(19)
(11)EP 3 434 841 B1

(12)FASCICULE DE BREVET EUROPEEN

(45)Mention de la délivrance du brevet:
29.04.2020  Bulletin  2020/18

(21)Numéro de dépôt: 18173512.7

(22)Date de dépôt:  22.05.2018
(51)Int. Cl.: 
E04F 11/025(2006.01)
E04F 11/116(2006.01)
E04F 11/108(2006.01)
E04F 11/02(2006.01)

(54)

ÉSCALIER PRÉFABRIQUÉ COMPORTANT UN QUART TOURNANT À GIRON RÉGLABLE

VORGEFERTIGTE TREPPE, DIE EINE VIERTELWENDELUNG MIT REGULIERBAREM AUFTRITT UMFASST

PREFABRICATED STAIRCASE INCLUDING A QUARTER TURN WITH ADJUSTABLE TREAD


(84)Etats contractants désignés:
AL AT BE BG CH CY CZ DE DK EE ES FI FR GB GR HR HU IE IS IT LI LT LU LV MC MK MT NL NO PL PT RO RS SE SI SK SM TR

(30)Priorité: 25.07.2017 FR 1757046

(43)Date de publication de la demande:
30.01.2019  Bulletin  2019/05

(73)Titulaire: PBM Concept
69800 Saint Priest (FR)

(72)Inventeur:
  • TATTEGRAIN, Benoit
    69003 Lyon (FR)

(74)Mandataire: Cabinet Laurent & Charras 
Le Contemporain 50 Chemin de la Bruyère
69574 Dardilly Cedex
69574 Dardilly Cedex (FR)


(56)Documents cités: : 
DE-A1- 2 315 329
DE-U1-202014 004 447
JP-A- 2015 218 478
DE-U1-202013 008 618
FR-A1- 3 041 979
US-A1- 2001 027 627
  
      
    Il est rappelé que: Dans un délai de neuf mois à compter de la date de publication de la mention de la délivrance de brevet européen, toute personne peut faire opposition au brevet européen délivré, auprès de l'Office européen des brevets. L'opposition doit être formée par écrit et motivée. Elle n'est réputée formée qu'après paiement de la taxe d'opposition. (Art. 99(1) Convention sur le brevet européen).


    Description

    DOMAINE DE L'INVENTION



    [0001] L'invention concerne un escalier de type comportant un quart tournant, c'est-à-dire permettant d'assurer une rotation de l'escalier. Cet escalier présente un giron et une hauteur de marche réglables.

    [0002] Par ailleurs, cet escalier peut être associé à un escalier de type droit de structure analogue et qui ne nécessite pas pour sa mise en place de moyens de manutention lourds, tels que classiquement mis en œuvre avec les escaliers préfabriqués traditionnels.

    ETAT ANTERIEUR DE LA TECHNIQUE



    [0003] Les escaliers préfabriqués sont d'un usage aujourd'hui largement répandu. Ils sont la plupart du temps réalisés en béton. Plus particulièrement lorsque de tels escaliers comportent un quart tournant, toute la section constitutive de ce quart tournant est traditionnellement monobloc, engendrant un poids important, nécessitant dès lors des outils de manutention adaptés, et en outre, limitant les possibilités de réglage du giron d'une part et de la hauteur des marches d'autre part, sauf à multiplier les moules permettant de réaliser de tels quarts tournants.

    [0004] Lorsque de plus, de tels quarts tournants sont associés avec des sections droites, la liaison entre l'extrémité supérieure ou inférieure du quart tournant et ladite section droite engendre des difficultés, au regard notamment de la nécessité d'assurer une cohésion d'ensemble et une résistance mécanique dudit escalier en résultant.

    [0005] Le document DE 20 2014 004 447 U1 décrit un escalier préfabriqué comportant un quart tournant comprenant un limon sur lequel sont fixés unitairement des plateaux de marche, le limon étant constitué d'une poutre métallique réalisée par découpage et pliage d'au moins une tôle réalisée en acier, de telle sorte à définir au moins quatre zones de réception des plateaux de marche, aptes à assurer le quart tournant, lesdites zones de réception comprenant une première zone d'appui desdits plateaux de marche; quatre au moins des plateaux de marche étant adaptés auxdites quatre zones du limon pour assurer le quart tournant. Il ne permet le réglage ni du giron ni de la hauteur des marches.

