches 5 et 7 comporte un ergot 9, 11 formant saillie sur la face interne de ladite branche. En outre, chaque branche 5, 7 comporte encore un ergot d'arrêt 13, 15 en forme de coins. L'âme de l'étrier 1 comporte, à sa surface supérieure, deux crochets 17 et 19 agencés l'un à côté de l'autre mais orientés de façon opposée. Elle peut encore comporter un perçage 4.

    [0016] Les crochets 17, 19 comportent chacun un segment 17', 19' approximativement perpendiculaire à l'âme 3 de l'étrier et un segment contigu 17", 19" plié à substantiellement 90° par rapport au segment précédent 17', 19'. Selon une forme d'exécution préférée, les segments 17" et 19" se terminent par une extrémité 17"', 19"' légèrement écartée vers l'extérieur d'un angle de l'ordre de 15 à 30°.

    [0017] L'étrier peut être obtenu par pliage en forme d'U d'une feuille métallique, de préférence en acier, plus particulièrement en acier ressort, tout particulièrement en acier ressort inoxydable. Les ergots 9 et 11 et les coins d'arrêt 13 et 15 sont avantageusement obtenus par emboutissage, ou découpage et emboutissage. Les crochets également sont obtenus de façon connue en soi par découpage partiel, emboutissage éventuellement suivi d'un formage adéquat pour en arriver à la forme voulue.

    [0018] Comme on peut le voir dans les figures 1 et 3, le segment 17', 19'substantiellement vertical des crochets 17 et 19 est légèrement incliné vers l'intérieur du crochet formé, par exemple d'un angle d'environ 20°. Dans les mêmes figures, on distingue que les crochets sont agencés à faible distance longitudinale 21 l'un de l'autre, à la surface de l'âme de l'étrier.

    [0019] La figure 5 montre un profilé de lambourde 31 qui convient particulièrement bien pour l'ensemble de fixation selon l'invention. Dans la forme d'exécution représentée, il s'agit d'une lambourde en profilé d'aluminium extrudé. On peut, bien entendu, prévoir les lambourdes en d'autres matériaux, comme du bois, un matériau composite tel que du bois mélangé à de la résine, en résine polymère, ou autres. La lambourde présente une section essentiellement rectangulaire, de préférence carrée. Dans le cas d'un profilé métallique extrudé, on peut prévoir, si nécessaire, un renfort axial 33. La lambourde comporte, sur les faces longitudinales latérales 35, 37 perpendiculaires aux surfaces longitudinales d'appui 39 et de montage 41 des encoches longitudinales 43 et 45.

    [0020] En référence à la figure 6, un revêtement de terrasse est réalisé à l'aide de plusieurs lambourdes 31 placées parallèlement à une distance de l'ordre de 60 cm et recouvertes de lames 51 posées transversalement. A la figure 6, on a représenté divers modèles de lame, à savoir 51, 51' et 51", en coupe transversale. Les lames présentent une rainure longitudinale 53 dans chaque face latérale longitudinale. Les lames sont fixées sur les lambourdes à l'aide d'étriers tels que décrits ci-dessus. On peut coulisser les étriers longitudinalement sur les lambourdes et/ou les introduire par le haut sur les lambourdes. Comme les étriers sont avantageusement produits en acier ressort, de préférence en acier ressort inoxydable, les ergots 11 et 13 s'engagent par encliquetage dans les encoches 43 et 45 pratiquées dans les lambourdes. Les ergots 11 et 13 fixent les étriers dans la direction perpendiculaire au plan contenant l'âme 3. Les ergots d'arrêt, lorsqu'il y en a, fixent les étriers dans leur position longitudinale sur les lambourdes. Si nécessaire, on peut encore fixer l'un ou l'autre étrier à l'aide d'une vis au travers du perçage 4. Les lames sont retenues en position à l'aide des crochets des étriers, qui s'engagent dans les rainures latérales et qui serrent les lames sur l'âme des étriers. Selon l'invention, l'extrémité 17"', 19'" de crochet 17, 19, légèrement relevée facilite l'engagement des crochets dans les rainures correspondantes et permet d'exercer un effort de pression élastique sur les lames afin de les maintenir serrées sur les étriers eux-mêmes retenus sur les lambourdes.

