(19)
(11)EP 3 471 882 B1

(12)FASCICULE DE BREVET EUROPEEN

(45)Mention de la délivrance du brevet:
11.12.2019  Bulletin  2019/50

(21)Numéro de dépôt: 17734800.0

(22)Date de dépôt:  15.06.2017
(51)Int. Cl.: 
B01L 3/02(2006.01)
(86)Numéro de dépôt:
PCT/FR2017/051552
(87)Numéro de publication internationale:
WO 2017/216489 (21.12.2017 Gazette  2017/51)

(54)

EMBOUT DE SYSTEME DE PIPETAGE PRESENTANT UNE CONICITE DOUBLE

PIPETTIERSYSTEMSPITZE MIT DOPPELTER KONIZITÄT

PIPETTING SYSTEM TIP HAVING DOUBLE CONICITY


(84)Etats contractants désignés:
AL AT BE BG CH CY CZ DE DK EE ES FI FR GB GR HR HU IE IS IT LI LT LU LV MC MK MT NL NO PL PT RO RS SE SI SK SM TR

(30)Priorité: 17.06.2016 FR 1655652

(43)Date de publication de la demande:
24.04.2019  Bulletin  2019/17

(73)Titulaire: GILSON SAS
95400 Villiers-le-Bel (FR)

(72)Inventeurs:
  • DUDEK, Bruno
    60560 Orry La Ville (FR)
  • BARBIEUX, Jonathan
    77186 Noisiel (FR)

(74)Mandataire: Brevalex 
95, rue d'Amsterdam
75378 Paris Cedex 8
75378 Paris Cedex 8 (FR)


(56)Documents cités: : 
FR-A1- 3 026 658
  
      
    Il est rappelé que: Dans un délai de neuf mois à compter de la date de publication de la mention de la délivrance de brevet européen, toute personne peut faire opposition au brevet européen délivré, auprès de l'Office européen des brevets. L'opposition doit être formée par écrit et motivée. Elle n'est réputée formée qu'après paiement de la taxe d'opposition. (Art. 99(1) Convention sur le brevet européen).


    Description

    DOMAINE TECHNIQUE



    [0001] La présente invention se rapporte au domaine des systèmes de pipetage multicanaux tels que les systèmes automatisés de pipetage appelés robots, et les pipettes de prélèvement monocanal ou multicanaux, également dénommées pipettes de laboratoire, ou encore pipettes de transfert de liquide à déplacement d'air, destinées au prélèvement et à l'introduction calibrées de liquide dans des récipients. De telles pipettes, qu'elles soient manuelles, motorisées ou hybrides, sont destinées à être tenues en main par un opérateur durant les opérations de prélèvement et de dispense de liquide.

    [0002] L'invention concerne plus particulièrement la conception des embouts de ces systèmes de pipetage, les embouts étant destinés à porter les cônes de prélèvement formant des éléments consommables.

    ETAT DE LA TECHNIQUE ANTERIEURE



    [0003] De l'art antérieur, il est connu des pipettes de prélèvement multicanaux disposant d'une conception du type intégrant un corps formant poignée, ainsi qu'une partie basse présentant à son extrémité plusieurs embouts porte-cône de prélèvement, dont la fonction connue est de porter des cônes de prélèvement, également dits consommables.

    [0004] Sur les pipettes conventionnelles, chaque embout comprend deux portions annulaires de maintien du cône formant chacune saillie sur la surface extérieure de l'embout, et étant espacées l'une de l'autre selon une direction axiale de l'embout. La portion de maintien supérieure, en forme de bourrelet, remplit essentiellement la fonction de maintien par friction du cône et limite l'introduction dans ce dernier dans l'embout. La portion inférieure, bien que participant également au maintien du cône, remplit la fonction d'étanchéité entre le cône de prélèvement et l'embout. Ensemble, les deux portions de maintien assurent le centrage de l'embout et du cône.

    [0005] Cette conception est celle rencontrée depuis des décennies sur les pipettes.

    [0006] Néanmoins, il a récemment été proposé une nouvelle conception visant à renforcer l'ergonomique de l'opération d'emmanchement des cônes. Cette conception est décrite dans le document FR 3 026 658. Elle prévoit un joint à lèvre sur l'embout pour assurer l'étanchéité avec le cône de prélèvement, ainsi que deux portions de maintien du cône disposées de part et d'autre du joint. De ce fait, l'effort de contact entre le cône et l'embout au niveau des deux portions de maintien peut être faible, puisque ces portions ne sont plus utilisées pour obtenir l'étanchéité. L'effort d'emmanchement des cônes s'en trouve avantageusement réduit, et peu impacté par la coopération entre le cône et le joint à lèvre, en raison de la souplesse intrinsèque de ce dernier. A titre indicatif, avec une telle conception, un effort axial d'emmanchement de l'ordre de 5N par embout s'avère suffisant pour obtenir une étanchéité et un maintien correct de chaque cône de la pipette multicanaux. Par exemple, des résultats satisfaisants sont obtenus avec un effort axial d'emmanchement de l'ordre de 40N, sur une pipette multicanaux à huit embouts.

    [0007] L'opération d'emmanchement des cônes est ainsi plus ergonomique, limitant les risques de troubles musculo-squelettiques (TMS) aux opérateurs.

    [0008] Ainsi, cette conception présente la particularité de dissocier les moyens de l'embout dédiés au maintien mécanique du cône par friction, et ceux dédiés à l'obtention de l'étanchéité, formés par un joint à lèvre, dont l'effort de flexion de la / des lèvres est sensiblement inférieur à l'effort de compression d'un joint torique conventionnel.

    [0009] De plus, en décalant axialement les deux portions de maintien, celles-ci assurent un centrage long qui assure par ailleurs un parfait maintien latéral du cône de prélèvement, capable de résister aux sollicitations radiales susceptibles d'être rencontrées lors de la manipulation de la pipette, au cours des opérations de pipetage. Enfin, le fait d'intercaler le joint entre ces deux portions de maintien en saillie, c'est-à-dire formant relief à la surface extérieure de l'embout, procure une optimisation de la longueur axiale de l'embout.