    [0006] L'objet de la présente invention est de s'affranchir de ces différents inconvénients, d'une part en favorisant la réalisation et la pose de tels escaliers, et d'autre part en permettant de manière simple de proposer un réglage possible tant du giron que de la hauteur des marches.

    EXPOSE DE L'INVENTION



    [0007] L'invention propose un escalier préfabriqué comprenant un limon, non plus réalisé en béton mais en métal, sur lequel sont fixées unitairement des marches notamment réalisées en béton ou en bois.

    [0008] Ainsi, selon l'invention, la poutre-support constitutive du limon est constituée d'au moins une tôle pliée, typiquement réalisée en acier, définissant :

    ▪ des contremarches ;

    ▪ des zones de réception et de fixation des marches, et plus précisément des plateaux de marche.



    [0009] Ainsi selon l'invention, l'escalier comporte un quart tournant, qui comprend un limon constitué d'une poutre métallique unique réalisée par découpage et pliage d'au moins une tôle notamment d'acier, de telle sorte à définir au moins quatre zones de réception des plateaux de marche, aptes à assurer le quart tournant, les plateaux de marche étant réalisés en béton ou en bois, dont quatre au moins sont adaptés auxdites quatre zones du limon pour assurer le quart tournant.

    [0010] En d'autres termes, l'invention consiste à prévoir une poutre support unique constitutive du limon, réalisée par découpage et pliage d'au moins une tôle d'acier, voire de plusieurs, ces opérations de découpage et de pliage permettant de faire varier la hauteur des marches d'une part, et par conception permet également de faire varier le giron en raison du positionnement choisi des plateaux de marche sur ledit limon.

    [0011] Selon un premier mode de réalisation de l'invention, la poutre métallique constitutive du limon est constituée d'une tôle métallique unique, découpée puis repliée, de telle sorte à définir le fond du limon ainsi que deux ailes latérales.

    [0012] Selon l'invention, les zones de réception définies par le limon pour les plateaux de marche comprennent une première zone d'appui et de collage desdits plateaux de marche, et une seconde zone définissant une encoche orientée selon un plan essentiellement vertical de largeur correspondant sensiblement à l'épaisseur du plateau de marche, encoche au sein de laquelle lesdits plateaux sont susceptibles de coulisser selon une distance plus ou moins importante fonction du giron souhaité. Ce faisant, on peut faire varier la superposition des plateaux de marche au niveau du quart tournant l'un par rapport à l'autre en fonction du débord souhaité au niveau du collet. Pour rappel, le collet est la partie la plus étroite des marches d'un escalier tournant notamment d'un escalier à vis.

    [0013] Alternativement, les plateaux de marche peuvent ne pas être collés sur ladite première zone d'appui, mais fixés réversiblement, par boulonnage par exemple, desdits plateaux sur une platine fixée sur la poutre métallique. Les plateaux de marche sont alors munis d'un ou des plusieurs inserts filetés, traversant des orifices positionnés de manière correspondante au sein de la platine.

    [0014] Dans la configuration selon laquelle les plateaux de marche sont collés sur la zone d'appui de la contremarche, chacun des plateaux de marche comporte sur sa surface inférieure, c'est-à-dire sur sa face d'appui, une encoche ou évidement apte à coopérer avec une saillie correspondante, émanant de la contremarche.

    [0015] Lesdites contremarches sont également réalisées en métal, et fixées entre les deux ailes latérales précitées, notamment par soudure.

    [0016] Selon un second mode de réalisation, la poutre constitutive du limon n'est pas réalisée à partir du découpage et du pliage en forme de U à partir d'une seule tôle, mais à partir du découpage, du pliage et de l'assemblage de deux tôles distinctes en forme de L. Cet assemblage est réalisé notamment par soudure. Les deux tôles ainsi soudées définissent le fond du limon et ses ailes latérales. Les deux ailes latérales qui résultent du pliage et du découpage définissent alors une zone de de réception des plateaux de marche.

    [0017] Ce second mode de réalisation permet de réduire de façon significative la largeur du limon et donc l'encombrement lié à une telle installation.

