(19)
(11)EP 3 253 139 B1

(12)FASCICULE DE BREVET EUROPEEN

(45)Mention de la délivrance du brevet:
27.02.2019  Bulletin  2019/09

(21)Numéro de dépôt: 17173606.9

(22)Date de dépôt:  31.05.2017
(51)Int. Cl.: 
H04W 56/00  (2009.01)
G01S 5/02  (2010.01)
H04W 84/18  (2009.01)

(54)

MÉTHODE DE SYNCHRONISATION DE NOEUDS DANS UN RÉSEAU DE CAPTEURS SANS FIL

SYNCHRONISIERUNGSMETHODE VON KNOTEN IN EINEM DRAHTLOSEN SENSORNETZWERK

METHOD FOR SYNCHRONISING NODES IN A WIRELESS SENSOR NETWORK


(84)Etats contractants désignés:
AL AT BE BG CH CY CZ DE DK EE ES FI FR GB GR HR HU IE IS IT LI LT LU LV MC MK MT NL NO PL PT RO RS SE SI SK SM TR

(30)Priorité: 02.06.2016 FR 1655026

(43)Date de publication de la demande:
06.12.2017  Bulletin  2017/49

(73)Titulaires:
  • MAPLE HIGH TECH
    31100 Toulouse (FR)
  • UT2J
    31058 Toulouse Cedex 9 (FR)

(72)Inventeurs:
  • TANCEREL, Ludovic
    31200 Toulouse (FR)
  • DALCE, Réjane
    81100 Castres (FR)
  • DESPAUX, François
    54300 Chanteheux (FR)
  • VAN DEN BOSSCHE, Adrien
    82170 Dieupentale (FR)
  • VAL, Thierry
    31700 Beauzelle (FR)
  • JAFFRES-RUNSER, Katia
    31300 Toulouse (FR)

(74)Mandataire: Augarde, Eric 
Brevalex 56 Boulevard de l'Embouchure, Bât. B B.P. 27519
31075 Toulouse Cedex 2
31075 Toulouse Cedex 2 (FR)


(56)Documents cités: : 
EP-A1- 3 021 129
WO-A2-2012/059903
  
      
    Il est rappelé que: Dans un délai de neuf mois à compter de la date de publication de la mention de la délivrance de brevet européen, toute personne peut faire opposition au brevet européen délivré, auprès de l'Office européen des brevets. L'opposition doit être formée par écrit et motivée. Elle n'est réputée formée qu'après paiement de la taxe d'opposition. (Art. 99(1) Convention sur le brevet européen).


    Description

    DOMAINE TECHNIQUE



    [0001] L'objet de la présente invention concerne le domaine des réseaux de capteurs sans fil ou WSNs (Wireless Sensor Networks) et plus particulièrement ceux utilisant une transmission UWB (Ultra Wide Band). La présente invention trouve application dans la synchronisation de noeuds dans un réseau sans fil et, subsidiairement, dans le domaine de la localisation d'un noeud mobile au moyen d'un tel réseau.

    ÉTAT DE LA TECHNIQUE ANTÉRIEURE



    [0002] Les réseaux de capteurs sans fils ou WSNs (Wireless Sensor Networks) sont bien connus de l'état de la technique.

    [0003] On rappelle qu'un réseau WSN est un réseau sans fil comportant un grand nombre de noeuds qui sont en général des capteurs capables de récolter et de transmettre des mesures de manière autonome. La position des noeuds dans un tel réseau n'est pas nécessairement déterminée. Lorsqu'un noeud du réseau connaît sa position ou peut la déterminer, il est dénommé « noeud-ancre » (anchor node) ou simplement ancre (anchor).

    [0004] Un tel réseau WSN permet de déterminer la position d'une étiquette (ou tag) à partir des instants d'arrivée ou ToAs (Time of Arrival) respectifs d'un signal émis par cette étiquette et reçu par une pluralité d'ancres du réseau. Toutefois, cette méthode de localisation nécessite que les noeuds du réseau, à tout le moins les noeuds-ancres à portée de l'étiquette, soient synchronisés. Par synchronisation, on entend que les noeuds en question partagent une même référence temporelle.

    [0005] De manière générale, la synchronisation des noeuds est essentielle pour permettre la communication, la localisation, la détection de mouvement au sein d'un réseau. La plupart des systèmes de synchronisation font appel à la référence temporelle diffusée par le système GPS. Ce mode de synchronisation n'est toutefois pas envisageable lorsque le réseau est déployé, en tout ou partie, à l'intérieur d'un bâtiment (environnement indoor). En outre, les noeuds doivent pouvoir disposer de sources d'énergie suffisante pour pouvoir alimenter un récepteur GPS, ce qui n'est pas le cas dans un réseau WSN où l'autonomie en énergie est un problème critique, a fortiori si ces noeuds sont mobiles.

    [0006] Plusieurs méthodes de synchronisation ont été proposées pour prendre en compte les spécificités des réseaux WSNs.

    [0007] Le protocole de synchronisation RBS (Reference Broadcast Synchronization) fait appel à la diffusion d'un message jouant un rôle de balise temporelle (beacon) qui permet aux différents récepteurs de se synchroniser entre eux. Plus précisément, la balise ne contient pas elle-même d'information temporelle mais sert de référence temporelle aux différents récepteurs pour déterminer leurs décalages d'horloge respectifs. Cette méthode de synchronisation fait cependant l'hypothèse que les délais de propagation sont négligeables par rapport à la période d'horloge, ce qui n'est généralement pas le cas dans les réseaux WSN. En outre, le protocole de synchronisation RBS requiert un grand nombre d'échanges de messages entre noeuds, ce qui nécessite des ressources de calcul importantes pour des réseaux de grande taille et ralentit d'autant la convergence de la synchronisation. Plus précisément, pour un réseau de N noeuds reliés deux à deux par un seul saut (single-hop network), le protocole de synchronisation RBS requiert l'échange de O(N2) messages entre les noeuds. On trouvera une description du protocole de synchronisation RBS dans l'article de J. Elson et al. intitulé « Fine-grained network time synchronization using reference broadcasts » publié dans Proc. of the 5th Symposium on Operating System Design and Implementation, OSDI'02, pages 147-143.

