(19)
(11)EP 3 653 640 A1

(12)DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

(43)Date de publication:
20.05.2020  Bulletin  2020/21

(21)Numéro de dépôt: 19215300.5

(22)Date de dépôt:  24.02.2015
(51)Int. Cl.: 
C07K 14/415  (2006.01)
C12N 15/82  (2006.01)
(84)Etats contractants désignés:
AL AT BE BG CH CY CZ DE DK EE ES FI FR GB GR HR HU IE IS IT LI LT LU LV MC MK MT NL NO PL PT RO RS SE SI SK SM TR

(30)Priorité: 24.02.2014 FR 1451445

(62)Numéro de dépôt de la demande initiale en application de l'article 76 CBE:
15707320.6 / 3110832

(71)Demandeurs:
  • CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE (CNRS)
    75016 Paris (FR)
  • Universite Paris-Sud
    91400 Orsay (FR)

(72)Inventeurs:
  • DE BONT, Linda
    91940 Les Ulis (FR)
  • GAKIERE, Bertrand
    91190 Gif S/Yvette (FR)

(74)Mandataire: Regimbeau 
20, rue de Chazelles
75847 Paris Cedex 17
75847 Paris Cedex 17 (FR)

 
Remarques:
Cette demande a été déposée le 11-12-2019 comme demande divisionnaire de la demande mentionnée sous le code INID 62.
 


(54)PLANTES A RENDEMENT ACCRU ET METHODE D'OBTENTION DE TELLES PLANTES


(57) La présente invention concerne un procédé d'augmentation du rendement et de la biomasse chez une plante, via l'augmentation de l'expression de la L-aspartate oxydase au sein de la plante. Le procédé selon l'invention permet une augmentation des capacités photosynthétiques des plantes via une augmentation des quantités de NAD et de ses dérivés au sein desdites plantes. L'invention concerne les plantes obtenues par un tel procédé.




Description


[0001] La présente invention concerne un procédé d'augmentation de la biomasse chez une plante, en particulier un procédé d'augmentation de la croissance d'une plante, plus particulièrement d'augmentation de la vitesse de croissance d'une plante, d'augmentation du rendement en grain, d'augmentation de la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique et une augmentation de la vitesse de germination ainsi que les plantes qui en résultent, et ce via l'augmentation de l'expression de la L-aspartate oxydase au sein de la plante. Le procédé selon l'invention permet une augmentation des capacités photosynthétiques des plantes via une augmentation des quantités de NAD et de ses dérivés au sein desdites plantes.

[0002] Le développement d'une agriculture durable fait face à un défi majeur pour la communauté internationale dans les années à venir qui consiste à conserver une croissance de la production alimentaire au même rythme que celui de la population mondiale qui est malheureusement accompagnée d'une baisse mondiale de terres arables de grande qualité. Relever ce défi nécessitera des efforts dans plusieurs domaines, dont l'un sera de fournir des cultures d'une valeur nutritionnelle accrue, capables de résister aux divers stress environnementaux, de fournir plus de rendement avec moins d'intrants, de pousser plus vite, pour au final délivrer un meilleur rendement de culture et une biomasse plus importante.

[0003] La sécurité alimentaire a toujours été une priorité dans le monde entier et une préoccupation croissante pour l'impact environnemental de la production agricole qui nécessite le développement et l'utilisation de nouvelles méthodes pour améliorer la productivité tout en protégeant l'environnement. Il y a un besoin accru de meilleures approches pour améliorer le rendement des cultures dans des conditions de terrain différentes.

[0004] Afin d'augmenter les rendements et la biomasse disponible des plantes cultivées, des efforts ont été faits pour modifier le contenu de plantes en lignine. D'autres moyens pour augmenter la biomasse ont été étudiés tel que le génie génétique des plantes, tel que par exemple la manipulation génétique des régulateurs de croissance des végétaux ou des voies de photosynthèse.

[0005] WO 2012/041496 décrit une méthode de sélection par une technique de PCR ciblant un groupe de gènes marqueurs de l'efficacité d'utilisation énergétique afin d'obtenir des plantes ayant une meilleure vigueur et une meilleure tolérance aux stress abiotiques.

[0006] US 2006100573 décrit une méthode qui consiste à surproduire une enzyme du métabolisme secondaire C3'H impliquée dans la synthèse de lignine pour produire plus de paroi et donc plus de biomasse et plus de graines.

[0007] US 20060095981 décrit une méthode qui consiste à obtenir des plantes transgéniques contenant la voie bactérienne d'utilisation du glycolate afin de réduire les pertes de rendements liées à la photorespiration. Malheureusement ces plantes produisent de formes actives d'oxygène qui stressent les plantes produites (Kebeish et al., 2007 ; Maier et al., 2012).

[0008] Cependant chacune de ces méthodes vise une voie métabolique particulière qui ne permet pas de traiter les problèmes de production de biomasse, de résistance au stress abiotiques, de résistance au stress biotiques, de régularisation de la germination, de rendement en grain, de manière globale.