    [0018] Les extrémités des deux ailes latérales, selon ce second mode de réalisation, sont repliées en direction l'une de l'autre, afin de former une contremarche qui se retrouve alors intégrée à la poutre. Le bord des extrémités libres des ailes, après repliage, peut être solidarisé l'un à l'autre, notamment par soudure.

    [0019] Lorsque les plateaux de marches sont destinés à être collés, ils présentent par moulage ou par découpe, une zone en saillie s'étendant dans le plan dudit plateau, cette saillie faisant fonction d'épaulement apte à être reçue entre les deux ailes latérales du limon. Selon le second mode de réalisation, des surfaces d'appui et de solidarisation des plateaux de marche ou platines sont ensuite fixées au voisinage de l'extrémité libre des deux ailes latérales. Les plateaux de marche sont alors fixés au limon par boulonnage sur ces surfaces.

    [0020] Selon l'invention, des sections droites de l'escalier peuvent être accolées aux deux extrémités du quart tournant et à cet effet, le limon comporte plusieurs tronçons de poutres assemblés les uns aux autres notamment par boulonnage. La liaison entre les différents tronçons de poutre est réalisée par l'entremise deux platines et boulons.

    BREVE DESCRIPTION DES FIGURES



    [0021] La manière dont l'invention peut être réalisée et les avantages qui en découlent, ressortiront mieux des exemples de réalisation qui suivent, donné à titre indicatif et non limitatif à l'appui des figures annexées.

    La figure 1 est une représentation schématique en perspective de l'escalier quart tournant conforme à un premier mode de réalisation de l'invention.

    La figure 2 est une représentation schématique en perspective du limon de l'escalier de l'invention selon le premier mode de réalisation.

    La figure 3 est une représentation schématique en plan illustrant le positionnement des plateaux de marche sur le limon selon le premier mode de réalisation.

    La figure 4 est une représentation en plan supérieur illustrant notamment la superposition des plateaux de marche d'un escalier de facture traditionnelle et d'un escalier conforme à l'invention toujours selon la même mode de réalisation.

    La figure 5 illustre l'assemblage de deux tronçons du limon, respectivement le limon du quart tournant et le limon d'une section droite.

    La figure 6 est une représentation schématique en perspective du limon selon un second mode de réalisation de l'invention.

    La figure 7 est une représentation schématique en perspective d'un plateau de marche vue de sa face interne en cours de fixation sur le limon.

    La figure 8 est une vue analogue à la figure 7, ledit plateau étant alors complètement fixé sur le limon.


    DESCRIPTION DETAILLEE DE L'INVENTION



    [0022] On a représenté au sein de la figure 1 une vue en perspective schématique de l'escalier à quart tournant (1) conforme à un premier mode de réalisation de l'invention. Comme déjà dit, cet escalier est de type préfabriqué, en ce sens qu'il comporte un limon indépendant des plateaux de marche.

    [0023] Dans le cadre de l'invention, le limon est métallique. Une fois réalisé, il est déplacé sur site et posé, et des plateaux de marche indépendants (18) sont rapportés et fixés sur ledit limon une fois celui-ci fixé. Typiquement, les plateaux de marche sont réalisés en béton par moulage mais peuvent également être réalisés en bois par découpe.

    [0024] Le limon (2) est constitué d'une poutre métallique, réalisée, selon ce premier mode de réalisation, à partir d'une tôle unique d'acier découpée à plat, par exemple à l'aide d'une machine à commande numérique. Une fois découpée, cette tôle est repliée en forme de U afin de définir le fond (3) du limon, ainsi que deux ailes latérales (4 et 5), s'étendant sensiblement perpendiculairement par rapport au fond (3).

    [0025] Ces ailes latérales (4, 5) présentent des découpes de telle sorte à définir chacune une encoche (6), s'étendant sensiblement dans un plan vertical, et dont la fonction sera décrite ultérieurement.

    [0026] Ainsi qu'on peut l'observer sur la figure 2, lesdites ailes latérales (4) et (5) présentent des découpes telles qu'elles définissent au niveau de leur bord libre supérieur, résultant de la découpe de la tôle constitutive du limon, une surface horizontale d'appui pour les plateaux de marche.

    [0027] Par ailleurs, toujours selon ce premier mode de réalisation, une contremarche (7), également réalisée en métal, prolongée par une surface horizontale d'appui (8) et de collage, est fixée entre lesdites ailes latérales (4 et 5), notamment par soudure.