    [0010] Au vu de ce qui précède, il est noté que la solution du document FR 3 026 658 apporte une réponse au besoin de réduction de l'effort d'emmanchement / de l'effort d'éjection, tout en garantissant l'étanchéité et la tenue mécanique des cônes, même lorsque ces derniers sont sollicités. Une telle sollicitation mécanique se produit par exemple lors d'un mouvement de « léchage » réalisé par l'opérateur, au cours duquel les extrémités des cônes raclent la surface interne d'un puits afin de transférer la dernière goutte de liquide susceptible d'être retenue par capillarité à l'extrémité du consommable. Dans ce cas de figure, il importe de conserver la tenue mécanique de chaque cône, afin notamment de faire en sorte qu'ils restent parallèles les uns aux autres durant le raclage sur les puits successifs.

    [0011] Il est noté par ailleurs que pour favoriser la déformation radiale de la collerette du cône de prélèvement sans augmenter l'effort d'emmanchement, les portions annulaires de maintien peuvent être réalisées à l'aide d'éléments ponctuels espacés les uns des autres, comme cela est également mentionné dans le document FR 3 026 658. Il s'agit donc d'une technique qui permet de renforcer la tenue mécanique du cône, sans augmenter l'effort d'emmanchement.

    [0012] De façon plus générale, la solution du document FR 3 026 658 est basée sur la présence d'un joint agencé entre deux zones de maintien / de retenue mécanique du cône de prélèvement, qui peut s'appliquer à une pipette monocanal, même si elle trouve un intérêt tout particulier pour les pipettes multicanaux.

    [0013] Dans tous les cas, il subsiste un besoin d'optimisation des embouts de pipettes, visant à bénéficier des avantages mentionnés ci-dessus tout en élargissant la compatibilité de l'embout avec les différents types de consommables, en particulier avec les différentes conicités de collerette rencontrées sur les cônes de prélèvement disponibles sur le marché. De plus, ce besoin existe de façon similaire pour les robots, également destinés à fonctionner avec des consommables de formes différentes.

    EXPOSÉ DE L'INVENTION



    [0014] Pour répondre au moins partiellement à ce besoin, l'invention a tout d'abord pour objet un embout porte-cône de prélèvement pour partie basse de système de pipetage, l'embout présentant un axe longitudinal s'inscrivant dans un premier plan fictif.

    [0015] Selon l'invention, l'embout comprend successivement de bas en haut le long de son axe longitudinal, en saillie radialement vers l'extérieur à partir d'une surface extérieure de l'embout :
    • un premier groupe de premiers éléments de retenue de cône de prélèvement espacés les uns des autres le long d'une première zone annulaire de l'embout, deux desdits premiers éléments de retenue étant agencés dans un second plan fictif orthogonal au premier plan fictif, et définissant un diamètre extérieur de plus grande dimension, dit premier diamètre extérieur maximal ;
    • un second groupe de seconds éléments de retenue de cône de prélèvement espacés les uns des autres le long d'une seconde zone annulaire de l'embout, deux desdits seconds éléments de retenue étant agencés dans ledit second plan fictif et définissant un diamètre extérieur de plus grande dimension, dit second diamètre extérieur maximal ;
    • un troisième groupe de troisièmes éléments de retenue de cône de prélèvement espacés les uns des autres le long d'une troisième zone annulaire de l'embout, deux desdits troisièmes éléments de retenue étant agencés dans ledit second plan fictif et définissant un diamètre extérieur de plus grande dimension, dit troisième diamètre extérieur maximal.


    [0016] De plus, l'embout porte également un joint d'étanchéité agencé entre la première et la troisième zone annulaire de l'embout.

    [0017] Enfin, d'une part le premier diamètre extérieur maximal ainsi que le second diamètre extérieur maximal sont différents de façon à définir conjointement une première portion d'embout présentant une première conicité, et d'autre part le second diamètre extérieur maximal ainsi que le troisième diamètre extérieur maximal sont différents de façon à définir conjointement une seconde portion d'embout présentant une seconde conicité inférieure à la première conicité.

    [0018] L'invention est remarquable en ce qu'elle permet de définir deux portions d'embout qui se succèdent axialement et qui présentent donc des conicités différentes, pouvant s'adapter à une grande variété de cônes de prélèvement. En fonction de sa géométrie, le cône sera donc retenu par friction par les premier et second groupes d'éléments de retenue, ou bien par les second et troisième groupes d'éléments de retenue, tout en coopérant avec le joint pour assurer l'étanchéité. Dans tous les cas, la double retenue mécanique du cône, par friction, assure un maintien satisfaisant de ce dernier, notamment lors d'un mouvement de « léchage » sur puits réalisé par l'opérateur.

    [0019] Grâce à l'invention, la plage d'utilisation de tels embouts est largement étendue, sans compromis sur le maintien, l'alignement et l'étanchéité des cônes de prélèvement, ni sur l'intensité de l'effort d'emmanchement à produire lors de l'accouplement entre l'embout et le cône.

    [0020] L'invention a également pour objet une partie basse de système de pipetage comprenant au moins un tel embout porte-cône de prélèvement.

    [0021] Cette partie basse peut être destinée à un système de pipetage monocanal, et comprendre alors un unique embout porte-cône de prélèvement.

    [0022] Alternativement et de manière préférentielle, la partie basse de pipette est destinée à un système de pipetage multicanaux, et comprend une pluralité d'embouts porte-cône de prélèvement présentant des axes longitudinaux s'inscrivant dans ledit premier plan fictif.

    [0023] L'invention présente au moins l'une des caractéristiques optionnelles suivantes, prises isolément ou en combinaison.

    [0024] Les premiers éléments de retenue du premier groupe, à l'exception desdits deux premiers éléments de retenue définissant le premier diamètre extérieur maximal, sont situés radialement vers l'intérieur et à distance d'un premier cercle fictif défini par ledit premier diamètre extérieur maximal. Cette conception non-axisymétrique permet de déformer la collerette d'un cône de façon non-circulaire à l'aide des deux premiers éléments de retenue définissant le premier diamètre extérieur maximal. Il en découle avantageusement une extension encore plus élevée de la plage d'utilisation de l'embout.