[0009] Il existe aussi une méthode de traitement de semence par une molécule insecticide de la famille des isonicotinoïdes à des fins d'augmentation de rendements (WO 01/26468). Cependant, l'utilisation de ces molécules, de structure proche des nucléotides à pyridine comme l'acide nicotinique et son précurseur le NAD+, est sujette à controverse en raison de l'impact que cela aurait sur la mortalité des abeilles.

[0010] US 6271031 décrit des polynucléotides encodant des polypeptides et entre autres la L-aspartate oxydase. L'objet de l'invention décrite dans US 6271031 vise cependant à modifier la production de quinolinate et n'enseigne aucune relation avec un phenotype lié à la croissance de la plante ainsi transformée. L'objet de l'invention décrit l'obtention d'ADNc codant la L-aspartate oxydase mais aucun exemple ne décrit les effets de son utilisation chez les plantes.

[0011] US2007/016976 décrit plusieurs milliers de séquences polynucléotidiques dont l'expression est altérée, soit vers une surexpression, soit vers une sous-expression, en réponse à une infection par un pathogène. Une sequence parmi celles-ci correspond à la L-aspartate oxydase mais rien n'est divulgué quant à un effet phenotypique sur la croissance d'une plante modifiée. En outre aucun exemple de plante dont l'expression de la L-aspartate oxydase n'est divulgué. Le fait que l'expression de milliers de gènes soit induite ou réprimée par l'altération métabolique conséquence d'une maladie ne prouve en rien l'implication de chacun des gènes dérégulés dans la résistance potentielle aux maladies.

[0012] WO9904012 décrit des procédés servant à augmenter la résistance de plantes à des pathogènes par expression d'une enzyme produisant une espèce d'oxygène réactive au peroxyde d'hydrogène ou d'une enzyme de dégradation d'oxalate. Ce document mentionne environ 25 enzymes, parmi lesquelle la L-aspartate oxydase, susceptibles de produire une espèce d'oxygène réactive. Cependant il est contesté que la L-aspartate oxydase puisse produire une espèce d'oxygène réactive et d'ailleurs aucun exemple de WO9904012 ne décrit cette production. En effet, à la différence de l'isoforme bactérienne de l'enzyme, la L-aspartate oxydase de plante ne semble pas capable de produire du péroxyde d'oxygène en présence d'oxygène moléculaire, mais son activité serait celle d'une succinate déshydrogénase. En outre, il est bien connu que chez les plantes, ce sont les NADPH oxydases qui sont les principales sources de production de formes actives d'oxygène en réponse à une attaque pathogène.

[0013] WO2010086220 décrit une méthode d'accroissement du rendement des plantes par modification du métabolisme azoté via transformation génétique, produisant des plantes plus vertes via une plus forte production de chlorophylle.. En ce qui concerne la modification d'expression de la L-aspartate oxydase, aucun exemple ne vient montrer l'effet d'une surexpression de la L-aspartate oxydase sur le phénotype des plantes. Aussi, aucun effet sur le rendement ou la vitesse de croissance de ces plantes n'est évoqué.

[0014] Les inventeurs de la présente invention ont maintenant découvert de façon surprenante que la surexpression de l'enzyme L-aspartate oxydase (première enzyme de la voie de biosynthèse du NAD+) au sein d'une plante conduit à une augmentation considérable des capacités photosynthétiques de la plante, ce qui se traduit par une accélération de la croissance, une augmentation de la biomasse produite, une augmentation du rendement, en particulier du rendement en grain. On observe aussi une accélération de la germination, une augmentation de la résistance au stress abiotique et une augmentation de la résistance au stress biotique chez les plantes surexprimant la L-aspartate oxydase.

[0015] La surexpression de la L-aspartate oxydase, première enzyme de la voie de biosynthèse du NAD dite de novo (Noctor et al., 2006), a pour résultat d'augmenter les niveaux de NAD et de ses dérivés produits par les plantes. Il en résulte une augmentation importante des teneurs en NAD (pool de NAD représentant NAD+, NADH, NADP+ et NADPH) et de l'ensemble des nucléotides à pyridine dans les plantes surexprimant la L-aspartate oxydase, mais aussi du niveau d'autres métabolites énergétiques comme l'ATP. Sont ainsi obtenues des plantes, cellules végétales où toute partie de plantes au contenu énergétique élevé.

[0016] On observe ainsi des conséquences physiologiques remarquables comme une augmentation des capacités photosynthétiques et des vitesses de croissance des plantes surexprimant la L-aspartate oxydase. Il en résulte une augmentation significative de biomasse, mais aussi des rendements en graines lorsque l'on cultive les plantes surexprimant la L-aspartate oxydase à maturité. Ces augmentations de rendements sont fortement corrélées aux niveaux de surproduction de la L-aspartate oxydase et de NAD.