    [0028] On conçoit aisément qu'en agissant sur la machine de découpe à commande numérique assurant la découpe de la tôle constitutive du limon (2), on peut jouer sur la hauteur des contremarches de manière simple, et ainsi définir l'escalier souhaité en termes de telles caractéristiques.

    [0029] Les surfaces d'appui (8) précitées servent également à recevoir les plateaux de marche au niveau desquelles ces derniers sont collés. Avantageusement, la zone avant des contremarches comporte une saillie ou excroissance (9) dirigée vers le haut, apte à coopérer avec une gorge complémentaire, ménagée sur la face inférieure des plateaux de marche afin d'optimiser la stabilité du positionnement de ces derniers sur le limon.

    [0030] Selon un autre mode de réalisation de l'invention, plus particulièrement décrit en relation avec les figures 5 à 7, le limon n'est plus formé d'une seule tôle découpée puis pliée en forme de U, mais de deux tôles (24) et (25), découpées et pliées en forme de L. La méthode de découpe et de pliage repose sur le même principe que celui évoqué en relation avec le premier mode de réalisation.

    [0031] Les deux tôles en forme de L ainsi formés sont assemblées, notamment par soudure, au niveau de leur barre horizontale afin de former le fond du limon (23). Les extrémités libres des deux ailes latérales sont repliées en direction l'une de l'autre, afin de mettre en contact leur bord extrême, ces derniers pouvant en outre être solidarisés l'un à l'autre, notamment par soudure. Elles forment ainsi une contremarche (26).

    [0032] Selon le même principe que décrit précédemment, la découpe des deux plaques (24) et (25) favorise le positionnement des plateaux de marche et rend celui-ci modulable.

    [0033] Des surfaces d'appui et de solidarisation (28) ou platines percées d'orifices traversants (27) sont ensuite soudées au voisinage des extrémités libres des deux ailes latérales afin d'accueillir les plateaux de marche. Ces derniers sont munis d'inserts filetés, aptes à traverser les orifices (27) de la platine (28), et à recevoir chacun un boulon de fixation. Alternativement, des vis (31) sont insérées dans des taraudages filetés ménagés au sein de la face inférieure (30) du plateau de marche après avoir traversé lesdits orifices (27) de la platine (28). Afin de faciliter le positionnement puis la fixation du plateau de marche sur la platine, les deux orifices antérieurs de cette dernière sont remplacés par des lumières débouchantes (32), permettant de faire glisser ledit plateau de marche déjà muni des deux vis correspondantes (31) non complètement vissées. Lorsque le plateau de marche est correctement positionné sur la platine, on boulonne alors complètement, avec vissage de la troisième vis dans l'orifice (27) : voir figures 7 et 8.

    [0034] S'agissant de ces plateaux de marche, dans le cadre de l'escalier à quart tournant de l'invention, il convient d'en réaliser au moins quatre, de formes différentes, pour s'adapter au virage résultant du quart tournant. On observe ces plateaux de marche en plan sur la figure 4 illustrant ces différentes formes. Plus spécifiquement, le plateau de marche (10) est fixe et de dimension déterminée.

    [0035] Les trois autres plateaux de marches (11, 12 et 13), tout comme le plateau de marche (10) sont également réalisés par moulage et présentent des formes différentes.

    [0036] Quoi qu'il en soit, chacun de ces plateaux de marche présente, lorsqu'il doit être fixé par collage, une zone en saillie (respectivement 14, 15, 16 et 17) obtenue par moulage ou par découpe, de longueur correspondant à l'écartement entre les deux ailes latérales (4 et 5), définissant un épaulement aux fins d'être reçu entre lesdites ailes latérales (4, 5), ainsi qu'on l'observe sur la figure 4 et favorisant là encore la stabilité du positionnement et de la fixation desdits plateaux de marche au sein du limon (2).

    [0037] En outre et comme déjà indiqué, l'épaisseur des plateaux de marche (10, 11, 12, 13, 18) correspond au jeu près à la largeur des encoches (6) définie par les ailes latérales du limon (2).