    [0025] Dans ce cas de figure, il est par exemple fait en sorte qu'en plus desdits deux premiers éléments de retenue définissant le premier diamètre extérieur maximal, un ou plusieurs couples de premiers éléments de retenue définissant un ou des premiers diamètres inférieurs au premier diamètre extérieur maximal, parmi lesquels au moins un premier diamètre inférieur situé dans ledit premier plan fictif. Cela permet une déformation sensiblement elliptique de la collerette d'un cône, pour une augmentation de la plage d'utilisation de l'embout qui est alors capable de s'adapter à des collerettes de conicités variées.

    [0026] De façon analogue, les troisièmes éléments de retenue du troisième groupe, à l'exception desdits deux troisièmes éléments de retenue définissant le troisième diamètre extérieur maximal, sont situés radialement vers l'intérieur et à distance d'un troisième cercle fictif défini par ledit troisième diamètre extérieur maximal. Ici aussi, il est préférentiellement prévu que le troisième groupe comprend, en plus desdits deux troisièmes éléments de retenue définissant le troisième diamètre extérieur maximal, un ou plusieurs couples de troisièmes éléments de retenue définissant un ou des troisièmes diamètres inférieurs au troisième diamètre extérieur maximal, parmi lesquels au moins un troisième diamètre inférieur situé dans ledit premier plan fictif.

    [0027] De préférence, les seconds éléments de retenue du second groupe sont situés sur un second cercle fictif défini par ledit second diamètre extérieur maximal. Néanmoins, une solution non-axisymétrique telle que celle décrite ci-dessus pour les premier et troisième groupes pourrait être adoptée pour le second groupe, sans sortir du cadre de l'invention.

    [0028] Néanmoins, dans la solution axisymétrique, il est préférentiellement fait en sorte que le second groupe comprend, en plus desdits deux seconds éléments de retenue définissant le second diamètre extérieur maximal, un ou plusieurs couples de seconds éléments de retenue définissant un ou plusieurs autres seconds diamètres extérieurs maximaux, parmi lesquels au moins un second diamètre extérieur maximal situé dans ledit premier plan fictif.

    [0029] De préférence, la première conicité est comprise entre 3 et 4,5°, et en ce que la seconde conicité est comprise entre 2 et 3,4°.

    [0030] De préférence, pour un système de pipetage multicanaux, le nombre d'embouts est compris entre 2 et 16, et encore plus préférentiellement compris entre 8 et 12.

    [0031] Pour limiter l'effort d'emmanchement, le joint d'étanchéité est préférentiellement un joint à lèvre. Cependant, il pourrait être un joint torique, sans sortir du cadre de l'invention.

    [0032] L'invention a également pour objet un système de pipetage comprenant une partie basse telle que décrite ci-dessus, ledit système de pipetage étant une pipette de prélèvement manuelle, motorisée, ou encore hybride, ou bien ce système étant un système automatisé de pipetage, dit robot.

    [0033] Enfin, l'invention porte sur un ensemble comprenant un tel système de pipetage, ainsi qu'au moins un cône de prélèvement monté sur l'embout et retenu sur celui-ci par friction avec les premiers et seconds éléments de retenue, ou avec les seconds et troisièmes éléments de retenue.

    [0034] D'autres avantages et caractéristiques de l'invention apparaîtront dans la description détaillée non limitative ci-dessous.

    BRÈVE DESCRIPTION DES DESSINS



    [0035] Cette description sera faite au regard des dessins annexés parmi lesquels ;
    • la figure 1 représente une vue de face d'une pipette de prélèvement multicanaux à déplacement d'air, selon l'invention ;
    • la figure 2 représente une vue partielle et agrandie en coupe longitudinale de l'un des embouts de la pipette montrée sur la figure précédente, avant l'emmanchement d'un cône de prélèvement ;
    • les figures 3a à 3c représentent de vues en coupe transversale prises selon les lignes IIIa-IIIa à IIIc-IIIc de la figure 2 ;
    • la figure 4 est une vue similaire à celle de la figure 2, sur laquelle l'ensemble cône-embout a été représenté dans une position de fonctionnement et avec un cône présentant une première conicité ;
    • les figures 5a et 5b représentent de vues en coupe transversale prises selon les lignes Va-Va et Vb-Vb de la figure 4 ;
    • la figure 6 est une vue similaire à celle de la figure 2, sur laquelle l'ensemble cône-embout a été représenté dans une position de fonctionnement et avec un cône présentant une seconde conicité ;
    • les figures 7b et 7c représentent de vues en coupe transversale prises selon les lignes VIIb-VIIb et VIIc-VIIc de la figure 6 ; et
    • la figure 8 représente une vue en perspective d'une pipette de prélèvement monocanal, selon l'invention.

    EXPOSÉ DÉTAILLÉ DE MODES DE RÉALISATION PRÉFÉRÉS



    [0036] En référence tout d'abord à la figure 1, il est représenté une pipette de prélèvement multicanaux 1, selon un mode de réalisation préféré de la présente invention. Néanmoins, l'invention n'est pas limitée aux pipettes multicanaux, mais s'applique de manière analogue aux pipettes dites « monocanal », telle que la pipette représentée sur la figure 8.

    [0037] La pipette 1 à déplacement d'air, manuelle ou motorisée, comprend en partie supérieure un corps formant poignée 2, ainsi qu'une partie basse 4 également objet de la présente invention, intégrant à son extrémité inférieure des embouts porte-cône de prélèvement de pipette 6, sur lesquels des cônes ou consommables 8 sont destinés à être emmanchés. Chaque cône 8 et son embout associé 6 forment un ensemble également propre à la présente invention.

    [0038] Les embouts porte-cône de prélèvement 6 sont espacés les uns des autres selon une direction latérale du système de pipetage, ou encore direction latérale de pipette, représentée par la flèche 10. Chaque embout 6 présente un axe longitudinal 7, également dit axe central, orthogonal à la direction 10. Tous les axes longitudinaux 7 sont parallèles et inscrits dans un premier plan fictif P1 parallèle à la direction 10. En outre, un second plan fictif P2 a été représenté sur la figure 1, ce second plan P2 étant orthogonal au premier plan P1 et parallèle à un axe central longitudinal de pipette 14.