    [0008] Une deuxième méthode de synchronisation connue sous l'acronyme TPSN (Timing-sync Protocol for Sensor Networks) est basée sur une synchronisation de type émetteur-récepteur, organisée selon un mode arborescent. Ce protocole comprend une première étape (level discovery phase), lancée lors du déploiement du réseau, qui attribue à chaque noeud un niveau dans une arborescence de synchronisation, et une seconde étape (synchronization phase) pendant laquelle les noeuds d'un niveau i sont synchronisés avec les noeuds du niveau i-1, cette synchronisation se propageant du niveau 0 (noeud à la racine de l'arborescence) au dernier niveau. Le protocole TPSN permet une convergence de synchronisation plus rapide que le protocole RBS en raison du moindre nombre de messages à transmettre. Toutefois, ce protocole ne convient pas aux réseaux dont les noeuds sont très mobiles (l'arborescence devant alors être mise à jour très fréquemment) ou dont la topologie est dynamique (comme c'est le cas dans certains réseaux WSN) et conduit à une consommation d'énergie encore trop importante. Il convient également de noter que le protocole TPSN ne peut pas s'appliquer aux communications multi-sauts.

    [0009] Enfin, le protocole de synchronisation FTSP (Flooding Time Synchronization Protocol) permet de synchroniser l'ensemble des noeuds du réseau à un noeud racine sans faire appel à une arborescence. Dans le protocole FTSP, le noeud racine transmet un message de synchronisation unique à une pluralité de noeuds du réseau. Ce message est horodaté à l'émission par le noeud source ainsi qu'à la réception par les autres noeuds de ladite pluralité. A partir de la valeur d'horodatage à l'émission (par le noeud racine) et de la valeur d'horodatage à sa réception, un noeud peut déterminer son décalage d'horloge par rapport au noeud racine. Les noeuds propagent les messages de synchronisation de proche en proche selon un schéma de routage ad hoc. L'avantage du protocole FSTP est de pouvoir être utilisé dans un réseau de topologie quelconque sans nécessiter de phase préalable d'organisation arborescente du réseau (level discovery phase du protocole TPSN). Toutefois, le noeud racine étant choisi périodiquement dans le réseau et le processus de synchronisation étant par conséquent à chaque fois répété, ce protocole entraine une consommation importante de ressources en énergie et en bande passante. Enfin, pas plus que le protocole TPSN, le protocole FSTP ne prend pas en compte les temps de propagation entre les noeuds du réseau.

    [0010] Enfin, on connait de la demande internationale WO-A-2012/059903, un réseau UWB possédant un dispositif centralisé CLE (Central Location Engine) chargé de synchroniser des points d'accès ou APs (access points) par rapport à un point d'accès de référence. Toutefois, cette méthode de synchronisation suppose, d'une part, que le dispositif centralisé connaisse les temps de propagation entre les noeuds (points d'accès), ce qui est très contraignant lorsque les noeuds sont mobiles et, d'autre part, nécessite l'envoi régulier de messages de synchronisation, ce qui est pénalisant en termes de consommation d'énergie. Un exemple de l'art antérieur est décrit dans EP 3 021 129.

    [0011] Le but de la présente invention est par conséquent de proposer une méthode de synchronisation dans un réseau WSN qui ne requière pas l'échange d'un grand nombre de messages, ne conduise pas à une consommation d'énergie importante par les noeuds du réseau et prenne en compte les temps de propagation entre noeuds sans en nécessiter la mesure préalable.

    EXPOSÉ DE L'INVENTION



    [0012] La présente invention est définie par une méthode de synchronisation de noeuds au sein d'un réseau de capteurs, le réseau comprenant un premier noeud dit noeud de référence (Ar), pourvu d'une horloge de référence, et un ensemble de seconds noeuds (Ai) distincts du noeud de référence, chaque second noeud étant pourvu d'une horloge locale, ladite synchronisation étant effectuée lors de l'occurrence d'un évènement donné, observé à la fois par le noeud de référence et les seconds noeuds, dans laquelle :
    1. (a) sur observation dudit événement, le noeud de référence diffuse un message de synchronisation après l'avoir horodaté au moment de son émission au moyen de l'horloge de référence pour fournir une première valeur d'horodatage

      et pour chaque second noeud :
    2. (b) le message de synchronisation est reçu par ledit second noeud et horodaté par l'horloge locale de ce dernier au moment de sa réception pour fournir une deuxième valeur d'horodatage

    3. (c) ledit second noeud répond au message de synchronisation reçu en transmettant au noeud de référence un message de réponse horodaté par son horloge locale au moment de son émission, pour fournir une troisième valeur d'horodatage

    4. (d) le message de réponse du second noeud est reçu par le noeud de référence et horodaté par l'horloge de référence au moment de sa réception pour fournir une quatrième valeur d'horodatage

    5. (e) on estime le temps

      auquel le second noeud a observé ledit événement, mesuré au moyen de l'horloge de référence, à partir de la première valeur d'horodatage, des deuxième troisième et quatrième valeurs d'horodatage associées au second noeud, et du temps

      auquel le second noeud a observé ledit événement, mesuré au moyen de son horloge locale.


    [0013] Avantageusement, à l'étape (e) :

    (e1) on détermine un temps de propagation

    entre le noeud de référence et ledit second noeud à partir de la première valeur d'horodatage et des deuxième, troisième et quatrième valeurs d'horodatage associées au second noeud ;

    (e2) on estime le temps

    auquel le second noeud a observé ledit événement, mesuré au moyen de l'horloge de référence, à partir de la première valeur d'horodatage, de la seconde valeur d'horodatage associée au second noeud, du temps de propagation

    entre le noeud de référence et ledit second noeud, déterminé à l'étape (e1), et du temps

    auquel le second noeud a observé ledit événement, mesuré au moyen de son horloge locale.



    [0014] Le temps de propagation

    entre le noeud de référence et ledit second noeud est avantageusement déterminé à l'étape (e1) par :



    et





    sont respectivement la première valeur d'horodatage et les deuxième, troisième et quatrième valeurs d'horodatage associées au second noeud (Ai) et où δi,r est le rapport entre la fréquence de l'horloge locale du second noeud et la fréquence de l'horloge de référence.

    [0015] De même, le temps

    auquel le second noeud a observé ledit événement, peut être mesuré au moyen de l'horloge de référence est estimé à l'étape (e2) par :



    est la première valeur d'horodatage,

    est la seconde valeur d'horodatage associée au second noeud (Ai),

    est le temps de propagation entre le noeud de référence et le second noeud, δi,r est le rapport entre la fréquence de l'horloge locale du second noeud et la fréquence de l'horloge de référence, et

    est le temps auquel le second noeud a observé ledit événement, mesuré au moyen de son horloge locale.

    [0016] Le rapport δi,r entre la fréquence de l'horloge locale du second noeud et la fréquence de l'horloge de référence est avantageusement estimé par le noeud de référence à partir de la réception d'un préambule du message de réponse (mes_rep_i) du second noeud, ledit préambule contenant un séquence pilote prédéterminée.

    [0017] De préférence, le message de réponse du second noeud (mes_rep_i) comprend comme arguments, le temps

    auquel le second noeud a observé ledit événement, mesuré au moyen de son horloge locale, et les seconde et troisième valeurs d'horodatage

    associées au second noeud.

