(19)
(11)EP 3 091 127 A1

(12)DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

(43)Date de publication:
09.11.2016  Bulletin  2016/45

(21)Numéro de dépôt: 16168348.7

(22)Date de dépôt:  04.05.2016
(51)Int. Cl.: 
E02D 29/12(2006.01)
(84)Etats contractants désignés:
AL AT BE BG CH CY CZ DE DK EE ES FI FR GB GR HR HU IE IS IT LI LT LU LV MC MK MT NL NO PL PT RO RS SE SI SK SM TR
Etats d'extension désignés:
BA ME
Etats de validation désignés:
MA MD

(30)Priorité: 05.05.2015 FR 1554038

(71)Demandeur: Supratec
91070 Bondoufle (FR)

(72)Inventeurs:
  • MUNOZ, José
    77760 FROMONT (FR)
  • TAPIA PARDO, Miguel
    77930 Cely en Biere (FR)

(74)Mandataire: Decorchemont, Audrey Véronique Christèle 
CABINET BOETTCHER 16, rue Médéric
75017 Paris
75017 Paris (FR)

  


(54)DISPOSITIF DE SÉCURITÉ D'ACCÈS À UNE GALERIE SOUTERRAINE


(57) Dispositif de sécurité d'accès à une galerie souterraine comprenant : un puits (1) ayant un orifice d'accès (3) équipé d'un organe de sécurité (4) associé à une serrure (6) et mobile entre une position fermée pour laquelle il obture l'orifice d'accès, et une position ouverte pour laquelle il laisse un passage suffisant pour permettre un accès à la galerie souterraine, des échelons étant fixés le long d'une paroi du puits; un tube support (7) vertical fixé à la paroi de façon adjacente aux échelons; un mât (9) monté de façon télescopique dans le tube support entre une position basse et une position haute et ayant une extrémité supérieure pourvue d'un organe d'accrochage (11) d'un élément anti-chute (15); et un organe de verrouillage (26) du mât par rapport au tube support, cet organe de verrouillage étant disposé en dessous de l'organe de sécurité mobile.




Description


[0001] La présente invention concerne un dispositif de sécurité d'accès à une galerie souterraine.

ARRIÈRE-PLAN DE L'INVENTION



[0002] On sait que pour la gestion de réseaux enterrés tels que des réseaux de distribution d'électricité ou des réseaux de distribution de gaz, il est généralement prévu des galeries souterraines auxquelles on accède par un puits comportant des échelons fixés le long d'une paroi du puits. En dehors des périodes d'intervention dans la galerie souterraine, l'orifice d'accès est fermé par une plaque ou tampon, généralement en fonte, qui recouvre un organe de sécurité mobile, tel qu'une plaque ajourée ou une grille qui est généralement montée pour pivoter autour d'un axe horizontal sur un côté de l'organe de sécurité mobile.

[0003] Lors d'une intervention, la plaque externe est tout d'abord retirée puis l'organe de sécurité mobile est relevé pour permettre le passage d'un intervenant.

[0004] L'organe de sécurité mobile est ensuite refermé par l'intervenant afin d'éviter que des passants distraits tombent dans la galerie souterraine. En outre, pour permettre un accès aisé aux premiers échelons, il est généralement prévu de fixer sur le côté de l'orifice d'accès une crosse qui sert de rampe pour la descente des premiers échelons et qui permet en outre de fixer un élément anti-chute tel qu'une longe d'un harnais de sécurité.

[0005] Dans les dispositifs existants la crosse est simplement montée de façon amovible sur un côté de l'orifice d'accès et il est donc possible pour une personne mal intentionnée de décrocher la crosse et de l'emporter de sorte que l'intervenant qui remonte de la galerie souterraine se trouve privé de rampe pour monter les derniers échelons.

OBJET DE L'INVENTION



[0006] Un premier but de l'invention est de proposer un dispositif de sécurité d'accès à une galerie souterraine qui garantisse la tranquillité d'un intervenant.

BRÈVE DESCRIPTION DE L'INVENTION



[0007] En vue de la réalisation de ce but, on propose selon l'invention un dispositif de sécurité d'accès à une galerie souterraine comprenant un puits ayant un orifice d'accès équipé d'un organe de sécurité associé à une serrure et mobile entre une position fermée dans laquelle il obture l'orifice d'accès, et une position ouverte dans laquelle il laisse un passage suffisant pour permettre un accès à la galerie souterraine, des échelons étant fixés le long d'une paroi du puits. Le dispositif de sécurité comporte un tube support vertical fixé à la paroi du puits de façon adjacente aux échelons, un mât monté de façon télescopique dans le tube support entre une position basse et une position haute et ayant une extrémité supérieure pourvue d'un organe d'accrochage d'un élément anti-chute, et un organe de verrouillage du mât par rapport au tube support, cet organe de verrouillage étant disposé en dessous de l'organe de sécurité mobile.