    [0039] Par la suite, il sera considéré qu'à chaque embout 6 sont associés un premier plan fictif P1 et un second plan fictif P2 s'interceptant au niveau de l'axe longitudinal 7 de l'embout concerné. Dans le plan P2, s'inscrit également une direction 15 de déplacement de la pipette par l'opérateur lors d'un mouvement dit « de léchage », durant lequel la pipette est déplacée pas à pas au-dessus des lignes successives de puits d'une plaque, pour y dispenser le liquide préalablement prélevé dans la pipette. A cet égard, il est noté que le nombre d'embouts 6 est préférentiellement compris entre 8 et 12, et que la plaque utilisée présente autant de rangées de puits, ainsi qu'un nombre de lignes adapté par exemple pour atteindre 384 puits.

    [0040] Chaque embout 6 présente un orifice traversant 12 communiquant à son extrémité supérieure avec une chambre d'aspiration (non visible sur la figure 1), et à son extrémité inférieure avec un cône de prélèvement 8. L'orifice traversant 12 est centré sur son embout 6 associé, c'est-à-dire qu'il est centré sur l'axe longitudinal 7 de l'embout sur lequel est centré le cône emmanché 8.

    [0041] Comme cela est connu de l'homme du métier, la partie basse 4 est préférentiellement montée de façon vissée sur le corps 2 formant poignée. De manière connue, la partie basse 4 comprend un corps fixe 16 recouvert par un capot amovible extérieur 17, et, à son extrémité basse, les embouts 6. Les parties intérieures mobiles de cette partie basse 4 sont conventionnelles, et ne seront pas davantage décrites. Elles concernent notamment une pluralité de pistons parallèles à l'axe 14 et chacun associé à un embout 6.

    [0042] L'une des particularités de l'invention réside dans la conception de la partie basse 4, et en particulier de ses embouts 6, dont l'un va à présent être détaillé en référence aux figures 2 à 3c représentant un mode de réalisation préféré. Les autres embouts 6 de la pipette présentent une conception identique ou similaire, étant rappelé que tous les embouts sont parallèles et inscrits dans le premier plan fictif P1.

    [0043] L'embout 6, à son extrémité basse, présente une surface extérieure 20 de forme globale cylindrique ou tronconique, se rétrécissant en allant vers le bas.

    [0044] De façon générale, l'embout est équipé de quatre zones de coopération avec les cônes qu'il est susceptible de recevoir, ces zones étant espacées les unes des autres le long de l'axe longitudinal 7.

    [0045] Il s'agit tout d'abord de trois groupes d'éléments de retenue par friction des cônes de prélèvement. Le groupe le plus bas est le premier groupe, comportant des premiers éléments de retenue agencés en saillie radialement vers l'extérieur à partir d'une première zone 20-1 de la surface 20, et espacés circonférentiellement les uns des autres. Il s'agit ici de quatre premiers éléments de retenue, parmi lesquels deux premiers éléments de retenue 24-1a agencés dans le second plan fictif P2, et définissant un diamètre extérieur de plus grande dimension, dit premier diamètre extérieur maximal Dmax1. Ce diamètre Dmax1 définit un premier cercle fictif C1 centré sur l'axe 7 et à l'intérieur duquel sont circonscrits deux autres premiers éléments de retenue 24-1b, à distance radialement de ce même cercle. Les deux éléments 24-1b forment ensemble un couple qui définit un premier diamètre inférieur Dinf1 de dimension moins élevée que celle du diamètre Dmax1. Ce diamètre Dinf1 est orthogonal au diamètre Dmax1, et situé dans le plan premier fictif P1.

    [0046] Il est indiqué que sur les figures, les éléments de retenue ont été volontairement grossis pour des raisons de clarté. En réalité, il s'agit de simples reliefs présentant une faible hauteur h de l'ordre de 0,2 à 0,7 mm, cette hauteur h correspondant à la distance en saillie à partir de la surface extérieure 20.

    [0047] Ensuite, il est prévu un second groupe comportant des seconds éléments de retenue agencés en saillie radialement vers l'extérieur à partir d'une seconde zone 20-2 de la surface 20, et espacés circonférentiellement les uns des autres. Il s'agit ici de quatre seconds éléments de retenue, parmi lesquels deux seconds éléments de retenue 24-2a agencés dans le second plan fictif P2, et définissant un diamètre extérieur de plus grande dimension, dit second diamètre extérieur maximal Dmax2. Ce diamètre Dmax2 définit un second cercle fictif C2 centré sur l'axe 7 et sur lequel se trouvent également deux autres seconds éléments de retenue 24-2a. Ces deux autres éléments forment ensemble un couple qui définit un autre second diamètre extérieur maximal Dmax2, situé dans le plan premier fictif P1. Ainsi, les deux diamètres extérieurs maximaux Dmax2 sont de même dimension, et, de façon plus générale, tous les seconds éléments de retenue 24-2a sont inscrits sur le même second cercle fictif C2.

    [0048] Le groupe le plus haut sur l'embout est le troisième groupe, comportant des troisièmes éléments de retenue agencés en saillie radialement vers l'extérieur à partir d'une troisième zone 20-3 de la surface 20, et espacés circonférentiellement les uns des autres. Il s'agit ici de quatre troisièmes éléments de retenue, parmi lesquels deux troisièmes éléments de retenue 24-3a agencés dans le second plan fictif P2, et définissant un diamètre extérieur de plus grande dimension, dit troisième diamètre extérieur maximal Dmax3. Ce diamètre Dmax3 définit un troisième cercle fictif C3 centré sur l'axe 7 et à l'intérieur duquel sont circonscrits deux autres troisièmes éléments de retenue 24-3b, à distance radialement de ce même cercle. Les deux éléments 24-3b forment ensemble un couple qui définit un troisième diamètre inférieur Dinf3 de dimension moins élevée que celle du diamètre Dmax3. Ce diamètre Dinf3 est orthogonal au diamètre Dmax3, et situé dans le plan premier fictif P1.

    [0049] Par ailleurs, la quatrième zone de coopération avec le cône est constituée par un joint d'étanchéité annulaire 26, logé dans une gorge 28 de la surface extérieure 20 de l'embout. Il s'agit de préférence d'un joint à lèvre 26 pour diminuer l'effort d'emmanchement, ce joint étant situé entre le premier groupe et le second groupe. Alternativement, le joint 26 pourrait être agencé entre le second groupe et le troisième groupe, sans sortir du cadre de l'invention.