    [0038] Ainsi, hormis le plateau de marche (10) qui est fixe, en raison du fait qu'il présente la forme correspondant à l'angle entre deux murs adjacents au niveau duquel l'escalier est installé, les autres plateaux de marche peuvent coulisser de manière plus ou moins importante au sein desdites encoches (6), afin de permettre de faire varier le giron de l'escalier au niveau du virage et notamment afin de conserver un giron constant sur la ligne de foulée, c'est-à-dire, selon la définition résultant de la norme EN 14843, la ligne conventionnelle figurant la trajectoire habituelle des usagers de l'escalier.

    [0039] On a de fait représenté au sein la figure 3 par des flèches le sens de superposition des plateaux de marche et notamment concernant les plateaux de marche supérieurs (11 et 12) en direction de la marche fixe (10) et du plateau inférieur (13) là encore en direction de la marche fixe (10).

    [0040] Ce degré de superposition des plateaux de marche est établi en fonction également du débord souhaité au niveau du collet.

    [0041] Par ailleurs et ainsi qu'on l'a représenté en figure 5, la zone du quart tournant de l'escalier décrit ci-dessus peut être raccordée à des zones d'escalier droit. À cet effet, on met en œuvre un limon, également constitué d'une poutre métallique du type de celle décrite précédemment, mais cette fois linéaire, boulonnée (33) au limon (2) afin d'assurer la cohésion à l'ensemble. Les plateaux de marche alors mis en place sur ces sections droites sont de format standard et constant, leur fixation et positionnement étant en revanche analogues à ceux décrits en relation avec la description qui précède.

    [0042] On conçoit tout l'intérêt de l'escalier conforme à l'invention dans la mesure où il permet de manière simple de disposer d'un escalier à quart tournant à giron réglable en hauteur des marches également réglable.

    [0043] En outre, on conçoit également l'optimisation en termes de facilité de déplacement et de pose en raison du poids relativement réduit du limon et des plateaux de marche venant se fixer sur ledit limon.


    Revendications

    1. Escalier préfabriqué comportant un quart tournant comprenant un limon central (2) sur lequel sont fixées unitairement des plateaux de marche (10 - 13, 18), le limon central (2) étant constitué d'une poutre métallique réalisée par découpage et pliage d'au moins une tôle notamment réalisée en acier, de telle sorte à définir au moins quatre zones de réception des plateaux de marche, aptes à assurer le quart tournant, lesdites zones de réception comprenant une première zone d'appui et éventuellement de collage desdits plateaux de marche, et une seconde zone définissant une encoche (6, 29) orientée selon un plan essentiellement vertical et de largeur correspondant sensiblement à l'épaisseur du plateau de marche, encoche au sein de laquelle lesdits plateaux sont susceptibles de coulisser selon une distance plus ou moins importante - fonction du giron souhaité ;

    • les plateaux de marche sont réalisés en béton ou en bois, dont quatre au moins sont adaptés auxdites quatre zones du limon pour assurer le quart tournant.


     
    2. Escalier préfabriqué selon la revendication 1, caractérisé en ce que le limon (2) est obtenu à partir du découpage et du pliage en forme de U d'une tôle métallique unique, les ailes latérales (4, 5) résultant du pliage et du découpage ainsi obtenues définissant une zone de réception des plateaux de marche.
     
    3. Escalier préfabriqué selon la revendication 2, caractérisé en ce qu'il comprend en outre des contremarches (7), également réalisées en métal, et soudées au sein de la poutre métallique constitutive du limon entre les ailes latérales (4, 5).
     
    4. Escalier préfabriqué selon la revendication 3, caractérisé en ce que chacun des plateaux de marche comporte sur sa surface inférieure c'est-à-dire sur sa face d'appui, une encoche ou évidement apte à coopérer avec une saillie correspondante, émanant des contremarches (7).
     
    5. Escalier préfabriqué selon l'une des revendications 2 à 4, caractérisé en ce que les différents plateaux de marche présentent, par moulage ou par découpe, une zone en saillie faisant fonction d'épaulement apte à être reçue entre les deux ailes latérales (4, 5) du limon, résultant du repliage de la tôle découpée constitutive de la poutre métallique formant le limon.
     
    6. Escalier préfabriqué selon les revendications 1 et 2, caractérisé en ce que le limon (2) est obtenu à partir du découpage, du pliage et de l'assemblage, notamment par soudure, de deux tôles en forme de L, définissant après soudure, le fond (23) du limon et des ailes latérales (24, 25) résultant du pliage et du découpage, définissant une zone de réception des plateaux de marche.
     