    [0021] Pour le montage d'un revêtement de terrasse, par exemple, on fixe les lambourdes de manière connue en soi, on glisse, selon l'invention les étriers sur les lambourdes et on les dispose contre une première lame déjà fixée de sorte que l'un au moins des crochets s'engage dans la rainure de ladite lame. On dépose ensuite la lame suivante de sorte que sa rainure interagisse avec les crochets opposés des étriers et ainsi de suite. Il en résulte un montage facile et rapide.

    [0022] On comprendra aisément, que si les segments 17' et 19' des crochets sont légèrement inclinés vers l'intérieur du crochet, on obtient un effet d'élasticité de la butée de la lame contre le crochet qui s'engage dans sa rainure longitudinale. On améliore ainsi la facilité de montage des lames parallèlement et à une distance entre lames assez uniforme.

    [0023] Il résulte aussi de ce qui précède que si l'on prévoit une distance entre deux crochets opposés sur un étrier, selon la direction longitudinale, on peut obtenir un écart voulu entre lames après montage.

    [0024] On notera que le perçage 4 peut servir au passage d'un moyen de fixation tel qu'une vis, au cas où il serait préférable de fixer l'un ou l'autre étrier sur une lambourde. Il s'est toutefois avéré que l'utilisation de vis de fixation n'est pas nécessaire. Par ailleurs, on préférera ne pas pratiquer de perçage dans la partie de l'âme qui reste apparente entre deux lames de sorte que l'âme protège les lambourdes des effets de la pluie et autres influences néfastes. Pour ce faire, tout perçage 4 est de préférence pratiqué dans les parties de l'âme qui se trouvent sous l'une ou l'autre lame après montage.

    [0025] L'assemblage selon l'invention peut s'effectuer sans vis et est facile et rapide. En outre, le choix d'un étrier en acier inoxydable protège la lambourde et participe à une durée de vie prolongée, notamment des bois utilisés, et de ce fait de l'ensemble.

    [0026] Comme on peut le voir notamment à la figure 6, les étriers peuvent convenir pour divers modèles de lames.

    [0027] La figure 7 est une vue en plan similaire à la figure 4 d'une variante de l'étrier des figures 1 à 4, dans laquelle l'âme comporte des découpes de matière 23 et/ou 25. Cette forme d'exécution de l'étrier est d'une part plus légère et, par ailleurs, permet un rangement ou empilement moins spacieux ; ce qui peut s'avérer avantageux pour le transport et/ou le stockage.

    [0028] Bien que l'invention soit expliquée à l'appui d'un exemple de revêtement de terrasse, on peut tout aussi bien assembler un bardage de manière similaire.


    Revendications

    1. Etrier de fixation de lame (51) comportant une rainure longitudinale (43,45) des deux côtés essentiellement perpendiculaires aux faces extérieure et intérieure, essentiellement en forme de U comportant une âme (3) et deux branches (5,7), l'une au moins des branches comportant un ergot (9,11) formant saillie sur la face interne de ladite branche, l'âme (3) dudit étrier de fixation comportant sur sa face externe au moins deux crochets (17,19) agencés l'un à côté de l'autre et orientés de façon opposée, caractérisé en ce que les crochets (17,19) comportent un segment (17',19') approximativement perpendiculaire à l'âme (3) de l'étrier et un segment (17",19") contigu plié à 90° par rapport au segment précédent (17',19') et terminé par une partie (17"',19"') écartée vers l'extérieur ou relevée d'un angle de 0 à 35 °, de préférence de 15 à 30°.
     