    [0050] Le joint à lèvre 26 présente une ou plusieurs lèvres, de préférence une seule. La lèvre est de forme tronconique, s'évasant en allant vers le haut, à partir d'une base annulaire du joint. La base annulaire et la lèvre sont de préférence réalisées d'une seule pièce, en matériau élastomère de type EPDM, en présentant une dureté Shore A de 40 à 100.

    [0051] A l'état non-contraint, le joint à lèvre 26 présente un diamètre extérieur par exemple de l'ordre de 4 mm.

    [0052] Le premier diamètre maximal extérieur Dmax1 est inférieur au second diamètre extérieur maximal Dmax2. Ils définissent ensemble, grâce à leur différence de dimensions, une première portion longitudinale d'embout 6a centrée sur l'axe 7 et présentant une première conicité schématisée par la ligne référencée Con1 sur la figure 2. De manière analogue, le second diamètre maximal extérieur Dmax2 est inférieur au troisième diamètre extérieur maximal Dmax3. Ils définissent ensemble, grâce à leur différence de dimensions, une seconde portion longitudinale d'embout 6b adjacente à la première portion 6a, et également centrée sur l'axe 7. La seconde portion 6b présente quant à elle une seconde conicité schématisée par la ligne référencée Con2 sur la figure 2, cette seconde conicité étant inférieur à la première.

    [0053] A titre d'exemple, la première conicité Con1 est comprise entre 3 et 4,5°, tandis que la seconde conicité Con2 est comprise entre 2 et 3,4°.

    [0054] Ainsi, en fonction de la conicité de la collerette 8a du cône à emmancher, ce dernier verra sa surface intérieure maintenue par friction soit par le premier et le second groupe d'éléments de retenue, soit par les second et troisième groupes d'éléments de retenue. Dans tous les cas, la retenue par friction sera bien réalisée à l'aide de deux groupes espacés axialement l'un de l'autre, pour un maintien mécanique satisfaisant et pour la conservation du centrage et du parallélisme entre les cônes présents sur les différents embouts de la pipette multicanaux.

    [0055] L'étanchéité représente quant à elle une fonction remplie séparément, par le joint dédié 26.

    [0056] A présent en référence aux figures 4 à 5a', il est montré différents exemples de coopération entre l'embout 6 et des cônes 8 présentant des conicités adaptées à la première conicité Con1 définie par les premiers et seconds éléments de retenue. Sur la figure 4, les flèches portées sur le cône montrent les efforts auxquels il est soumis lors d'un raclage de son extrémité sur le puis 42 d'une plaque 40, au cours d'un mouvement de léchage 15.

    [0057] La figure 4 montre ainsi le contact entre d'une part les premiers éléments 24-1a et la surface intérieure tronconique de la collerette du cône, et d'autre part entre les seconds éléments 24-2a et cette même surface intérieure. Dans ce premier exemple, la dimension du cône est telle que sa retenue au niveau du premier groupe est exclusivement réalisée par les deux premiers éléments 24-1a, puisqu'il n'y a pas de contact avec les deux autres premiers éléments 24-1b. Cet exemple est montré sur les figures 4 et 5a. De plus, en raison de son caractère axisymétrique, le second groupe établit un contact entre chacun de ses éléments de retenue 24-2a et la surface intérieure de la collerette, comme cela est montré sur la figure 5b.

    [0058] Dans un autre exemple montré sur la figure 5a', le cône 8 présentant une plus grande dimension est déformé par l'appui des premiers éléments 24-1a lors d'une pénétration plus profonde de l'embout 6 dans le cône, cette déformation présentant un caractère sensiblement elliptique conduisant au contact des autres premiers éléments 24-1b avec la surface intérieure du cône.

    [0059] A présent en référence aux figures 6 à 7c, il est montré différents exemples de coopération entre l'embout 6 et des cônes 8 présentant des conicités adaptées à la seconde conicité Con2 définie par les seconds et troisièmes éléments de retenue.

    [0060] La figure 6 montre le contact entre d'une part les seconds éléments 24-2a et la surface intérieure tronconique de la collerette du cône, et d'autre part entre les troisièmes éléments 24-3a et cette même surface intérieure. Dans cet exemple, la dimension du cône est telle que sa retenue au niveau du troisième groupe est exclusivement réalisée par les deux troisièmes éléments 24-3a, puisqu'il n'y a pas de contact avec les deux autres troisièmes éléments 24-3b. Cet exemple est montré sur les figures 6 et 7c. De plus, en raison de son caractère axisymétrique, le second groupe établit ici aussi un contact entre chacun de ses éléments de retenue 24-2a et la surface intérieure de la collerette, comme cela est montré sur la figure 7b.

    [0061] Dans un autre exemple montré sur la figure 7c', le cône 8 présentant une plus grande dimension est déformé par l'appui des troisièmes éléments 24-3a lors d'une pénétration plus profonde de l'embout 6 dans le cône, cette déformation présentant un caractère sensiblement elliptique conduisant au contact des autres troisièmes éléments 24-3b avec la surface intérieure du cône.

    [0062] Bien entendu, diverses modifications peuvent être apportées par l'homme du métier à l'invention qui vient d'être décrite, uniquement à titre d'exemples non limitatifs. En particulier, l'invention s'applique de façon identique ou analogue sur un embout de système automatisé de pipetage, également dénommé robot.