[0008] Ainsi, en raison de la serrure sur l'organe de sécurité, un tiers ne peut pas accéder en dessous de l'organe de sécurité de sorte que la position du mât ne peut être changée que par l'intervenant.

[0009] Selon une version avantageuse de l'invention, le dispositif comporte des moyens de positionnement du mât par rapport au tube support. Ainsi, la mise en place de l'organe de verrouillage se trouve facilitée.

[0010] De préférence, les moyens de positionnement comprennent au moins une rainure réalisée dans le tube support, avec laquelle coopère un ergot porté par le mât. De préférence encore, le dispositif comporte deux rainures diamétralement opposées avec lesquelles coopèrent deux ergots diamétralement opposés.

[0011] Selon un autre aspect avantageux de l'invention, le dispositif comporte un organe amortisseur d'un choc entre le mât et le tube support, au voisinage de la position basse du mât.

[0012] Ainsi, même si le mât tombe directement de la position haute à la position basse, le risque de détérioration du dispositif est minimisé.

[0013] Selon d'autres aspects préférés de l'invention : chaque organe amortisseur de choc est un ressort monté sur une tige épaulée elle-même montée pour coulisser librement selon la direction axiale du mât, sur une platine fixée au tube support ; chaque rainure comporte un segment horizontal affleurant une extrémité supérieure de la tige épaulée sur laquelle l'ergot prend appui ; l'organe amortisseur de choc est disposé à une distance suffisante de la position basse du mât pour qu'au moment du choc l'organe d'accrochage soit à une distance de l'organe de sécurité mobile suffisante pour ne pas heurter un pied d'un utilisateur présent sur l'organe de sécurité mobile.

[0014] Par ailleurs, il est souhaitable de sensibiliser les intervenants sur la nécessité de prendre des précautions lors d'une intervention. Dans ce but, le mât comporte un organe de blocage de l'organe de sécurité mobile tant que le mât est dans la position basse. De préférence, en relation avec un organe de sécurité mobile comportant une encoche l'organe d'accrochage de l'élément anti-chute comporte un élément de verrouillage s'étendant au-dessus de l'encoche, en travers de celle-ci pour une position basse du mât. Ainsi, un intervenant ne peut pas accéder au puits d'accès tant qu'il n'a pas amené le mât dans la position d'accrochage d'un élément anti-chute. La présence du mât déployé incite l'intervenant à y accrocher l'élément anti-chute.

BRÈVE DESCRIPTION DES DESSINS



[0015] D'autres caractéristiques et avantages de l'invention apparaîtront encore à la lecture de la description qui suit d'un mode de réalisation préféré non limitatif de l'invention en référence aux figures ci-jointes parmi lesquelles :
  • La figure 1, est une vue en perspective schématique, partiellement écorchée, du dispositif selon l'invention,
  • la figure 2, est une vue en perspective partielle agrandie,
  • la figure 3 est une vue schématique de face, partiellement interrompue
  • la figure 4 est une vue déroulée, partiellement interrompue, du tube support.

DESCRIPTION DETAILLÉE DE L'INVENTION



[0016] En référence aux figures, le dispositif de sécurité d'accès 10 est ici décrit en application à une galerie souterraine comportant de façon connue en soi un puits 1 comportant des échelons 2, et ayant à sa partie supérieure un orifice d'accès 3.

[0017] L'orifice d'accès 3 est fermé par un organe de sécurité d'accès mobile, ici une plaque ajourée 4 ou grille, montée pour pivoter autour d'une charnière horizontale 5, et maintenue dans une position fermée, illustrée sur la figure 1, par une serrure 6 représentée de façon schématique sur la figure 1.

[0018] Selon l'invention le dispositif comporte un tube support 7 fixé par des platines 8 à la paroi du puits. Un mât 9 est monté pour coulisser de façon télescopique dans le tube support 7. Le mât 9 est pourvu à son extrémité supérieure d'un organe d'accrochage d'un élément anti-chute, ici une plaque 11 fixée à l'extrémité supérieure du mât 9. La plaque 11 comporte une découpe délimitant une poignée 12, et des perçages 13 destinés à recevoir des éléments anti-chute, par exemple un mousqueton 14 associé à la longe 15 d'un harnais non représenté.