    2. Etrier de fixation selon la revendication 1 caractérisé en ce que les deux branches (5,7) de l'étrier comportent chacune un ergot (9,11) formant saillie sur la face interne de ladite branche (5,7).
     
    3. Etrier selon l'une des revendications 1 ou 2 caractérisé en ce qu'il consiste en une feuille métallique en acier ressort en U.
     
    4. Etrier selon la revendication 1 caractérisé en ce que le segment (17',19') approximativement perpendiculaire à l'âme (3) de l'étrier est incliné vers l'intérieur du crochet formé d'un angle de 10 à 20°, par rapport à la perpendiculaire à l'âme.
     
    5. Etrier selon l'une des revendications 1 à 4 caractérisé en ce que l'une au moins des jambes (5,7) comporte un ergot d'arrêt (13,15), de préférence en coin.
     
    6. Utilisation de l'étrier selon l'une des revendications 1 à 5 pour la constitution d'un revêtement de surface de construction comportant des lames (51), de préférence en bois ou en matériau composite, comportant une rainure longitudinale (43,45) de chaque côté longitudinal essentiellement perpendiculaire aux faces extérieure (41) et intérieure (39), juxtaposées essentiellement parallèlement, caractérisée en ce qu'on fixe lesdites lames sur lambourde (31) par glissement desdits étriers (1) selon l'une des revendications 1 à 5, contre une première lame déjà fixée de sorte que l'un au moins des crochets s'engage dans la rainure de ladite lame, on dépose ensuite la lame suivante de sorte que sa rainure interagisse avec les crochets opposés des étriers, les étriers étant agencés à distances régulières sur les lambourdes (31), et les lames (51) étant retenues par les crochets (17,19) solidaires des étriers (1), qui s'engagent dans les rainures (45) longitudinales latérales.
     


    Ansprüche

    1. Befestigungsbügel von Belägen zur Oberflächenbedeckung (51), die eine Längsnut (43,45) an beiden Seiten, die im Wesentlichen senkrecht zu den Aussen- und Innenflächen sind, aufweisen, wobei der Befestigungsbügel im Wesentlichen U-förmig ausgebildet ist mit einem Steg (3) und zwei Schenkeln (5,7), wobei mindestens einer der Schenkel einen Vorsprung (9,11) aufweist, der aus der Innenseite des Schenkels herausragt, wobei der Steg (3) des Bügels auf seiner Aussenseite mindestens zwei Haken aufweist (17,19), die nebeneinander angeordnet sind und in entgegengesetzte Richtungen ausgerichtet sind, dadurch gekennzeichnet, dass die Haken (17,19) ein Segment (17',19') ungefähr senkrecht zum Steg (3) des Bügels und ein am vorherigen Segment (17',19') anschliessendes, zu 90° gebogenes Segment (17",19") umfassen, das durch ein um einen von 0° bis 35° Winkel, vorzugsweise 15° bis 30° Winkel, nach Aussen gespreiztes oder angehobenes Endstück (17'",19'") abschliesst.
     
    2. Befestigungsbügel nach Anspruch 1 dadurch gekennzeichnet, dass beide Schenkel (5,7) des Bügels je einen Vorsprung (9,11) aufweisen, der aus der Innenseite des jeweiligenSchenkels herausragt.
     
    3. Befestigungsbügel nach einem der Ansprüche 1 oder 2, dadurch gekennzeichnet, dass er aus einem U-förmigen Federstahlblech besteht.
     
    4. Befestigungsbügel nach Anspruch 1 dadurch gekennzeichnet, dass das ungefähr senkrecht zum Steg (3) des Bügels angeordnete Segment (17',19') um einen Winkel von 10° bis 20° zur Senkrechten zum Bügelsteg, zum Inneren des gebildeten Hakens hin geneigt ist.
     
    5. Befestigungsbügel nach einem der Ansprüche 1 bis 4, dadurch gekennzeichnet, dass wenigstens einer der Schenkel (5,7) eine, vorzugsweise keilförmige, Rastnase (13,15) aufweist.
     