[0017] Une très forte augmentation de la résistance des plantes à des conditions environnementales de stress abiotique comme une combinaison de forte chaleur et/ou forte lumière est observée chez les plantes surexprimant la L-aspartate oxydase.

[0018] Cette observation permet d'envisager une diminution des interventions phytosanitaires sur des cultures de plantes surproduisant la L-aspartate oxydase et aussi d'étendre la culture d'une espèce surproduisant la L-aspartate oxydase au-delà de la zone géographique habituellement réservée à l'espèce cultivée ne surexprimant pas la L-aspartate oxydase.

[0019] Une augmentation significative de la résistance des plantes à des conditions environnementales de stress biotique comme une attaque de pucerons est observée chez des plantes surexprimant la L-aspartate oxydase.

[0020] Cette observation permet d'envisager une diminution des traitements phytosanitaires, notamment insecticides, sur des cultures de plantes surproduisant la L-aspartate oxydase, particulièrement lorsque les conditions environnementales sont propices à la multiplication des pathogènes ou ravageurs.

[0021] Les graines des plantes surexprimant la L-aspartate oxydase germent plus vite et de manière plus homogène que celles de plantes ne surexprimant pas la L-asparate-oxydase. Cela peut permettre à la culture de plantes surproduisant la L-aspartate oxydase de s'installer plus vite, limitant la concurrence d'espèces advantices et les pertes de rendements. Pour cette raison aussi, des cultures de plantes surexprimant la L-asparatate oxydase auront des besoins moindres en traitements herbicides ciblant les advantices des cultures.

[0022] Dans des conditions environnementales défavorables telles qu'un milieu carencé en azote, les graines de plantes surexprimant la L-aspartate oxydase germent plus vite et, très important, maintiennent une capacité germinative maximale dans ces conditions, alors que la capacité germinative des plantes ne surexprimant pas la L-aspartate oxydase est beaucoup plus faible. La présente invention permet d'envisager une diminution de l'apport d'intrants azotés sur des cultures surexprimant la L-aspartate oxydase.

[0023] La surexpression de la L-aspartate oxydase chez des plantes selon l'invention permet de s'affranchir d'un traitement de priming des graines, en particulier chez les espèces potagères, méthodologie financièrement coûteuse habituellement utilisée pour lever la dormance, accélérer et homogénéiser la germination des semences commerciales.

[0024] La présente invention concerne donc une méthode pour améliorer au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse, le rendement, en particulier le rendement en grains, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique, la vitesse de germination ou la croissance, chez une plante, ladite méthode comprenant la surexpression de la L-aspartate oxydase.

[0025] Dans un mode de réalisation particulier, la méthode selon la présente invention comprend la transformation d'une cellule végétale avec au moins un acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase, et la génération à partir d'une telle cellule, d'une plante qui surexprime la L-aspartate oxydase.

[0026] Dans un mode particulier, la méthode selon l'invention est une méthode pour améliorer le rendement, en particulier le rendement en graines, chez une plante, laquelle méthode comprend la transformation d'une cellule végétale avec au moins un acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase, générant ainsi une plante qui surexprime la L-aspartate oxydase, et la culture de la plante à maturité.

[0027] Dans un mode particulier, la méthode selon l'invention est une méthode pour améliorer la vitesse de germination chez une plante, laquelle méthode comprend la transformation d'une cellule végétale avec au moins un acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase, générant ainsi une plante qui surexprime la L-aspartate oxydase, et la culture de la plante à maturité.

[0028] La présente invention concerne ainsi une méthode pour améliorer au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse, le rendement, en particulier le rendement en grains, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique, la vitesse de germination ou la croissance, chez une plante, ladite méthode comprenant la surexpression de la L-aspartate oxydase, qui se traduit par une augmentation des quantités de NAD et de ses dérivés.

[0029] Dans un autre mode de réalisation, la méthode selon la présente invention vise à améliorer la production de biomasse chez une plante, laquelle méthode comprend la transformation d'une cellule végétale avec au moins un acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase, générant ainsi une plante qui surexprime la L-aspartate oxydase, et la culture de la plante à maturité.

[0030] Les plantes selon l'invention présentent ainsi une augmentation des quantités de NAD et de ses dérivés.

[0031] Les méthodes selon l'invention visent aussi une augmentation des quantités de NAD et de ses dérivés.

[0032] C'est aussi un objet de la présente invention que de fournir une méthode pour améliorer la résistance au stress abiotique et/ou la résistance au stress biotique chez une plante, laquelle méthode comprend la transformation d'une cellule végétale avec au moins un acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase, générant ainsi une plante qui surexprime la L-aspartate oxydase, et la culture de la plante à maturité.

[0033] Dans une méthode selon la présente invention le au moins un acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase est sous le contrôle d'un promoteur assurant la surexpression de la L-aspartate oxydase.