    [0018] L'invention concerne en outre une méthode de localisation d'une étiquette au moyen d'un réseau de capteurs le réseau comprenant un premier noeud-ancre de position connue, dit ancre de référence (Ar), pourvu d'une horloge de référence, et un ensemble de seconds noeuds-ancres (Ai), de positions connues et distincts de l'ancre de référence, chaque second noeud-ancre étant pourvu d'une horloge locale, dans laquelle :

    (a0) l'étiquette transmet un message de demande de synchronisation (mes_clap) ayant pour argument un identifiant (Idr) de l'ancre de référence (Ar);

    (a1) le message de demande de synchronisation est reçu par l'ancre de référence et par les seconds noeuds- ancres, l'ancre de référence mesurant le temps de réception

    dudit message au moyen de l'horloge de référence et les seconds noeuds-ancres mesurant le temps de réception

    au moyen de leurs horloges locales respectives ;

    (a2) sur réception du message de demande de synchronisation, l'ancre de référence diffuse un message de synchronisation après l'avoir horodaté au moment de son émission au moyen de l'horloge de référence pour fournir une première valeur d'horodatage

    et que pour chaque second noeud-ancre :

    (b) le message de synchronisation est reçu par ledit second noeud-ancre et horodaté par l'horloge locale de ce dernier au moment de sa réception pour fournir une deuxième valeur d'horodatage

    (c) ledit second noeud-ancre répond au message de synchronisation reçu en transmettant à l'ancre de référence un message de réponse horodaté par son horloge locale au moment de son émission, pour fournir une troisième valeur d'horodatage

    (d) le message de réponse du second noeud-ancre est reçu par l'ancre de référence et horodaté par l'horloge de référence au moment de sa réception, pour fournir une quatrième valeur d'horodatage

    (e) on estime le temps,

    auquel le second noeud-ancre a reçu le message de demande de synchronisation, mesuré au moyen de l'horloge de référence, à partir de la première valeur d'horodatage, des deuxième troisième et quatrième valeurs d'horodatage associées au second noeud-ancre, et du temps

    auquel le second noeud-ancre a reçu le message de demande de synchronisation, mesuré au moyen de son horloge locale ; et que

    (f1) on calcule les différences de temps d'arrivée

    pour l'ensemble des seconds noeuds-ancres, où

    est le temps de réception du message de demande de synchronisation, mesuré au moyen de l'horloge de référence ; et

    (f2) on déduit desdites différences de temps d'arrivée la position de l'étiquette.



    [0019] Selon une première variante, les étapes (e), (f1) et (f2) sont réalisées par l'ancre de référence.

    [0020] Selon une seconde variante, les étapes (e) et (f1) sont réalisées par l'ancre de référence et que celle-ci transmet à un serveur distant les différences de temps d'arrivée

    pour l'ensemble des seconds noeuds-ancres, ledit serveur effectuant alors l'étape (f2) à partir de ces dernières.

    BRÈVE DESCRIPTION DES DESSINS



    [0021] D'autres caractéristiques et avantages de l'invention apparaîtront à la lecture d'un mode de réalisation préférentiel de l'invention, en faisant référence aux figures jointes parmi lesquelles :

    La Fig. 1 illustre schématiquement un exemple de réseau WSN dans lequel la méthode de synchronisation de noeuds selon l'invention peut être mise en oeuvre ;

    La Fig. 2 représente schématiquement un ordinogramme de la méthode de synchronisation de noeuds dans un réseau WSN selon un mode de réalisation de l'invention ;

    La Fig. 3 représente schématiquement un chronogramme de la méthode de synchronisation de la Fig. 2 pour la localisation d'une étiquette dans le réseau WSN de la Fig. 1.


    EXPOSÉ DÉTAILLÉ DE MODES DE RÉALISATION PARTICULIERS



    [0022] Nous considérerons dans la suite un réseau WSN, par exemple un réseau obéissant au protocole de communication IEEE 802.15.4, tel qu'un réseau ZigBee™ ou 6LoWPAN™. La couche physique du réseau est de préférence un système de communication UWB (Ultra Wide Band) de type impulsionnel. Dans le cas d'une application de type indoor, on choisira avantageusement une résolution temporelle des impulsions UWB de l'ordre de la picoseconde.

    [0023] Un contexte d'application de la présente invention est celui de la localisation d'une étiquette (tag) dans un réseau de capteurs sans fil, comme illustré schématiquement en Fig. 1.

    [0024] Le réseau de capteurs présente une topologie quelconque et comporte une pluralité de noeuds-ancres (ou ancres) au sens défini plus haut, notés A1,...,AN. Ces noeuds-ancres constituent un sous-ensemble de l'ensemble des noeuds du réseau et permettent de localiser des noeuds mobiles tels que des étiquettes (tags) dont les positions sont a priori inconnues. Une étiquette (tag),

    , est reliée à l'infrastructure par des liaisons radio, voire optiques. Les ancres à la portée de l'étiquette

    ont été représentées en grisé sur la Fig. 1. De préférence, les liaisons entre l'étiquette et l'infrastructure utilisent une communication de type UWB impulsionnel (celles entre noeuds de l'infrastructure). Alternativement, on pourra prévoir des liaisons optiques, la communication sur ces liaisons se faisant au moyen d'impulsions lumineuses de très courte durée. Dans ce cas, on comprendra que les noeuds-ancre seront équipés à la fois d'une interface de commuication UWB et d'une interface de communication optique.

    [0025] Quel que soit le type de communication envisagé, nous supposerons dans la suite que l'étiquette

    est associée à une ancre de référence du réseau, notée Ar. Cette ancre de référence est une ancre du réseau à la portée de l'étiquette

    (autrement dit à un saut de cette étiquette), et capable d'échanger avec elle des messages sur une liaison radio. Cette ancre de référence est par exemple choisie au terme d'un processus d'association comme celui défini dans la norme IEEE 802.15.4.

    [0026] L'étiquette

    émet périodiquement ou ponctuellement (en mode broadcast) des messages de demande de localisation (encore dénommés ci-après messages claps). Après l'émission de chaque message clap, mes_clap, l'étiquette passe en mode veille (sleep mode) pour réduire sa consommation d'énergie. En d'autres termes, l'étiquette est par défaut en mode veille et se réveille périodiquement pour émettre une demande de localisation. Les messages claps contiennent chacun un identifiant, Idr, de l'ancre de référence, Ar. Le cas échéant, les messages claps peuvent également contenir un identifiant de l'étiquette, afin de permettre la localisation simultanée de différentes étiquettes associées à une même ancre de référence. Les identifiants peuvent être par exemple les adresses MAC ou des valeurs de hachage de ces adresses.