    7. Escalier préfabriqué selon la revendication 6, caractérisé en ce que les extrémités libres des ailes latérales (24, 25) sont repliées en direction l'une de l'autre et éventuellement solidarisées entre elles, notamment par soudure, de façon à former une contremarche (26).
     
    8. Escalier préfabriqué selon l'une des revendications 6 et 7, caractérisé en ce que le limon (2) reçoit une surface (28) ou platine d'appui et de solidarisation des plateaux de marche, fixée au voisinage de l'extrémité libre des ailes latérales (24, 25).
     
    9. Escalier préfabriqué selon la revendication 8, caractérisé en ce que les plateaux de marche sont fixés au limon par boulonnage sur la surface d'appui et de solidarisation (28).
     
    10. Escalier préfabriqué selon l'une des revendications 1 à 9, caractérisé en ce que le limon est constitué de plusieurs tronçons de poutre assemblés les uns aux autres, notamment par boulonnage.
     


    Ansprüche

    1. Vorgefertigte Treppe mit einer Viertelwendelung mit einem Mittelholm (2), an dem die Trittstufen (10 - 13, 18) einzeln befestigt sind,

    ▪ der Mittelholm (2) besteht dabei aus einem Metallpfosten, ausgeführt durch Schneiden und Biegen mindestens eines Blechs, insbesondere aus Stahl ausgeführt, so dass mindestens vier Aufnahmezonen für die Stufenplatten definiert sind, die in der Lage sind, die Viertelwendelung auszuführen, diese Aufnahmezonen umfassen eine erste Auflagefläche und eventuell Klebefläche für diese Stufenplatten, und eine zweite Zone definiert eine Kerbe (6, 29), die entlang einer im Wesentlichen senkrechten Ebene ausgerichtet ist, mit einer Breite, die im Wesentlichen der Dicke der Stufenplatte entspricht, in dieser Kerbe sollen die genannten Platten entsprechend einer größeren oder kleineren Distanz gleiten - abhängig von der gewünschten Trittstufe;

    ▪ die Stufenflächen werden aus Beton oder Holz ausgeführt, mindestens vier von ihnen, sind an die vier Holmzonen angepasst, um die Viertelwendelung zu gewährleisten.


     
    2. Vorgefertigte Treppe nach Anspruch 1, dadurch gekennzeichnet, dass der Holm (2) durch Schneiden und Biegen in U-Form eines einzigen Metallblechs erfolgt, die so erhaltenen Seitenflügel (4, 5), die sich aus dem Biegen und Schneiden ergeben, definieren eine Aufnahmezone für die Stufenplatten.
     
    3. Vorgefertigte Treppe nach Anspruch 2, dadurch gekennzeichnet, dass sie außerdem Setzstufen (7) umfasst, die ebenfalls aus Metall ausgeführt werden und innerhalb des Metallbalkens, der den Holm bildet, zwischen den Seitenflügeln (4, 5) geschweißt wird.
     
    4. Vorgefertigte Treppe nach Anspruch 3, dadurch gekennzeichnet, dass jede der Stufenplatten auf ihrer Unterseite, das heißt auf ihrer Auflageseite, eine Kerbe oder Vertiefung umfasst, die in eine entsprechende Auskragung, die aus den Setzstufen (7) ragt, greifen kann.
     
    5. Vorgefertigte Treppe nach einem der Ansprüche 2 bis 4, dadurch gekennzeichnet, dass die verschiedenen Stufenplatten durch Gießen oder Schneiden, eine hervorragende Zone umfassen, die als Schulter dient, die zwischen den beiden Seitenflügeln (4, 5) des Holms aufgenommen wird, der sich aus dem erneuten Biegen des ausgeschnittenen Blechs ergibt, das den Metallbalken bildet, das den Holm bildet.
     
    6. Vorgefertigte Treppe nach Anspruch 1 und 2, dadurch gekennzeichnet, dass der Holm (2) durch Schneiden, Biegen und Montage ergibt, insbesondere durch Schweißen, von zwei Blechen in L- Form, die nach dem Schweißen den Boden (23) des Holms und der Seitenflügel (24, 25) bilden, die durch Biegen und Schneiden entstehen und die eine Aufnahmezone der Stufenplatten definieren.
     