[0034] Dans un autre mode préférentiel de réalisation de la présente invention le au moins un acide nucléique comprend un acide nucléique choisi dans le groupe constitué par SEQ ID N°1, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16.

[0035] Dans un mode de réalisation de la méthode selon l'invention le au moins un acide nucléique comprend un acide nucléique selon SEQ ID N°1.

[0036] Une méthode selon la présente invention vise aussi une méthode dans laquelle, la plante est choisie dans le groupe constitué par blé, orge, riz, maïs, sorgho, tournesol, colza, soja, coton, pois, haricot, manioc, mangue, banane, pomme de terre, tomate, poivron, melon, courgette, pastèque, laitue, choux, aubergine, peuplier.

[0037] Dans une méthode particulière de réalisation selon la présente invention, la plante est le riz (Oryza sativa), le blé, l'orge ou le maïs.

[0038] Dans un mode de réalisation de la présent invention, la surexpression de la L-aspartate oxydase est réalisée par introgression d'un élément génétique codant pour une surexpression de la L-aspartate oxydase.
Les plantes selon l'invention présentent ainsi une augmentation des quantités de NAD et de ses dérivés.

[0039] Les méthodes selon l'invention visent aussi une augmentation des quantités de NAD et de ses dérivés.

[0040] C'est ainsi un objet de la présente invention que de fournir une méthode dans laquelle l'introgression d'un élément génétique codant pour une surexpression de la L-aspartate oxydase est obtenue par fusion de protoplastes.

[0041] C'est aussi un objet de la présente invention que de fournir une méthode dans laquelle l'introgression d'un élément génétique codant pour une surexpression de la L-aspartate oxydase est obtenue par sauvetage d'embryon.

[0042] La présente invention concerne aussi une méthode pour la production de plante présentant au moins un caractère phénotypique amélioré choisi parmi la biomasse, la vitesse de germination, le rendement, en particulier le rendement en grains, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique, la vitesse de germination, la croissance, méthode comprenant la détection de la présence d'un élément génétique, en particulier une séquence d'acide nucléique, lié à la surexpression de la L-aspartate oxydase dans une plante donneuse et le transfert de l'élément génétique, en particulier une séquence d'acide nucléique, lié à la surexpression de la L-aspartate oxydase ainsi détecté, depuis la plante donneuse vers une plante receveuse.

[0043] La surexpression de la L-aspartate oxydase se traduit par une augmentation des quantités de NAD et de ses dérivés.

[0044] Dans un mode de réalisation particulier d'une méthode selon l'invention la détection est réalisée à l'aide d'au moins un marqueur moléculaire.

[0045] Dans une forme alternative de réalisation d'une méthode selon l'invention, la détection est réalisée par la mesure de l'activité enzymatique de la L-aspartate oxydase dans la plante donneuse.

[0046] La présente invention concerne aussi une méthode pour augmenter au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse, la vitesse de germination, le rendement, en particulier le rendement en grains, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique, la vitesse de germination, la croissance, chez une plante comprenant la fourniture d'une population de plantes et la sélection des individus de la population qui présentent une expression de la L-aspartate oxydase la plus élevée possible.

[0047] Dans un mode de réalisation particulier de l'invention la population de plantes est une population de plantes mutantes.

[0048] De manière particulière, la population de plantes mutantes est obtenue par TILLING.

[0049] C'est aussi un objet de la présente invention que de fournir une méthode qui comprend la sélection, au sein d'une population de plantes, d'au moins une plante présentant une surexpression de la L-aspartate oxydase par rapport à l'expression de la L-aspartate oxydase des plantes parents.

[0050] Dans un mode de réalisation particulier de la présente invention, l'introgression comprend :
  1. a) La fourniture d'une plante présentant un niveau d'expression donné de la L-aspartate oxydase,
  2. b) La fourniture d'une plante présentant un niveau d'expression accru de la L-aspartate oxydase par rapport à la plante fournie en a),
  3. c) Le croisement de la plante fournie en a) avec la plante fournie en b),
  4. d) La génération d'une progéniture issue du croisement c),
  5. e) La sélection au sein de la progéniture d'au moins une plante présentant un niveau d'expression de la L-aspartate oxydase supérieur à celui de la plante fournie en b).


[0051] Dans un mode particulier, la méthode décrite ci avant comprend une étape supplémentaire de croisement de la plante sélectionnée en e) avec la plante fournie en b) suivie d'une étape supplémentaire de sélection au sein de la progéniture obtenue d'au moins une plante présentant un niveau d'expression de la L-aspartate oxydase supérieur à celui de la plante sélectionnée en e).

[0052] C'est aussi un objet de la présente invention que de fournir une méthode de sélection de plante, caractérisée en ce qu'elle comprend la recherche d'un allèle du gène de l'enzyme L-aspartate oxydase possédant une mutation résultant en une amélioration d'au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse, le rendement en grains, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique ou, la vitesse de croissance ou la vitesse de germination.