    [0027] Les messages claps sont reçus par l'ancre de référence (par exemple, ancre Ar en Fig. 1) ainsi que par une pluralité d'autres ancres à portée de l'étiquette

    (par exemple, ancres Ai, Aj en Fig. 1). Sur réception d'un message clap, l'ancre de référence diffuse un message de synchronisation permettant d'effectuer une synchronisation des ancres voisines avec l'ancre de référence, comme expliqué ci-après.

    [0028] La Fig. 2 représente de manière schématique un ordinogramme d'une méthode de synchronisation de noeuds dans un réseau WSN selon un mode de réalisation de l'invention.

    [0029] Selon un principe à la base de l'invention, on réalise une synchronisation post facto au sens où la synchronisation des noeuds est effectuée ponctuellement, lorsqu'un évènement survient. La majeure partie du temps, les noeuds ne sont généralement pas synchronisés en raison de la dérive de leurs horloges locales par rapport à une horloge de référence. Ce type de synchronisation « à la demande » est particulièrement économe en énergie et en nombre de messages échangés entre les noeuds, et donc particulièrement bien adapté aux réseaux WSN.

    [0030] L'évènement déclenchant la synchronisation des noeuds peut être l'envoi d'un message, par exemple d'un message de clap dans le contexte de la Fig. 1, ou plus généralement la détection d'un phénomène physique comme le franchissement d'un seuil par une grandeur physique, voire encore la satisfaction d'une condition logique. De nombreux types d'évènements pourront être envisagés par l'homme du métier en fonction du domaine d'application souhaité, sans pour autant sortir du cadre de la présente invention.

    [0031] L'évènement en question est observé en 210 par un noeud de référence, Ar, dont l'horloge locale est prise conventionnellement comme horloge de référence, et une pluralité de noeuds de réseau, chacun disposant de sa propre horloge locale. On suppose que le noeud de référence Ar observe cet évènement à l'instant

    et que les autres noeuds du réseau, Ai, i=1,...,N observent cet évènement aux instants

    i=1,...,N. On comprendra que chaque temps



    i=1,...,N est mesuré au moyen de l'horloge locale du noeud qui observe l'évènement. Ces valeurs sont stockées localement par les noeuds qui ont respectivement effectué lesdites observations.

    [0032] Suite à l'observation de l'évènement à l'instant

    le noeud de référence chargé de la synchronisation diffuse un message de synchronisation, mes_sync à l'étape 220. Ce message est horodaté au moment de son émission par le noeud de référence Ar. Par horodatage, on entend ici l'acquisition d'un temps au moyen de l'horloge locale. La valeur d'horodatage ou estampille temporelle, notée

    est stockée localement dans le noeud de référence. On pourra prévoir que, lors de la réception de mes_sync, le noeud de référence fixe un instant d'émission

    compatible avec le temps de traitement du noeud de référence et que l'émission est déclenchée à l'instant

    ainsi fixé.

    [0033] A l'étape 230, chacun des noeuds Ai, i=1,...,N, reçoit le message de synchronisation et effectue un horodatage de ce message à l'instant où il le reçoit. On note

    la valeur d'horodatage ainsi obtenue pour le noeud Ai. Cette valeur est stockée localement dans le noeud Ai.

    [0034] A l'étape 240, chacun des noeuds Ai répond au noeud de référence en lui retournant un message de réponse, mes_rep_i. Ce message incorpore le temps

    ainsi que les valeurs d'horodatage

    et



    est une valeur d'horodatage correspondant à l'instant d'émission du message de réponse mes_rep_i. Comme pour le noeud de référence, le noeud Ai pourra fixer préalablement un instant d'émission

    pour tenir compte du temps de traitement, le message de réponse étant alors envoyé à l'instant

    ainsi fixé.

    [0035] A l'étape 250, le noeud de référence Ar reçoit les messages mes_rep_i au fur et à mesure et en effectue un horodatage aux instants où il les reçoit. Les valeurs d'horodatage ainsi obtenues sont notées



    [0036] A l'étape 260, le noeud de référence Ar détermine à partir des valeurs d'horodatage







    obtenues précédemment, le temps de propagation (ou temps de vol)

    entre le noeud de référence et le noeud Ai, ce pour chacun des noeuds Ai, i=1,...,N.

    [0037] Pour déterminer le temps de propagation

    le noeud de référence estime d'abord la dérive en fréquence (frequency drift) entre l'horloge du noeud Ai et l'horloge de référence, soit

    fi est la fréquence de l'horloge du noeud Ai et fr est la fréquence de référence.

    [0038] La dérive en fréquence peut être estimée en insérant dans un préambule des messages mes_rep_i une séquence pilote prédéterminée. La boucle de poursuite en fréquence du récepteur équipant le noeud de référence permet alors de déterminer le décalage en fréquence fi - fr ou le décalage relatif en fréquence

    de l'horloge ayant servi à moduler la séquence par rapport à l'horloge de référence servant à la démoduler. La dérive en fréquence δi,r se déduit du décalage / décalage relatif en fréquence. Par exemple lorsque la modulation est de type UWB, la dérive en fréquence pourra être obtenue au moyen d'un récepteur UWB du type décrit dans la demande WO-A-2014/060277.

    [0039] Le noeud de référence Ar détermine ensuite le temps de propagation

    à partir de :



    [0040] A l'étape 270, le noeud de référence Ar estime les temps,

    auxquels l'évènement a été observé par les noeuds Ai, mesurés au moyen de l'horloge de référence, soit :



    [0041] Le premier terme de l'expression (2) correspond à l'instant de réception du message de synchronisation mes_sync par le noeud Ai, mesuré avec l'horloge de référence et le second terme correspond à la différence de temps entre l'observation de l'évènement par le noeud Ai et la réception du message de synchronisation, également mesurée au moyen de l'horloge de référence.

    [0042] Ainsi, les instants d'observation de l'évènement, correspondant à des temps

    mesurés au moyen des horloges locales des noeuds, peuvent être tous mesurés au moyen d'une horloge de référence commune au prix de l'échange de O(N) messages dans le réseau.

    [0043] La Fig. 3 illustre de manière schématique un chronogramme de la méthode de synchronisation de la Fig. 2 dans le cas de la localisation d'une étiquette au moyen du réseau WSN de la Fig. 1.

    [0044] On rappelle que l'on souhaite localiser une étiquette

    au moyen d'un réseau WSN comportant une pluralité de noeuds ancres Ar, Ai, i=1,..,N, l'ancre Ar jouant le rôle d'ancre de référence.