    Revendications

    1. Embout (6) porte-cône de prélèvement pour partie basse de système de pipetage, l'embout présentant un axe longitudinal (7) s'inscrivant dans un premier plan fictif (P1),
    caractérisée en ce qu'il comprend successivement de bas en haut le long de son axe longitudinal (7), en saillie radialement vers l'extérieur à partir d'une surface extérieure (20) de l'embout :

    - un premier groupe de premiers éléments (24-1a, 24-1b) de retenue de cône de prélèvement espacés les uns des autres le long d'une première zone annulaire (20-1) de l'embout, deux desdits premiers éléments de retenue (24-1a) étant agencés dans un second plan fictif (P2) orthogonal au premier plan fictif (P1), et définissant un diamètre extérieur de plus grande dimension, dit premier diamètre extérieur maximal (Dmax1) ;

    - un second groupe de seconds éléments (24-2a) de retenue de cône de prélèvement espacés les uns des autres le long d'une seconde zone annulaire (20-2) de l'embout, deux desdits seconds éléments de retenue étant agencés dans ledit second plan fictif (P2) et définissant un diamètre extérieur de plus grande dimension, dit second diamètre extérieur maximal (Dmax2) ;

    - un troisième groupe de troisièmes éléments (24-3a, 24-3b) de retenue de cône de prélèvement espacés les uns des autres le long d'une troisième zone annulaire (20-3) de l'embout, deux desdits troisièmes éléments de retenue (24-3a) étant agencés dans ledit second plan fictif (P2) et définissant un diamètre extérieur de plus grande dimension, dit troisième diamètre extérieur maximal (Dmax3) ;

    en ce que l'embout porte également un joint d'étanchéité (26) agencé entre la première et la troisième zone annulaire (20-1, 20-3) de l'embout,
    et en ce que d'une part le premier diamètre extérieur maximal (Dmax1) ainsi que le second diamètre extérieur maximal (Dmax2) sont différents de façon à définir conjointement une première portion d'embout (6a) présentant une première conicité (Con1), et d'autre part le second diamètre extérieur maximal (Dmax2) ainsi que le troisième diamètre extérieur maximal (Dmax3) sont différents de façon à définir conjointement une seconde portion d'embout (6b) présentant une seconde conicité (Con2) inférieure à la première conicité.
     
    2. Partie basse (4) de système de pipetage comprenant au moins un embout (6) porte-cône de prélèvement selon l'une quelconque des revendications précédentes.
     
    3. Partie basse selon la revendication 2, destinée à un système de pipetage monocanal et comprenant un unique embout (6) porte-cône de prélèvement.
     
    4. Partie basse selon la revendication 2, destinée à un système de pipetage multicanaux et comprenant une pluralité d'embouts (6) porte-cône de prélèvement présentant des axes longitudinaux (7) s'inscrivant dans ledit premier plan fictif (P1).
     
    5. Partie basse selon l'une quelconque des revendications 2 à 4, caractérisée en ce que les premiers éléments de retenue (24-1b) du premier groupe, à l'exception desdits deux premiers éléments de retenue (24-1a) définissant le premier diamètre extérieur maximal (Dmax1), sont situés radialement vers l'intérieur et à distance d'un premier cercle fictif (C1) défini par ledit premier diamètre extérieur maximal (Dmax1).
     
    6. Partie basse selon la revendication 5, caractérisée en ce que le premier groupe comprend, en plus desdits deux premiers éléments de retenue (24-1a) définissant le premier diamètre extérieur maximal, un ou plusieurs couples de premiers éléments de retenue (24-1b) définissant un ou des premiers diamètres (Dinf1) inférieurs au premier diamètre extérieur maximal, parmi lesquels au moins un premier diamètre inférieur (Dinf1) situé dans ledit premier plan fictif (P1).
     
    7. Partie basse selon l'une quelconque des revendications 2 à 6, caractérisée en ce que les troisièmes éléments de retenue (24-3b) du troisième groupe, à l'exception desdits deux troisièmes éléments de retenue (24-3a) définissant le troisième diamètre extérieur maximal (Dmax3), sont situés radialement vers l'intérieur et à distance d'un troisième cercle fictif (C3) défini par ledit troisième diamètre extérieur maximal (Dmax3).
     
    8. Partie basse selon la revendication 7, caractérisée en ce que le troisième groupe comprend, en plus desdits deux troisièmes éléments de retenue (24-3a) définissant le troisième diamètre extérieur maximal (Dmax3), un ou plusieurs couples de troisièmes éléments de retenue (24-3b) définissant un ou des troisièmes diamètres (Dinf3) inférieurs au troisième diamètre extérieur maximal, parmi lesquels au moins un troisième diamètre inférieur (Dinf3) situé dans ledit premier plan fictif (P1).
     
    9. Partie basse selon l'une quelconque des revendications 2 à 8, caractérisée en ce que les seconds éléments de retenue (24-2a) du second groupe sont situés sur un second cercle fictif (C2) défini par ledit second diamètre extérieur maximal (Dmax2).
     
    10. Partie basse selon la revendication 9, caractérisée en ce que le second groupe comprend, en plus desdits deux seconds éléments de retenue (24-2a) définissant le second diamètre extérieur maximal (Dmax2), un ou plusieurs couples de seconds éléments de retenue (24-2a) définissant un ou plusieurs autres seconds diamètres extérieurs maximaux (Dmax2), parmi lesquels au moins un second diamètre extérieur maximal (Dmax2) situé dans ledit premier plan fictif (P1).
     
    11. Partie basse selon l'une quelconque des revendications 2 à 10, caractérisée en ce que la première conicité (Con1) est comprise entre 3 et 4,5°, et en ce que la seconde conicité (Con2) est comprise entre 2 et 3,4°.
     
    12. Partie basse selon l'une quelconque des revendications 2 à 11, caractérisée en ce que le nombre d'embouts (6) est compris entre 2 et 16.
     
    13. Partie basse selon l'une quelconque des revendications 2 à 12, caractérisée en ce que le joint d'étanchéité (26) est un joint à lèvre.
     
    14. Système de pipetage (1) comprenant une partie basse (4) selon l'une quelconque des revendications 2 à 13, ledit système de pipetage étant une pipette de prélèvement ou un système automatisé de pipetage.
     
    15. Ensemble comprenant un système de pipetage (1) selon la revendication précédente, ainsi qu'au moins un cône de prélèvement (8) monté sur l'embout (6) et retenu sur celui-ci par friction avec les premiers et seconds éléments de retenue, ou avec les seconds et troisièmes éléments de retenue.
     