[0053] La présente invention concerne enfin une plante susceptible d'être obtenue par une méthode selon l'un des modes de réalisation décrit ici.

[0054] Enfin, la présente invention concerne aussi l'utilisation d'une plante telle qu'obtenue par une méthode selon l'un des modes de réalisation décrit ici, ou d'un dérivé d'une telle plante, pour la préparation d'une composition destinée à l'alimentation humaine, l'alimentation animale ou la préparation de biocarburants.

[0055] Un objet de la présente invention est donc l'utilisation d'au moins un acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase, et de la protéine codée L-aspartate oxydase, pour l'obtention d'une plante qui présente au moins un caractère phénotypique choisi parmi une biomasse accrue, une vitesse de germination accrue, une vitesse de croissance accrue, un rendement accru, en particulier un rendement en grains accru, une résistance au stress abiotique accrue, une résistance au stress biotique accrue, une vitesse de germination accrue, une croissance accélérée, via la surexpression de la L-aspartate oxydase.

[0056] L'invention fournit un procédé d'obtention d'au moins un caractère phénotypique choisi parmi une biomasse accrue, une vitesse de germination accrue, un rendement accru, en particulier un rendement en grains accru, une résistance au stress abiotique accrue, une résistance au stress biotique accrue, une vitesse de germination accrue, une croissance accélérée, chez une plante, comprenant l'étape consistant à surexprimer la L-aspartate oxydase dans des cellules de ladite plante.

[0057] La surexpression de la L-aspartate oxydase dans les cellules de la plante peut être obtenue par divers moyens à la disposition de l'homme du métier, que ce soit par transgénèse, par transformation, par introgression, par sélection, par sélection assistée par marqueurs, par mutagénèse aléatoire ou dirigée suivie ou non de sélection, par exemple.

[0058] La surexpression de la L-aspartate oxydase se traduit par une augmentation des quantités de NAD et de ses dérivés.

[0059] Un objet particulier de l'invention est un procédé de production d'une plante ou d'une partie d'une plante, présentant au moins un caractère phénotypique choisi parmi une biomasse accrue, une vitesse de germination accrue, un rendement accru, en particulier un rendement en grains accru, une résistance au stress abiotique accrue, une résistance au stress biotique accrue, une vitesse de germination accrue, une croissance accélérée, lequel procédé comprend la transformation d'une cellule végétale avec au moins un acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase, et générer à partir d'une telle cellule, une plante qui surexprime la L-aspartate oxydase.

[0060] La méthode selon l'invention pour améliorer au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse, le rendement, en particulier le rendement en grains, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique ou la vitesse de germination ou la croissance chez une plante, comprend la transformation d'une cellule végétale avec au moins un acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase, et la génération à partir d'une telle cellule, d'une plante qui surexprime la L-aspartate oxydase.

[0061] Dans un mode de réalisation particulier, le au moins acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase est sous le contrôle d'un promoteur assurant la surexpression de la L-aspartate oxydase.

[0062] Un autre objet de l'invention est un procédé de production d'une cellule végétale, une plante ou partie de plante, présentant au moins un caractère phénotypique choisi parmi une biomasse accrue, une vitesse de germination accrue, un rendement accru, en particulier un rendement en grains accru, une résistance au stress abiotique accrue, une résistance au stress biotique accrue, une vitesse de germination accrue, une croissance accélérée, lequel procédé comprend l'étape consistant à transformer une cellule végétale avec au moins un acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase, et peut comprendre l'étape supplémentaire de génération d'une plante à partir de celle-ci qui surexprime la L-aspartate oxydase.

[0063] La présente invention concerne un procédé pour obtenir des plantes enrichies en nucléotides à pyridine, à biomasse et rendement en graines augmentés et présentant une forte résistance à des stress environnementaux. L'augmentation ciblée des teneurs en NAD via la surexpression de la L-aspartate oxydase au sein des cellules de la plante conduit à une augmentation des teneurs en métabolites énergétiques. Cette stratégie de surexpression d'une séquence génétique représente une nouvelle amélioration génétique qui permet aux plantes de dépasser leur potentiel maximal de rendement.

[0064] Les méthodes selon la présente invention procurent les avantages suivants :
  • augmenter de façon constitutive la biomasse des plantes tout au long de leur développement, et donc d'accroître le rendement des cultures;
  • augmenter significativement le rendement en graine des plantes;
  • accroître la précocité de production de biomasse, de graine et la précocité germinative;
  • permettre de produire des plantes résistantes aux conditions de fortes chaleur et lumière, ce qui limite les pertes de rendement dans ces conditions ;
  • permettre aux plantes de mieux résister à divers stress biotiques comme les attaques par des ravageurs tels que des pucerons, ce qui permet d'envisager une réduction des traitements phytosanitaires des cultures, insecticides notamment ;
  • permettre aux plantes d'augmenter leur vitesse de germination, donc d'installation d'une culture ;
  • permettre aux plantes une meilleure levée de dormance (particulièrement vrai chez certaines espèces végétales qui nécessitent un priming pour germer) ;
  • permettre aux plantes de maintenir une forte capacité germinative, particulièrement en milieu pauvre en azote, ce qui permet d'envisager une limitation des apports azotés sur ces cultures, donc de limiter les coûts et la pollution agricole ;
  • et permettre de produire des plantes au meilleur statut énergétique, ce qui permet d'envisager une réduction des traitements phytosanitaires des cultures.