    [0045] On a représenté sur la Fig. 3, l'étiquette

    , l'ancre de référence Ar ainsi que deux ancres Ai et Aj voisines de l'étiquette

    et distinctes de l'ancre de référence. La description des échanges de messages est donnée ci-après pour l'ancre Ai mais il est clair qu'elle s'applique de manière similaire à l'ancre Aj.

    [0046] En 310, l'étiquette

    émet un message clap, mes_clap(Idr) où Idr est l'identifiant de l'ancre de référence. Le cas échéant, le message clap pourra contenir un identifiant de l'étiquette, comme décrit plus haut, de manière à permettre la localisation simultanée de différentes étiquettes associées à la même ancre de référence.

    [0047] L'ancre de référence, Ar, reçoit ce message de clap à un instant de réception correspondant à un temps

    mesuré au moyen de l'horloge de référence. De même, le message de clap est reçu à un instant de réception correspondant à un temps

    mesuré au moyen de l'horloge locale de l'ancre Ai.

    [0048] L'ancre Ar déduit de l'identifiant Idr qu'elle est ancre de référence pour l'étiquette

    et diffuse (broadcast mode) en 320 un message mes_sync. Ce message est horodaté au moment de son émission. La valeur d'horodatage (dite également estampille temporelle),

    est stockée localement par le noeud de référence. Comme précédemment, on pourra préalablement fixer l'instant d'émission à

    et déclencher l'émission à l'instant

    ainsi fixé.

    [0049] Ce message de synchronisation est reçu par l'ancre Ai et est horodaté à l'instant de sa réception. La valeur d'horodatage ainsi obtenue est notée

    L'ancre Ai renvoie en 330i une réponse, mes_rep_i, à l'ancre de référence (identifiée grâce à son identifiant Idr). Cette réponse contient comme arguments



    et



    est la valeur d'horodatage de l'ancre Ai correspondant à l'instant d'émission du message mes_rep_i.

    [0050] L'ancre de référence, Ar, reçoit cette réponse et effectue un horodatage de l'instant où elle la reçoit. Soit

    cette valeur d'horodatage.

    [0051] L'ancre de référence estime ensuite au moyen de l'expression (1) le temps de propagation

    à partir des valeurs d'horodatage







    et en déduit au moyen de l'expression (2), le temps

    auquel l'ancre Ai a reçu le message clap, mesuré au moyen de l'horloge de référence.

    [0052] On comprendra que les échanges 320 et 330 ont lieu avec toutes les ancres du réseau ayant reçu le message clap et le message de synchronisation. Ainsi, l'ancre de référence dispose des temps

    relatifs aux ancres Ai, i=1,..,N. En d'autres termes, les ancres Ai, i=1,..,N sont synchronisées a posteriori (ou post facto) avec l'ancre de référence Ar.

    [0053] L'ancre de référence peut ensuite calculer les différences de temps d'arrivée

    et en déduire la position de l'étiquette

    à partir d'une méthode de localisation TDOA (Time Difference Of Arrival) connue en soi.

    [0054] Alternativement, l'ancre de référence peut transmettre les temps d'arrivée



    , i=1,..,N, voire les différences de temps d'arrivée

    (comme illustré sur la Fig. 3) à un serveur distant S qui effectue alors le calcul de position selon la méthode TDOA et pourra envoyer le résultat, le cas échéant, aux noeuds intéressés.

    [0055] On comprendra que N=2 ancres en sus de l'ancre de référence permettent de localiser une étiquette dans le plan et que N=3 ancres permettent de la localiser dans l'espace. En pratique, on pourra bien entendu utiliser un nombre N supérieur à ces minima pour améliorer la précision de localisation de l'étiquette.


    Revendications

    1. Méthode de synchronisation de noeuds au sein d'un réseau de capteurs, le réseau comprenant un premier noeud dit noeud de référence (Ar), pourvu d'une horloge de référence, et un ensemble de seconds noeuds (Ai) distincts du noeud de référence, chaque second noeud étant pourvu d'une horloge locale, ladite synchronisation étant effectuée lors de l'occurrence d'un évènement donné, observé à la fois par le noeud de référence et les seconds noeuds, comprenant les étapes suivantes :

    (a) sur observation dudit évènement (210), le noeud de référence diffuse (220) un message de synchronisation après l'avoir horodaté au moment de son émission au moyen de l'horloge de référence pour fournir une première valeur d'horodatage

    et pour chaque second noeud :

    (b) le message de synchronisation est reçu par ledit second noeud et horodaté par l'horloge locale de ce dernier au moment de sa réception (230) pour fournir une deuxième valeur d'horodatage

    ladite méthode étant caractérisée en ce que:

    (c) ledit second noeud répond au message de synchronisation reçu en transmettant au noeud de référence un message de réponse horodaté par son horloge locale au moment de son émission (240), pour fournir une troisième valeur d'horodatage

    (d) le message de réponse du second noeud est reçu par le noeud de référence et horodaté par l'horloge de référence au moment de sa réception (250) pour fournir une quatrième valeur d'horodatage

    (e) on estime (260, 270) le temps

    auquel le second noeud a observé ledit évènement, mesuré au moyen de l'horloge de référence, à partir de la première valeur d'horodatage, des deuxième troisième et quatrième valeurs d'horodatage associées au second noeud, et du temps

    auquel le second noeud a observé ledit événement, mesuré au moyen de son horloge locale.


     
    2. Méthode de synchronisation de noeuds selon la revendication 1, caractérisée en ce qu'à l'étape (e) :

    (e1) on détermine (260) un temps de propagation

    entre le noeud de référence et ledit second noeud à partir de la première valeur d'horodatage et des deuxième, troisième et quatrième valeurs d'horodatage associées au second noeud ;

    (e2) on estime (270) le temps

    auquel le second noeud a observé ledit événement, mesuré au moyen de l'horloge de référence, à partir de la première valeur d'horodatage, de la seconde valeur d'horodatage associée au second noeud, du temps de propagation

    entre le noeud de référence et ledit second noeud, déterminé à l'étape (e1), et du temps

    auquel le second noeud a observé ledit évènement, mesuré au moyen de son horloge locale.


     
    3. Méthode de synchronisation de noeuds selon la revendication 2, caractérisée en ce que le temps de propagation

    entre le noeud de référence et ledit second noeud est déterminé à l'étape (e1) par :



    et





    sont respectivement la première valeur d'horodatage et les deuxième, troisième et quatrième valeurs d'horodatage associées au second noeud (Ai) et où δi,r est le rapport entre la fréquence de l'horloge locale du second noeud et la fréquence de l'horloge de référence.
     