    Ansprüche

    1. Spitze (6) eines Probenahmekegelhalters für den unteren Teil eines Pipettiersystems, wobei die Spitze eine Längsachse (7) in einer ersten fiktiven Ebene (P1) aufweist,
    dadurch gekennzeichnet, dass sie nacheinander von unten nach oben entlang ihrer Längsachse (7), radial von einer Außenfläche (20) der Spitze nach außen vorstehend, umfasst:

    - eine erste Gruppe von ersten Halteelementen (24-1a, 24-1b) von Probenahmekegeln, die entlang eines ersten ringförmigen Bereichs (20-1) der Spitze voneinander beabstandet sind, wobei zwei der ersten Halteelemente (24-1a) in einer zweiten fiktiven Ebene (P2) orthogonal zur ersten fiktiven Ebene (P1) angeordnet sind und einen Außendurchmesser größerer Abmessung definieren, den ersten maximalen Außendurchmesser (Dmax1);

    - eine zweite Gruppe von zweiten Halteelementen (24-2a) von Probenahmekegeln, die entlang eines zweiten ringförmigen Bereichs (20-2) der Spitze voneinander beabstandet sind, wobei zwei der zweiten Halteelemente in der zweiten fiktiven Ebene (P2) angeordnet sind und einen Außendurchmesser größerer Abmessung definieren, den zweiten maximalen Außendurchmesser (Dmax2);

    - eine dritte Gruppe von dritten Halteelementen (24-3a, 24-3b) von Probenahmekegeln, die entlang eines dritten ringförmigen Bereichs (20-3) der Spitze voneinander beabstandet sind, wobei zwei der dritten Halteelemente (24-3a) in der zweiten fiktiven Ebene (P2) angeordnet sind und einen Außendurchmesser größerer Abmessung definieren, den dritten maximalen Außendurchmesser (Dmax3) ;

    dadurch gekennzeichnet, dass die Spitze auch eine Dichtung (26) hält, die zwischen dem ersten und dritten ringförmigen Bereich (20-1, 20-3) der Spitze angeordnet ist,
    und dadurch, dass einerseits der erste maximale Außendurchmesser (Dmax1) und der zweite maximale Außendurchmesser (Dmax2) unterschiedlich sind, um gemeinsam einen ersten Spitzenabschnitt (6a) mit einer ersten Konizität (Con1) zu definieren, und andererseits der zweite maximale Außendurchmesser (Dmax2) und der dritte maximale Außendurchmesser (Dmax3) unterschiedlich sind, um gemeinsam einen zweiten Spitzenabschnitt (6b) mit einer zweiten Konizität (Con2) zu definieren, die geringer als die erste Konizität ist.
     
    2. Unterer Teil (4) eines Pipettiersystems, umfassend mindestens eine Spitze (6) eines Probenahmekegelhalters nach einem der vorstehenden Ansprüche.
     
    3. Unterer Teil nach Anspruch 2, der für ein einkanaliges Pipettiersystem bestimmt ist und eine einzige Spitze (6) eines Probenahmekegelhalters umfasst.
     
    4. Unterer Teil nach Anspruch 2, der für ein mehrkanaliges Pipettiersystem bestimmt ist und eine Vielzahl von Spitzen (6) eines Probenahmekegelhalters umfasst, die Längsachsen (7) in der ersten fiktiven Ebene (P1) aufweisen.
     
    5. Unterer Teil nach einem der Ansprüche 2 bis 4, dadurch gekennzeichnet, dass die ersten Halteelemente (24-1b) der ersten Gruppe, mit Ausnahme der beiden ersten Halteelemente (24-1b), die den ersten maximalen Außendurchmesser (Dmax1) definieren, radial nach innen und in einem Abstand von einem ersten fiktiven Kreis (C1) angeordnet sind, der durch den ersten maximalen Außendurchmesser (Dmax1) definiert ist.
     
    6. Unterer Teil nach Anspruch 5, dadurch gekennzeichnet, dass die erste Gruppe zusätzlich zu den beiden ersten Halteelementen (24-1a), die den ersten maximalen Außendurchmesser definieren, ein oder mehrere Paare von ersten Halteelementen (24-1b) umfasst, die einen oder mehrere erste Durchmesser (Dinf1) definieren, die kleiner als der erste maximale Außendurchmesser sind, von denen sich mindestens ein erster kleinerer Durchmesser (Dinf1) in der ersten fiktiven Ebene (P1) befindet.
     
    7. Unterer Teil nach einem der Ansprüche 2 bis 6, dadurch gekennzeichnet, dass die dritten Halteelemente (24-3b) der dritten Gruppe, mit Ausnahme der beiden dritten Halteelemente (24-3a), die den dritten maximalen Außendurchmesser (Dmax3) definieren, radial nach innen und in einem Abstand von einem dritten fiktiven Kreis (C3) angeordnet sind, der durch den dritten maximalen Außendurchmesser (Dmax3) definiert ist.
     
    8. Unterer Teil nach Anspruch 7, dadurch gekennzeichnet, dass die dritte Gruppe zusätzlich zu den beiden dritten Halteelementen (24-3a), die den dritten maximalen Außendurchmesser (Dmax3) definieren, ein oder mehrere Paare von dritten Halteelementen (24-3b) umfasst, die einen oder mehrere dritte Durchmesser (Dinf3) definieren, die kleiner als der dritte maximale Außendurchmesser sind, von denen sich mindestens ein dritter kleinerer Durchmesser (Dinf3) in der ersten fiktiven Ebene (P1) befindet.
     
    9. Unterer Teil nach einem der Ansprüche 2 bis 8, dadurch gekennzeichnet, dass die zweiten Halteelemente (24-2a) der zweiten Gruppe auf einem zweiten fiktiven Kreis (C2) angeordnet sind, der durch den zweiten maximalen Außendurchmesser (Dmax2) definiert ist.
     
    10. Unterer Teil nach Anspruch 9, dadurch gekennzeichnet, dass die zweite Gruppe zusätzlich zu den beiden zweiten Halteelementen (24-2a), die den zweiten maximalen Außendurchmesser (Dmax2) definieren, ein oder mehrere Paare von zweiten Halteelementen (24-29) umfasst, die einen oder mehrere andere zweite maximale Außendurchmesser (Dmax2) definieren, von denen sich mindestens ein zweiter maximaler Außendurchmesser (Dmax2) in der ersten fiktiven Ebene (P1) befindet.
     
    11. Unterer Teil nach einem der Ansprüche 2 bis 10, dadurch gekennzeichnet, dass die erste Konizität (Con1) zwischen 3 und 4,5° und die zweite Konizität (Con2) zwischen 2 und 3,4° liegt.
     