    7. Vorgefertigte Treppe nach Anspruch 6, dadurch gekennzeichnet, dass die freien Enden der Seitenflügel (24, 25) in Richtung aufeinander gebogen sind und eventuell miteinander verbunden sind, vor allem durch Schweißen, um so eine Setzstufe (26) zu bilden.
     
    8. Vorgefertigte Treppe nach einem der Ansprüche 6 und 7, dadurch gekennzeichnet, dass der Holm (2) eine Auflage- und Befestigungsfläche (28) oder Auflage- und Befestigungsplatine der Stufenplatten umfasst, befestigt in Nähe des freien Endes des Seitenflügels (24, 25).
     
    9. Vorgefertigte Treppe nach Anspruch 8, dadurch gekennzeichnet, dass die Stufenplatten mit dem Holm über eine Bolzenverbindung mit der Auflage- und Befestigungsfläche (28) befestigt sind.
     
    10. Vorgefertigte Treppe nach einem der Ansprüche 1 bis 9, dadurch gekennzeichnet, dass der Holm aus mehreren Balkenteilstücken besteht, die insbesondere durch Verschraubung zusammenmontiert sind.
     


    Claims

    1. Prefabricated staircase with a quarter turn comprising a central stringer (2) to which are singly attached to the treads (10 - 13, 18), the central stringer (2) being made of a metal beam manufactured by cutting and bending of at least one metal sheet, in particular made of steel, so as to define at least four zones receiving the treads, suitable to provide the quarter turn, the said receiving zones comprising a first zone for supporting and possibly bonding the said treads, and a second zone defining a notch (6, 29) orientated along an essentially vertical plane and having a width corresponding substantially to the thickness of the tread, within which notch the said treads are capable of sliding over a variable distance - depending on the desired tread area;
    ▪ the treads are made of concrete or wood, of which at least four are adapted to the said four zones of the stringer to obtain the quarter turn.
     
    2. Prefabricated staircase according to the claim 1, characterised in that the stringer (2) is obtained from the cutting bending into a U-shape of a single metal sheet, the sides (4, 5) resulting from the bending and cutting thus performed defining a zone for receiving the treads.
     
    3. A prefabricated staircase according to claim 2, characterised in that it also comprises risers (7), also made of metal, and welded into the metal beam forming the stringer between the sides (4, 5).
     
    4. A prefabricated staircase according to claim 3, characterised in that on the underside of each of the treads i.e. on its bearing face, there is a notch or groove designed to match a corresponding protrusion, made in the risers (7).
     
    5. A prefabricated staircase according to claims 2 to 4, characterised in that the various treads have, by moulding or cutting, a protruding area acting as a shoulder which can be received between the two wings (4, 5) of the stringer, resulting from the bending of the sheet metal forming the stringer.
     
    6. A prefabricated staircase according to the claims 1 and 2, characterised in that the stringer (2) is obtained from the cutting, bending and assembly, in particular by welding, two L-shaped metal sheets, defining after welding, the base (23) of the stringer and the sides (24, 25) resulting from the bending and cutting process, defining a zone for receiving the treads.
     
    7. A prefabricated staircase according to claim 6, characterised in that the free ends of the sides (24, 25) are bent towards each other and possibly joined together, in particular by welding, to form a riser (26).
     
    8. A prefabricated staircase according to one of claims 6 and 7, characterised in that the stringer (2) receives a bearing and connecting plate (28) or surface for supporting and securing the treads, attached near the free end of the sides (24, 25).
     
    9. A prefabricated staircase according to claim 8, characterised in that the treads are attached to the stringer by bolting to the bearing and connecting plate (28).
     
    10. A prefabricated staircase according to one of claims 1 to 9, characterised in that the stringer comprises several beam sections assembled together, in particular by bolting.
     




    Dessins




















    Références citées

    RÉFÉRENCES CITÉES DANS LA DESCRIPTION



    Cette liste de références citées par le demandeur vise uniquement à aider le lecteur et ne fait pas partie du document de brevet européen. Même si le plus grand soin a été accordé à sa conception, des erreurs ou des omissions ne peuvent être exclues et l'OEB décline toute responsabilité à cet égard.

    Documents brevets cités dans la description