[0065] En outre, la méthode mise au point pour mesurer l'activité de la L-aspartate oxydase à partir de tissus de la plante peut être utilisée comme un marqueur biochimique de l'état de l'homéostasie énergétique pour l'amélioration des plantes mais aussi comme marqueur de sélection de plantes selon l'invention, surexprimant la L-aspartate oxydase.

[0066] Les parties de la plante peuvent être des racines, des feuilles, le tronc, la tige, les fruits, les organes de réserve et les fleurs par exemple.

[0067] L'invention propose en outre une méthode pour améliorer le rendement, en particulier le rendement en graines, chez une plante, laquelle méthode comprend la transformation d'une cellule végétale avec au moins un acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase, générant ainsi une plante qui surexprime la L-aspartate oxydase, et la culture de la plante à maturité.

[0068] L'invention propose en outre une méthode pour améliorer la production de biomasse chez une plante, laquelle méthode comprend la transformation d'une cellule végétale avec au moins un acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase, générant ainsi une plante qui surexprime la L-aspartate oxydase, et la culture de la plante à maturité.

[0069] L'invention propose en outre une méthode pour améliorer la résistance au stress abiotique chez une plante, laquelle méthode comprend la transformation d'une cellule végétale avec au moins un acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase, générant ainsi une plante qui surexprime la L-aspartate oxydase, et la culture de la plante à maturité.

[0070] L'invention propose en outre une méthode pour améliorer la résistance au stress biotique chez une plante, laquelle méthode comprend la transformation d'une cellule végétale avec au moins un acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase, générant ainsi une plante qui surexprime la L-aspartate oxydase, et la culture de la plante à maturité.

[0071] Dans une mode de réalisation particulier de la présente invention, la transformation d'une cellule végétale comprend la transformation avec au moins un acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase. Ainsi dans un tel cas de figure, la transformation comprend la transformation avec un acide nucléique codant pour la L-aspartate oxydase en multi-copies, ce qui permet une production de la protéine en quantité accrue, et donc une surexpression de cette enzyme. La transformation peut être réalisée avec 2 copies d'un acide nucléique codant pour la L-aspartate oxydase, particulièrement avec 3 copies d'un acide nucléique codant pour la L-aspartate oxydase, particulièrement encore avec 4 copies d'un acide nucléique codant pour la L-aspartate oxydase, plus particulièrement encore avec 5 copies, ou plus, de l'acide nucléique codant pour la L-aspartate oxydase.

[0072] Dans un mode de réalisation particulier d'une méthode selon l'invention, l'acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase est sous le contrôle d'un promoteur assurant la surexpression de la L-aspartate oxydase.

[0073] Un autre objet de l'invention est une cellule végétale, une plante ou partie de plante, qui est transgénique pour au moins un acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase et qu'il surexprime.
Un acide nucléique codant pour la L-aspartate oxydase peut être n'importe quel acide nucléique encodant l'enzyme fonctionnelle de telle manière que lorsqu'introduit dans une cellule hôte et sous le contrôle d'un promoteur adéquat, la quantité de L-aspartate oxydase et/ou son activité enzymatique au sein de la cellule sont augmentées.

[0074] A titre d'exemple, un acide nucléique codant pour la L-aspartate oxydase peut être l'acide nucléique selon la séquence SEQ ID N°1 correspondant à Arabidopsis thaliana.

[0075] Cette séquence SEQ ID N°1 correspond à un acide nucléique codant pour la L-aspartate oxydase d'Arabidopsis thaliana à proprement parler et comprend une portion codant pour un peptide d'adressage plastidial.

[0076] Plus particulièrement, dans le cadre de la présente invention l'acide nucléique codant pour la L-aspartate oxydase :
  1. i) a une séquence présentant au moins 55 % d'homologie avec la SEQ ID N°1 ou sa séquence complémentaire, ou
  2. ii) a une séquence qui s'hybride à la SEQ ID N°1 ou sa séquence complémentaire, dans des conditions de stringence, et qui code pour la L-aspartate oxydase.


[0077] Dans un mode de réalisation particulier, l'acide nucléique codant pour la L-aspartate oxydase a une séquence présentant au moins 60%, au moins 65%, au moins 70 %, au moins 75%, au moins 80 %, au moins 85%, au moins 90 %, au moins 92%, au moins 93%, au moins 94%, au moins 95%, au moins 96%, au moins 96%, au moins 97%, au moins 98%, au moins 99% d'homologie avec la SEQ ID N°1.