[0019] Le mât 9 est traversé par une tige 16 dont les extrémités forment des ergots 17 diamétralement opposés, engagés dans des rainures 18 diamétralement opposées du tube support 7. Les rainures 18 sont identiques l'une à l'autre et comportent chacune un segment central 19 s'étendant verticalement, associé à son extrémité supérieure à un segment horizontal 20 lui-même associé à un segment vertical 21 tourné vers le bas.

[0020] À son extrémité inférieure, le segment principal 19 est associé à un segment horizontal 22 lui-même associé à un segment vertical descendant 23.

[0021] Pour éviter un risque de cisaillement des ergots 17 lorsqu'ils atteignent l'extrémité inférieure des segments de rainure 19, on prévoit de préférence des organes amortisseurs de choc. Dans le mode de réalisation illustré les organes amortisseurs de choc sont des ressorts 28 montés sur des tiges épaulées 29 engagées dans les ressorts, la tête des tiges épaulées prenant appui sur les ressorts. Les tiges épaulées 29 sont montées pour coulisser librement, selon la direction axiale du mât 9, sur des platines 30 fixées au tube support 7, les différentes pièces étant dimensionnées pour que les ergots 17 soient en regard des segments de rainure 22 lorsque les ergots 17 sont en appui sur l'extrémité supérieure des organes amortisseurs.

[0022] Pour éviter un choc que sur le tube support lorsque les ergots 17 atteignent l'extrémité inférieure des segments de rainure 19, ceux-ci se prolongent de préférence sur quelques centimètres selon des segments de rainure 31 au-delà des segments de rainure 22.

[0023] Par ailleurs, la plaque ajourée 4 comporte une encoche 24 configurée pour recevoir la partie inférieure de la plaque 11 lorsque le mât 9 est dans la position rétractée illustrée par les figures 1 et 4. Une barrette 25 est fixée à l'extrémité supérieure du mât 9 et s'étend en travers de l'encoche 24, au-dessus de celle-ci. Pour une position rétractée du mât 9, la barrette 25 prend appui sur la plaque ajourée 4 et bloque ainsi la plaque ajourée 4 de sorte que l'intervenant ne peut pas manoeuvrer la plaque ajourée 4 tant qu'il n'a pas mis le mât 9 en position haute.

[0024] Lors d'une intervention, l'intervenant retire la plaque externe non représentée et accède ainsi à la plaque ajourée 4 et à la poignée 12 de l'organe d'accrochage 11.

[0025] Comme illustré sur la figure 4 par des flèches en trait épais, partant de la position basse illustrée par les figures 1 et 4, le mât 9 est tiré vers le haut avec un déplacement correspondant des ergots 17 jusqu'à ce que ceux-ci atteignent les segments 22. En agissant sur la poignée 12, le mât 9 est pivoté autour de son axe longitudinal jusqu'à ce que les ergots 17 atteignent les segments de rainure 19.

[0026] Le mât 9 est soulevé jusqu'à ce que les ergots 17 atteignent les segments horizontaux supérieurs 20. La poignée 12 est alors pivotée en sens inverse de la rotation précédente jusqu'à ce que les ergots 17 atteignent les segments de rainure 21. La poignée est alors relâchée et les ergots 17 s'engagent dans les segments de rainure 21. Dans cette position, le mât 9 est maintenu en position haute et la plaque ajourée 4 peut être soulevée pour accéder au puits de la galerie souterraine. Le mât 9 est verrouillé dans la position haute en engageant une broche à bille 26 dans un perçage 27 qui traverse de part en part le tube support 7 et le mât 9. Lorsque l'intervenant descend dans le puits, la plaque ajourée 4 se referme et est maintenue verrouillée en position fermée par la serrure 6.

[0027] Lorsque l'intervenant a terminé son intervention, il remonte dans le puits, retire au passage la broche à bille 26, sort du puits, referme la plaque ajourée 4, soulève la poignée 12 et lui fait faire en sens inverse les séquences décrites précédemment comme indiqué par des flèches en double trait sur la figure 4.

[0028] À ce propos, on remarquera que si l'intervenant lâche la poignée 12 alors que les ergots 17 sont en ligne avec des segments de rainure 19, et si l'intervenant a laissé un pied à l'aplomb de la plaque 11 il existe un risque que l'intervenant soit blessé par la plaque 11 lors d'une descente brutale du mât 9. Pour éviter ce risque, la longueur des segments de rainure 19 est inférieure à la course du mât 9 de sorte que lorsque les ergots 17 atteignent le bas des segments de rainure 19, la plaque 11 est espacée de la plaque ajourée 4 d'une distance supérieure à la hauteur d'une chaussure. En d'autres termes, l'organe amortisseur de choc est disposé à une distance suffisante de la position basse du mât pour qu'au moment du choc l'organe d'accrochage soit à une distance de l'organe de sécurité mobile suffisante pour ne pas heurter un pied d'un utilisateur présent sur l'organe de sécurité mobile.