    12. Unterer Teil nach einem der Ansprüche 2 bis 11, dadurch gekennzeichnet, dass die Anzahl der Spitzen (6) zwischen 2 und 16 liegt.
     
    13. Unterer Teil nach einem der Ansprüche 2 bis 12, dadurch gekennzeichnet, dass die Dichtung (26) eine Lippendichtung ist.
     
    14. Pipettiersystem (1), umfassend einen unteren Teil (4) nach einem der Ansprüche 2 bis 13, wobei das Pipettiersystem eine Probenahmepipette oder ein automatisiertes Pipettiersystem ist.
     
    15. Anordnung, umfassend ein Pipettiersystem (1) nach dem vorhergehenden Anspruch, sowie mindestens einen Probenahmekegel (8), der an der Spitze (6) montiert und daran durch Reibung mit dem ersten und zweiten Halteelement oder mit dem zweiten und dritten Halteelement gehalten wird.
     


    Claims

    1. Sampling cone-carrying tip (6) for a low part of a pipetting system, the tip having a longitudinal axis (7) falling into a first fictitious plane (P1),
    characterised in that it comprises successively, from bottom to top, along the longitudinal axis (7) thereof, radially protruding towards the outside from an outer surface (20) of the tip:

    - a first group of first retaining elements (24-1a, 24-1b) for a sampling cone spaced from one another along a first annular zone (20-1) of the tip, two of said first retaining elements (24-1a) being arranged in a second fictitious plane (P2), orthogonal to the first fictitious plane (P1), and defining a larger outer diameter, called first maximum outer diameter (Dmax1);

    - a second group of second retaining elements (24-2a) for a sampling cone spaced from one another along a second annular zone (20-2) of the tip, two of said second retaining elements being arranged in said second fictitious plane (P2) and defining a larger outer diameter, called second maximum outer diameter (Dmax2);

    - a third group of third retaining elements (24-3a, 24-3b) for a sampling cone spaced from one another along a third annular zone (20-3) of the tip, two of said third retaining elements (24-3a) being arranged in said second fictitious plane (P2) and defining a larger outer diameter, called third maximum outer diameter (Dmax3);

    in that the tip also carries a gasket (26) arranged between the first and the third annular zone (20-1, 20-3) of the tip,
    and in that, on the one hand, the first maximum outer diameter (Dmax1) as well as the second maximum outer diameter (Dmax2) are different so as to together define a first tip portion (6a) having a first conicity (Con1), and on the other hand, the second maximum outer diameter (Dmax2), as well as the third maximum outer diameter (Dmax3) are different so as to together define a second tip portion (6b) having a second conicity (Con2) less than the first conicity.
     
    2. Low part (4) of a pipetting system comprising at least one sampling cone-carrying tip (6) according to any one of the preceding claims.
     
    3. Low part according to claim 2, intended for a single-channel pipetting system and comprising one single sampling cone-carrying tip (6).
     
    4. Low part according to claim 2, intended for a multichannel pipetting system and comprising a plurality of sampling cone-carrying tips (6) having longitudinal axes (7) falling into said first fictitious plane (P1).
     
    5. Low part according to any one of claims 2 to 4, characterised in that the first retaining elements (24-1b) of the first group, except for said two first retaining elements (24-1a) defining the first maximum outer diameter (Dmax1), are situated radially towards the inside and remotely from a first fictitious circle (C1) defined by said first maximum outer diameter (Dmax1).
     
    6. Low part according to claim 5, characterised in that the first group comprises, in addition to said two first retaining elements (24-1a) defining the first maximum outer diameter, one or more couples of first retaining elements (24-1b) defining one or more of the first diameters (Dinf1) less than the first maximum outer diameter, among which at least one first smaller diameter (Dinf1) situated in said first fictitious plane (P1).
     
    7. Low part according to any one of claims 2 to 6, characterised in that the third retaining elements (24-3b) of the third group, except for said two third retaining elements (24-3a) defining the third maximum outer diameter (Dmax3), are situated radially towards the inside and remotely from a third fictitious circle (C3) defined by said third maximum outer diameter (Dmax3).
     
    8. Low part according to claim 7, characterised in that the third group comprises, in addition to said two third retaining elements (24-3a) defining the third maximum outer diameter (Dmax3), one or more couples of third retaining elements (24-3b) defining one or more of the third diameters (Dinf3) less than the third maximum outer diameter, among which at least one third smaller diameter (Dinf3) situated in said first fictitious plane (P1).
     
    9. Low part according to any one of claims 2 to 8, characterised in that the second retaining elements (24-2a) of the second group are situated on a second fictitious circle (C2) defined by said second maximum outer diameter (Dmax2).
     
    10. Low part according to claim 9, characterised in that the second group comprises, in addition to said two second retaining elements (24-2a) defining the second maximum outer diameter (Dmax2), one or more couples of second retaining elements (24-2a) defining one or more other second maximum outer diameters (Dmax2), among which at least one second maximum outer diameter (Dmax2) situated in said first fictitious plane (P1).
     
    11. Low part according to any one of claims 2 to 10, characterised in that the first conicity (Con1) is between 3 and 4.5°, and in that the second conicity (Con2) is between 2 and 3.4°.
     
    12. Low part according to any one of claims 2 to 11, characterised in that the number of tips (6) is between 2 and 16.
     
    13. Low part according to any one of claims 2 to 12, characterised in that the gasket (26) is a lip seal.
     
    14. Pipetting system (1) comprising a low part (4) according to any one of claims 2 to 13, said pipetting system being a sampling pipette or an automated pipetting system.
     
    15. Assembly comprising a pipetting system (1) according to the preceding claim, as well as at least one sampling cone (8) mounted on the tip (6) and retained on it by friction with the first and second retaining elements, or with the second and third retaining elements.
     




    Dessins





























    Références citées

    RÉFÉRENCES CITÉES DANS LA DESCRIPTION



    Cette liste de références citées par le demandeur vise uniquement à aider le lecteur et ne fait pas partie du document de brevet européen. Même si le plus grand soin a été accordé à sa conception, des erreurs ou des omissions ne peuvent être exclues et l'OEB décline toute responsabilité à cet égard.

    Documents brevets cités dans la description