    4. Méthode de synchronisation de noeuds selon la revendication 2 ou 3, caractérisée en ce que le temps

    auquel le second noeud a observé ledit évènement, mesuré au moyen de l'horloge de référence est estimé à l'étape (e2) par :



    est la première valeur d'horodatage,

    est la seconde valeur d'horodatage associée au second noeud (Ai,

    est le temps de propagation entre le noeud de référence et le second noeud, δi,r est le rapport entre la fréquence de l'horloge locale du second noeud et la fréquence de l'horloge de référence, et

    est le temps auquel le second noeud a observé ledit évènement, mesuré au moyen de son horloge locale.
     
    5. Méthode de synchronisation de noeuds selon l'une des revendications 3 ou 4, caractérisée en ce que le rapport δi,r entre la fréquence de l'horloge locale du second noeud et la fréquence de l'horloge de référence est estimé par le noeud de référence à partir de la réception d'un préambule du message de réponse (mes_rep_i) du second noeud, ledit préambule contenant une séquence pilote prédéterminée.
     
    6. Méthode de synchronisation de noeud selon l'une des revendications précédentes, caractérisée en ce que le message de réponse du second noeud (mes_rep_i) comprend comme arguments, le temps

    auquel le second noeud a observé ledit évènement, mesuré au moyen de son horloge locale, et les seconde et troisième valeurs d'horodatage

    associées au second noeud.
     
    7. Méthode de localisation d'une étiquette au moyen d'un réseau de capteurs, le réseau comprenant un premier noeud-ancre de position connue, dit ancre de référence (Ar), pourvu d'une horloge de référence, et un ensemble de seconds noeuds-ancres (Ai), de positions connues et distincts de l'ancre de référence, chaque second noeud-ancre étant pourvu d'une horloge locale, comprenant les étapes suivantes :

    (a0) l'étiquette transmet un message de demande de synchronisation (mes_clap) ayant pour argument un identifiant (Idr) de l'ancre de référence (Ar);

    (a1) le message de demande de synchronisation est reçu par l'ancre de référence et par les seconds noeuds- ancres, l'ancre de référence mesurant le temps de réception

    dudit message au moyen de l'horloge de référence et les seconds noeuds-ancres mesurant le temps de réception

    au moyen de leurs horloges locales respectives ;

    (a2) sur réception du message de demande de synchronisation (210), l'ancre de référence diffuse (220) un message de synchronisation après l'avoir horodaté au moment de son émission au moyen de l'horloge de référence pour fournir une première valeur d'horodatage

    et que pour chaque second noeud-ancre :

    (b) le message de synchronisation est reçu par ledit second noeud-ancre et horodaté par l'horloge locale de ce dernier au moment de sa réception (230) pour fournir une deuxième valeur d'horodatage

    (c) ledit second noeud-ancre répond au message de synchronisation reçu en transmettant à l'ancre de référence un message de réponse horodaté par son horloge locale au moment de son émission (240), pour fournir une troisième valeur d'horodatage

    ladite méthode étant caractérisée en ce que:

    (d) le message de réponse du second noeud-ancre est reçu par l'ancre de référence et horodaté par l'horloge de référence au moment de sa réception (250) pour fournir une quatrième valeur d'horodatage

    (e) on estime (260, 270) le temps,

    auquel le second noeud-ancre a reçu le message de demande de synchronisation, mesuré au moyen de l'horloge de référence, à partir de la première valeur d'horodatage, des deuxième troisième et quatrième valeurs d'horodatage associées au second noeud-ancre, et du temps

    auquel le second noeud-ancre a reçu le message de demande de synchronisation, mesuré au moyen de son horloge locale ; et que

    (f1) on calcule les différences de temps d'arrivée

    pour l'ensemble des seconds noeuds-ancres, où

    est le temps de réception du message de demande de synchronisation, mesuré au moyen de l'horloge de référence ; et

    (f2) on déduit desdites différences de temps d'arrivée la position de l'étiquette.


     
    8. Méthode de localisation d'une étiquette au moyen d'un réseau de capteurs selon la revendication 7, caractérisée en ce que les étapes (e), (f1) et (f2) sont réalisées par l'ancre de référence.
     
    9. Méthode de localisation d'une étiquette au moyen d'un réseau de capteurs selon la revendication 7, caractérisée en ce que les étapes (e) et (f1) sont réalisées par l'ancre de référence et que celle-ci transmet à un serveur distant les différences de temps d'arrivée

    pour l'ensemble des seconds noeuds-ancres, ledit serveur effectuant alors l'étape (f2) à partir de ces dernières.
     


    Ansprüche

    1. Verfahren zum Synchronisieren von Knoten innerhalb eines Sensornetzwerks, wobei das Netzwerk einen ersten Knoten, Referenzknoten (Ar) genannt, der mit einem Referenztaktgeber versehen ist, und eine Einheit aus zweiten Knoten (Ai) aufweist, die von dem Referenzknoten separat vorliegen, wobei jeder zweite Knoten mit einem lokalen Taktgeber versehen ist, wobei die Synchronisation bei Auftreten eines gegebenen Ereignisses erfolgt, das zugleich vom Referenzknoten und von den zweiten Knoten festgestellt wird, umfassend die folgenden Schritte:

    (a) bei Feststellung des Ereignisses (210) sendet (220) der Referenzknoten eine Synchronisationsnachricht, nachdem er zum Zeitpunkt ihres Versendens mittels des Referenztaktgebers einen Zeitstempel erhalten hat, um einen ersten Zeitstempelwert

    bereitzustellen,

    wobei bei jedem zweiten Knoten

    (b) die Synchronisationsnachricht von dem zweiten Knoten empfangen und zum Zeitpunkt ihres Empfangs (230) von dem lokalen Taktgeber desselben mit einem Zeitstempel versehen wird, um einen zweiten Zeitstempelwert

    bereitzustellen,
    wobei das Verfahren dadurch gekennzeichnet ist, dass

    (c) der zweite Knoten auf die empfangene Synchronisationsnachricht antwortet, indem er dem Referenzknoten eine Antwortnachricht überträgt, die von seinem lokalen Taktgeber zum Zeitpunkt ihres Versendens (240) mit einem Zeitstempel versehen wird, um einen dritten Zeitstempelwert

    bereitzustellen;

    (d) die Antwortnachricht des zweiten Knotens von dem Referenzknoten empfangen und von dem Referenztaktgeber zum Zeitpunkt ihres Empfangs (250) mit einem Zeitstempel versehen wird, um einen vierten Zeitstempelwert

    bereitzustellen;

    (e) die Zeit

    geschätzt wird (260, 270), zu welcher der zweite Knoten das Ereignis festgestellt hat und die mittels des Referenztaktgebers gemessen wird, und zwar ausgehend von dem ersten Zeitstempelwert und dem dem zweiten Knoten zugeordneten zweiten, dritten und vierten Zeitstempelwert und von der Zeit

    zu welcher der zweite Knoten das Ereignis festgestellt hat und die mittels seines lokalen Taktgebers gemessen wird.