[0078] L'acide nucléique codant pour la L-aspartate oxydase à transférer afin de surexprimer la L-aspartate oxydase peut également être un acide nucléique homologue de la plante hôte choisi parmi les acides nucléique de plantes, de microorganismes ou d'algues.

[0079] Dans le cadre de la mise en œuvre d'acide nucléique de microorganismes codant pour la L-aspartate oxydase, il conviendra de réaliser une construction par ligation avec une séquence codant pour un peptide d'adressage tel que, par exemple un peptide d'adressage plastidial, tel que celui de la petite sous-unité de la rubisco.

[0080] Le terme «homologue» ou « homologie » se rapporte à tout acide nucléique, ou protéine, ayant une ou plusieurs modification(s) de séquence par rapport à tout ou partie de la séquence de SEQ ID N°1 ou de la séquence SEQ ID N°2, respectivement, tout en conservant la plupart ou la totalité de l'activité de la L-aspartate oxydase.

[0081] Dans un mode de réalisation de la présente invention, la surexpression de la L-aspartate oxydase dans les plantes peut être obtenue en utilisant des acides nucléiques ou des protéines, comprenant l'une quelconque des séquences de nucléotides ou d'acides aminés suivants : SEQ ID N°1, SEQ ID N°2, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16.

[0082] Dans un mode de réalisation particulier de la présente invention, l'acide nucléique codant la L-aspartate oxydase comprend un acide nucléique choisi dans le groupe constitué par SEQ ID N°1, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16.

[0083] Dans un mode de réalisation particulier, l'acide nucléique codant pour la L-aspartate oxydase a une séquence présentant au moins 60%, au moins 65%, au moins 70 %, au moins 75%, au moins 80 %, au moins 85%, au moins 90 %, au moins 92%, au moins 93%, au moins 94%, au moins 95%, au moins 96%, au moins 96%, au moins 97%, au moins 98%, au moins 99% d'homologie avec la séquence d'un acide nucléique choisi dans le groupe constitué par SEQ ID N°1, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16.

[0084] La présente invention propose en outre une cassette d'expression comprenant un promoteur exprimable dans une plante fonctionnellement lié à une région codante contenant au moins un acide nucléique codant pour une L-aspartate oxydase, dans lequel ledit promoteur n'est pas un promoteur de L-aspartate oxydase. Ledit promoteur peut être un promoteur 35S, un promoteur d'ubiquitine ou un promoteur d'actine, par exemple.

[0085] Le terme «transgénique» signifie que la cellule végétale ou de la plante comprend dans son génome au moins un acide nucléique codant pour la L-aspartate oxydase qui est étranger à cette plante ou cellule de plante, ou qui comprend dans son génome au moins une séquence codante endogène de la L-aspartate oxydase fonctionnellement liée à au moins une région de régulation, par exemple, un promoteur, qui n'est pas présent dans le gène endogène de cette plante ou cellule végétale. En général, l'acide nucléique étranger est intégré de manière stable dans le génome de telle sorte que le polynucléotide est transmis aux générations successives. Le terme transgénique inclut aussi le cas dans lequel la cellule végétale ou la plante comprend dans son génome deux ou plus de deux acides nucléiques endogènes ou exogènes de l'espèce de la cellule ou de la plante codant pour la L-aspartate oxydase ; permettant ainsi une surexpression de la L-asparate-oxydase. Le terme «surexpression» est ici destiné à signifier à la fois une augmentation de la quantité de la L-aspartate oxydase par rapport à la quantité exprimée dans une plante contrôle, et une expression ectopique de cette enzyme, dans un tissu ou un compartiment et/ou à un stade de développement où il n'est normalement pas exprimé. Elle englobe la situation dans laquelle la L-aspartate oxydase est endogène ou hétérologue, c'est à dire quand il s'agit d'un organisme, tel qu'une plante, différente de la cellule hôte, ou dans laquelle au moins une région de régulation de transcription de la L-aspartate oxydase n'est pas présente dans le gène endogène. La quantité et/ou l'activité de la protéine L-aspartate oxydase exprimée dans une cellule végétale peut être déterminée en nmoles d'iminoaspatate produites/min/mg de protéine ou en nmoles d'iminoaspartate produites/min/mg de chlorophylle, par mesure du NH4+ relargué par la décomposition quasi instantanée de l'iminoaspartate dans les conditions de mesure de l'essai.

[0086] Le terme «surexpression» signifie aussi que l'activité enzymatique de la L-asparte-oxydase produite au sein de la cellule hôte après introduction de la séquence codant pour la L-aspartate oxydase, à quantité égale d'enzyme produite, est supérieure à l'activité enzymatique de la L-aspartate oxydase de la cellule hôte avant l'introduction de ladite séquence. Une telle suractivité spécifique peut être due à une différence de structure primaire, secondaire ou tertiaire de la protéine due à une différence dans la séquence nucléique l'encodant.