[0029] Les ergots 17 sont alors en ligne avec les segments de rainure 22 qui affleurent l'extrémité supérieure des tiges épaulées 29. Lorsque les ergots 17 atteignent l'extrémité supérieure des segments de rainure 23 le mât 9 peut poursuivre sa course vers le bas jusqu'à atteindre la position finale.

[0030] Bien entendu l'invention n'est pas limitée au mode de réalisation décrit et on peut y apporter des variantes de réalisation sans sortir du cadre de l'invention telle que définie par les revendications.

[0031] En particulier bien que l'organe de verrouillage du mât par rapport au tube support ait été illustré par une broche à bille, on peut prévoir un verrouillage par d'autres moyens, par exemple des taquets engagés dans les rainures 18 juste au-dessus des ergots 17 lorsque le mât est en position haute.

[0032] Bien que l'invention ait été décrite en relation avec un tube support comportant deux rainures de guidage diamétralement opposées, ce qui équilibre les efforts auxquels les pièces sont soumises, le dispositif peut être réalisé avec une seule rainure de guidage. La rainure de guidage peut avoir différentes formes selon la fonction que l'on souhaite réaliser.

[0033] Le tube support peut être dépourvu d'organes amortisseurs et/ou les organes amortisseurs peuvent être interposés entre le mât et les ergots.


Revendications

1. Dispositif de sécurité d'accès à une galerie souterraine comprenant un puits (1) ayant un orifice d'accès (3) équipé d'un organe de sécurité (4) associé à une serrure (6) et mobile entre une position fermée pour laquelle il obture l'orifice d'accès, et une position ouverte pour laquelle il laisse un passage suffisant pour permettre un accès à la galerie souterraine, des échelons étant fixés le long d'une paroi du puits, caractérisé en ce qu'il comporte en outre un tube support (7) vertical fixé à la paroi du puits de façon adjacente aux échelons, un mât (9) monté de façon télescopique dans le tube support entre une position basse et une position haute et ayant une extrémité supérieure pourvue d'un organe d'accrochage (11) d'un élément anti-chute (15), et un organe de verrouillage (26) du mât par rapport au tube support, cet organe de verrouillage étant disposé en dessous de l'organe de sécurité mobile.
 
2. Dispositif selon la revendication 1, comportant des moyens de positionnement (17,18) du mât par rapport au tube support.
 
3. Dispositif selon la revendication 2, dans lequel les moyens de positionnement comprennent au moins une rainure (18) réalisée dans le tube support (7), avec laquelle coopère un ergot (17) porté par le mât.
 
4. Dispositif selon la revendication 3, comportant deux rainures (18) diamétralement opposées avec lesquelles coopèrent deux ergots (17) diamétralement opposés.
 
5. Dispositif selon la revendication 1, comportant au moins un organe amortisseur de choc (28) entre le mât et le tube support, au voisinage de la position basse du mât.
 
6. Dispositif selon la revendication 3 et la revendication 5, dans lequel chaque organe amortisseur de choc est un ressort (28) monté sur une tige épaulée (29) elle-même montée pour coulisser librement selon la direction axiale du mât (9), sur une platine (30) fixée au tube support.
 
7. Dispositif selon la revendication 6, dans lequel chaque rainure (18) comporte un segment horizontal (22) affleurant une extrémité supérieure de la tige épaulée.
 
8. Dispositif selon la revendication 5, dans lequel l'organe amortisseur de choc (28) est disposé à une distance suffisante de la position basse du mât pour qu'au moment du choc l'organe d'accrochage (11) soit à une distance de l'organe de sécurité mobile suffisante pour ne pas heurter un pied d'un utilisateur présent sur l'organe de sécurité mobile 4.
 
9. Dispositif selon la revendication 1 caractérisé en ce que le mât comporte un organe de blocage (25) de l'organe de sécurité mobile (4) tant que le mât est dans la position basse.
 
10. Dispositif selon la revendication 9 en relation avec un organe de sécurité mobile (4) comportant une encoche (24), dans lequel l'organe d'accrochage d'un élément anti-chute, comporte un élément de verrouillage (25) s'étendant au-dessus de l'encoche, en travers de celle-ci pour une position basse du mât.
 




Dessins













Rapport de recherche









Rapport de recherche