     
    2. Verfahren zum Synchronisieren von Knoten nach Anspruch 1, dadurch gekennzeichnet, dass in Schritt (e)

    (e1) eine Laufzeit

    zwischen dem Referenzknoten und dem zweiten Knoten ausgehend von dem ersten Zeitstempelwert und dem dem zweiten Knoten zugeordneten zweiten, dritten und vierten Zeitstempelwert bestimmt wird (260);

    (e2) die Zeit

    geschätzt wird (270), zu der der zweite Knoten das Ereignis festgestellt hat und die mittels des Referenztaktgebers gemessen wird, und zwar ausgehend von dem ersten Zeitstempelwert, dem dem zweiten Knoten zugeordneten zweiten Zeitstempelwert, der in Schritt (e1) bestimmten Laufzeit

    zwischen dem Referenzknoten und dem zweiten Knoten, und der Zeit

    zu der der zweite Knoten das Ereignis festgestellt hat und die mittels seines lokalen Taktgebers gemessen wird.


     
    3. Verfahren zum Synchronisieren von Knoten nach Anspruch 2, dadurch gekennzeichnet, dass die Laufzeit

    zwischen dem Referenzknoten und dem zweiten Knoten in Schritt (e1) bestimmt wird durch

    worin

    und





    jeweils der erste Zeitstempelwert und der dem zweiten Knoten (Ai) zugeordneten zweite, dritte und vierte Zeitstempelwert ist und worin δi,r das Verhältnis zwischen der Frequenz des lokalen Taktgebers des zweiten Knotens und der Frequenz des Referenztaktgebers ist.
     
    4. Verfahren zum Synchronisieren von Knoten nach Anspruch 2 oder 3, dadurch gekennzeichnet, dass die Zeit

    zu welcher der zweite Knoten das Ereignis festgestellt hat und die mittels des Referenztaktgebers gemessen wird, in Schritt (e2) geschätzt wird mit:

    worin

    der erste Zeitstempelwert ist,

    der dem zweiten Knoten (Ai) zugeordnete zweite Zeitstempelwert ist,

    die Laufzeit zwischen dem Referenzknoten und dem zweiten Knoten ist, δi,r das Verhältnis zwischen der Frequenz des lokalen Taktgebers des zweiten Knotens und der Frequenz des Referenztaktgebers ist, und

    die Zeit ist, zu der der zweite Knoten das Ereignis festgestellt hat und die mittels seines lokalen Taktgebers gemessen wird.
     
    5. Verfahren zum Synchronisieren von Knoten nach einem der Ansprüche 3 oder 4, dadurch gekennzeichnet, dass das Verhältnis δi,r zwischen der Frequenz des lokalen Taktgebers des zweiten Knotens und der Frequenz des Referenztaktgebers ausgehend von dem Empfang einer Präambel der Antwortnachricht (mes_rep_i) des zweiten Knoten ist von dem Referenzknoten geschätzt wird, wobei die Präambel eine vorbestimmte Pilotsequenz enthält.
     
    6. Verfahren zum Synchronisieren von Knoten nach einem der vorangehenden Ansprüche, dadurch gekennzeichnet, dass die Antwortnachricht (mes_rep_i) des zweiten Knotens als Argumente die Zeit

    umfasst, zu der der zweite Knoten das Ereignis festgestellt hat und die mittels seines lokalen Taktgebers gemessen wird, sowie den dem zweiten Knoten zugeordneten zweiten und dritten Zeitstempelwert


     
    7. Verfahren zum Lokalisieren eines Etiketts mittels eines Sensornetzwerks, wobei das Netzwerk einen ersten Ankerknoten bekannter Position, Referenzanker (Ar) genannt, aufweist, der mit einem Referenztaktgeber versehen ist, sowie eine Einheit aus zweiten Ankerknoten (A1) bekannter Positionen versehen ist, die von dem Referenzanker separat vorliegen, wobei die zweiten Ankerknoten jeweils mit einem lokalen Taktgeber versehen sind,
    umfassend die nachfolgenden Schritte:

    (a0) mit dem Etikett wird eine Synchronisationsanforderungsnachricht (mes_clap) übertragen, die als Argument eine Kennung (Idr) des Referenzankers (Ar) umfasst;

    (a1) die Synchronisationsanforderungsnachricht wird von dem Referenzanker und den zweiten Ankerknoten empfangen, wobei der Referenzanker die Empfangszeit

    der Nachricht mittels des Referenztaktgebers misst und die zweiten Ankerknoten die Empfangszeit

    mittels ihrer jeweiligen lokalen Taktgeber messen;

    (a2) bei Empfang der Synchronisationsanforderungsnachricht (210) sendet (220) der Referenzanker eine Synchronisationsnachricht, nachdem er sie zum Zeitpunkt ihres Versendens mittels des Referenztaktgebers mit einem Zeitstempel versehen hat, um einen ersten Zeitstempelwert

    bereitzustellen;

    wobei jeweils bei den zweiten Ankerknoten

    (b) die Synchronisationsnachricht von dem zweiten Ankerknoten empfangen wird und von dem lokalen Taktgeber des letztgenannten zum Zeitpunkt ihres Empfangs (230) mit einem Zeitstempel versehen wird, um einen zweiten Zeitstempelwert

    bereitzustellen;

    (c) der zweite Ankerknoten auf die empfangene Synchronisationsnachricht antwortet, indem er dem Referenzanker eine Antwortnachricht überträgt, die zum Zeitpunkt ihres Versendens (240) von seinem lokalen Taktgeber mit einem Zeitstempel versehen wird, um einen dritten Zeitstempelwert

    bereitzustellen,

    wobei das Verfahren dadurch gekennzeichnet ist, dass

    (d) die Antwortnachricht des zweiten Ankerknotens von dem Referenzanker empfangen wird und von dem Referenztaktgeber zum Zeitpunkt ihres Empfangs (250) mit einem Zeitstempel versehen wird, um einen vierten Zeitstempelwert

    bereitzustellen;

    (e) die Zeit

    geschätzt wird (260, 270), zu der der zweite Ankerknoten die Synchronisationsanforderungsnachricht empfangen hat und die mittels des Referenztaktgebers gemessen wird, und zwar ausgehend von dem ersten Zeitstempelwert, den dem zweiten Ankerknoten zugeordneten zweiten, dritten und vierten Zeitstempelwert und von der Zeit

    zu der der zweite Ankerknoten die Synchronisationsanforderungsnachricht empfangen hat und die mittels seines lokalen Taktgebers gemessen wird; und dass

    (f1) die Ankunftszeitdifferenzen

    für die gesamten zweiten Ankerknoten berechnet werden, wobei

    die Empfangszeit der Synchronisationsanforderungsnachricht ist, die mittels des Referenztaktgebers gemessen wird; und

    (f2) von den Ankunftszeitdifferenzen die Position des Etiketts abgeleitet wird.