    6. Verwendung des Befestigungsbügels nach einem der Ansprüche 1 bis 5 zur Herstellung einer Konstruktionsflächenbedeckung mit Belägen (51), vorzugsweise aus Holz oder Verbundmaterial, die eine Längsnut (43,45) an beiden Längseiten, die im Wesentlichen senkrecht zu den Aussen- (41) und Innenflächen (39) sind, aufweisen, wobei die Beläge (51) im Wesentlichen parallel aneinandergereiht sind, dadurch gekennzeichnet, dass die Beläge auf Trägern (31) befestigt werden durch Gleiten der Befestigungsbügel (1) nach einem der Ansprüche 1 bis 5 gegen einen ersten schon befestigten Belag so dass wenigstens einer der Haken sich in die Längsnut des befestigten Belags einfügt, der folgende Belag dann so angebracht wird, dass dessen Längsnut mit den entgegengesetzten Haken der Befestigungsbügel zusammenwirkt, wobei die Befestigungsbügel in regelmässigen Abständen auf die Träger (31) angebracht sind, und die Beläge (51) durch die sich in die seitlichen Längsnuten (45) einfügenden Haken (17,19) der Befestigungsbügel (1) gehalten werden.
     


    Claims

    1. Yoke for attaching surface coating blades (51) comprising a longitudinal groove (43,45) on each side which is essentially vertical to the external and internal faces of said coating blades, the said yoke being essentially U-shaped and comprising a web (3) and two flanges (5,7), at least one of which comprising a projection (9,11) projecting from the inner surface of said flange, the web (3) of said yoke bearing on its outer surface at least two hooks (17,19) arranged next to one another and oriented in opposite directions, characterized in that said hooks comprise a segment (17',19') approximately vertical to the web (3) of the yoke and a segment (17",19") contiguous with the previous segment (17',19') and folded at 90° thereto and terminated by an end segment (17"', 19"') spaced outwardly or raised by an angle of 0 to 35°, preferably of 15 to 30°.
     
    2. Yoke according to claim 1 characterized in that both of its flanges (5,7) each comprise a projection (9,11) projecting from the inner surface of the relevant flange.
     
    3. Yoke according to any of claim 1 or 2 characterized in that it consists in a spring steel metal sheet.
     
    4. Yoke according to claim 1 characterized in that the segment (17',19') approximatively vertical to the web (3) of the yoke is inclined towards the inner side of the hook as formed by an angle of 10 to 20° to a vertical to the web.
     
    5. Yoke according to any of claims 1 or 4 characterized in that one at least of the flanges (5,7) comprises a preferably wedge-shaped stop nose (13,15).
     
    6. Use of the yoke according to any of claims 1 to 5 for the formation of a construction surface cover comprising coating blades (51), preferably made of wood or of a composite material, and comprising a longitudinal groove (43,45) on each side which is essentially vertical to the external (41) and internal (39) faces of said coating blades, said coating blades being arranged one next and parallel to each other, characterized in that said blades are attached onto a cross-beam (31) by sliding said yokes (1) according to any of claims 1 to 5 against a first already attached cover blade such that one at least of the hooks engages into the groove of said first cover blade, the next cover blade being then deposited such that its groove interacts with the opposite hooks of the yokes, the yokes being arranged at regular distance on the cross-beams (31) and the cover blades (51) being retained by the hooks (17,19) which are fastened to the yokes (1) and engage into the lateral longitudinal grooves (45).
     




    Dessins















    RÉFÉRENCES CITÉES DANS LA DESCRIPTION



    Cette liste de références citées par le demandeur vise uniquement à aider le lecteur et ne fait pas partie du document de brevet européen. Même si le plus grand soin a été accordé à sa conception, des erreurs ou des omissions ne peuvent être exclues et l'OEB décline toute responsabilité à cet égard.

    Documents brevets cités dans la description