     
    8. Verfahren zum Lokalisieren eines Etiketts mittels eines Sensornetzwerks nach Anspruch 7, dadurch gekennzeichnet, dass die Schritte (e), (f1) und (f2) von dem Referenzanker ausgeführt werden.
     
    9. Verfahren zum Lokalisieren eines Etiketts mittels eines Sensornetzwerks nach Anspruch 7, dadurch gekennzeichnet, dass die Schritte (e) und (f1) von dem Referenzanker ausgeführt werden und dass dieser die Ankunftszeitdifferenzen

    für die gesamten zweiten Ankerknoten an einen entfernt liegenden Server überträgt, wobei der Server dann ausgehend von diesen den Schritt (f2) ausführt.
     


    Claims

    1. A method for synchronising nodes within a sensor network, the network comprising a first node called a reference node (Ar), provided with a reference clock, and a set of second nodes (Ai) distinct from the reference node, each second node being provided with a local clock, said synchronisation being performed upon the occurrence of a given event, observed both by the reference node and the second nodes, comprising the following steps:

    (a) upon observing said event (210), said reference node broadcasts (220) a synchronisation message after having time stamped it when emitted by means of the reference clock to provide a first time stamping value

    and for each second node:

    (b) the synchronisation message is received by said second node and time stamped by the local clock of the same when received (230) to provide a second time stamping value

    said method being characterised in that:

    (c) said second node responds to the synchronisation message received by transmitting to the reference node a response message time stamped by its local clock when emitted (240), to provide a third time stamping value

    (d) the response message of the second node is received by the reference node and time stamped by the reference clock when received (250) to provide a fourth time stamping value

    (e) the time

    at which the second node has observed said event, measured by means of the reference clock, from the first time stamping value, the second, third and fourth time stamping values associated with the second node, and from the time

    at which the second node has observed said event, measured by means of its local clock, is estimated (260-270).


     
    2. The method for synchronising nodes according to claim 1, characterised in that in step (e):

    (e1) a propagation time

    between the reference node and said second node is determined (260) from the first time stamping value and the second, third and fourth time stamping values associated with the second node;

    (e2) the time

    at which the second node has observed said event, measured by means of the reference clock, is estimated (270) from the first time stamping value, the second time stamping value associated with the second node, the propagation time

    between the reference node and said second node, determined in step (e1), and from the time

    at which the second node has observed said event, measured by means of its local clock.


     
    3. The method for synchronising nodes according to claim 2, characterised in that the propagation time

    between the reference node and said second node is determined in step (e1) by:

    Where

    and





    are the first time stamping value and the second, third and fourth time stamping values associated with the second nodes (Ai) respectively and where δi,r is the ratio of the frequency of the local clock of the second node to the frequency of the reference clock.
     
    4. The method for synchronising nodes according to claim 2 or 3, characterised in that the time

    at which the second node has observed said event, measured by means of the reference clock is estimated in step (e2) by:

    where

    is the first time stamping value,

    is the second time stamping value associated with the second node (Ai),

    is the propagation time between the reference node and the second node, δi,r is the ratio of the frequency of the local clock of the second node to the frequency of the reference clock, and

    is the time at which the second node has observed said event, measured by means of its reference clock.
     
    5. The method for synchronising nodes according to one of claims 3 or 4, characterised in that the ratio δi,r of the frequency of the local clock of the second node to the frequency of the reference clock is estimated by the reference node from the reception of a response message preamble (mes_rep_i) of the second node, said preamble containing a predetermined pilot sequence.
     
    6. The method for synchronising node according to one of the preceding claims, characterised in that the response message of the second node (mes_rep_i) comprises as arguments, the time

    at which the second node has observed said event, measured by means of its local clock, and the second and third time stamping values

    associated with the second node.
     
    7. A method for locating a tag by means of a sensor network, said network comprising a first anchor node having a known position, called a reference anchor (Ar), provided with a reference clock, and a set of second anchor nodes (Ai), having known positions, which are distinct from the reference anchor, each second anchor node being provided with a local clock, comprising the following steps:

    (a0) the tag transmits a synchronisation request message (mes_clap) having as an argument an identifier (Idr) of the reference anchor (Ar);

    (a1) the synchronisation request message is received by the reference anchor and by the second anchor nodes, the reference anchor measuring the reception time

    of said message by means of the reference clock and the second anchor nodes measuring the reception time

    by means of their respective local clocks;

    (a2) upon receiving the synchronisation request message (210), the reference anchor broadcasts (220) a synchronisation message after having time stamped it when emitted by means of the reference clock to provide a first time stamping value

    and for each second anchor node:

    (b) the synchronisation message is received by said second anchor node and time stamped by the local clock of the same when received (230) to provide a second time stamping value

    (c) said second anchor node responds to the synchronisation message received by transmitting to the reference anchor a response message time stamped by its local clock when emitted (240), to provide a third time stamping value

    said method being characterised in that:

    (d) the response message of the second anchor node is received by the reference anchor and time stamped by the reference clock when received (250) to provide a fourth time stamping value

    (e) the time

    at which the second anchor node has received the synchronisation request message, measured by means of the reference clock, is estimated (260, 270), from the first time stamping value, the second, third and fourth time stamping values associated with the second anchor node, and from the time

    at which the second anchor node has received the synchronisation request message, measured by means of its local clock; and in that

    (f1) the time differences of arrival

    for the set of second anchor nodes are calculated, where

    is the reception time of the synchronisation request message, measured by means of the reference clock; and

    (f2) the position of the tag is deduced from said time differences of arrival.


     
    8. The method for locating a tag by means of a sensor network according to claim 7, characterised in that steps (e), (f1) and (f2) are carried out by the reference anchor.
     
    9. The method for locating a tag by means of a sensor network according to claim 7, characterised in that steps (e) and (f1) are carried out by the reference anchor and in that the latter transmits to a remote server the differences of times of arrival

    for the set of second anchor nodes, said server then performing step (f2) from these differences.
     




    Dessins












    RÉFÉRENCES CITÉES DANS LA DESCRIPTION



    Cette liste de références citées par le demandeur vise uniquement à aider le lecteur et ne fait pas partie du document de brevet européen. Même si le plus grand soin a été accordé à sa conception, des erreurs ou des omissions ne peuvent être exclues et l'OEB décline toute responsabilité à cet égard.

    Documents brevets cités dans la description




    Littérature non-brevet citée dans la description