[0087] La surexpression de la L-aspartate oxydase se traduit par une augmentation des quantités de NAD et de ses dérivés.

[0088] Les plantes selon l'invention présentent ainsi une augmentation des quantités de NAD et de ses dérivés.

[0089] Les méthodes selon l'invention visent aussi une augmentation des quantités de NAD et de ses dérivés.

[0090] Le NAD (nicotinamide adénine dinucléotide) est une coenzyme d'oxydoréduction présent dans toutes les cellules vivantes. Le composé est un dinucléotide, puisqu'il est composé de deux nucléotides liés par leurs groupes phosphate. Un des nucléotides contient une adénine tandis que l'autre contient un nicotinamide. Dans le métabolisme, le NAD+ est impliqué dans les réactions redox en transportant des électrons. Cette coenzyme est présente sous deux formes dans la cellule. NAD+ est un agent d'oxydation et NADH est un agent de réduction.

[0091] L'expression NAD et ses dérivés s'entend du NAD, du NAD+, du NADP, NADP+ et NADPH.

[0092] Le nicotinamide adénine dinucléotide phosphate (NADP) est un coenzyme d'oxydoréduction. Il est très proche du nicotinamide adénine dinucléotide (NAD), dont il diffère par la présence d'un groupement phosphate sur le second carbone du β-D-ribofurannose du résidu adénosine. Sa forme réduite est désignée par NADPH ou NADPH2 ou encore NADPH+H+.

[0093] Une «augmentation» d'au moins un caractère phénotypique choisi parmi la croissance, la taille et/ou poids, le rendement, en particulier le rendement en graines, la vitesse de croissance, la croissance, la vitesse de germination, la biomasse, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique, observée chez les plantes selon l'invention qui surexpriment la L-aspartate oxydase indique que ce au moins un caractère est quantitativement significativement supérieur à celui des plantes contrôles de la même espèce qui n'ont pas subi de transformation avec un acide nucléique codant pour la L-aspartate oxydase, ou qui n'ont pas subi d'introgression d'un élément génétique codant pour ladite L-aspartate oxydase, lorsqu'elles sont cultivées dans les mêmes conditions de croissance .

[0094] Par l'expression «plante contrôle», dans le cadre de l'invention, on entend une plante qui a le même fond génétique qu'une plante selon la présente invention dans lequel la plante contrôle ne dispose pas de l'acide nucléique ou de l'élément génétique permettant une surexpression de la L-aspartate oxydase selon la présente invention ; surexpression liée à une augmentation d'un caractère phénotypique choisi parmi une biomasse accrue, une vitesse de germination accrue, un rendement accru, en particulier un rendement en grains accru, une résistance au stress abiotique accrue, une résistance au stress biotique accrue, une vitesse de germination accrue, une croissance accélérée. Une plante contrôle est cultivée pour la même durée de temps et dans les mêmes conditions qu'une plante selon la présente invention.

[0095] L'expression «variété», «cultivar» ou «obtention végétale» est ici entendue selon la définition de l'UPOV. Ainsi, une plante contrôle peut être une variété, lignée pure ou un hybride, à condition d'avoir le même fond génétique que la plante selon la présente invention à l'exception de l'acide nucléique, ou de l'élément génétique, permettant l'amélioration d'au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse, la vitesse de germination, le rendement, en particulier le rendement en grains, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique, la vitesse de germination, la croissance, selon de la présente invention et liée à la surexpression de la L-aspartate oxydase.

[0096] Dans les méthodes ou les plantes de l'invention, l'acide nucléique ou l'élément génétique codant pour la L-aspartate oxydase peut être hétérologue par rapport à la plante dans laquelle il est introduit ou peut appartenir à la même espèce et ce dans la mesure où il peut être exprimé dans les plantes en des quantités supérieures à la quantité classiquement produite par une plante non transformée ou une plante qui ne contenait pas la séquence ou l'élément introduit ou introgressé. Ainsi, toute séquence nucléotidique codant pour la L-aspartate oxydase peut être utilisée, par exemple, une séquence de type sauvage pour le gène de la L-aspartate oxydase, une séquence mutée au niveau de la portion codante de l'enzyme entraînant une activité spécifique plus élevée ou une séquence mutée au niveau de la région promotrice entraînant une plus forte production de la protéine et donc une surexpression de l'enzyme, voire une combinaison des deux cas de figure.

[0097] Avantageusement, un acide nucléique codant pour la L-aspartate oxydase utilisé pour transformer les cellules ou les plantes selon l'invention comprend un acide nucléique codant pour la protéine de la SEQ ID N°2, par exemple la séquence codante de l'ADNc d'Arabidopsis thaliana de la SEQ ID N°1.

[0098] Dans un mode de réalisation préféré de la méthode selon l'invention, la plante est choisie dans le groupe constitué par blé, orge, riz, maïs, sorgho, tournesol, colza, soja, coton, pois, haricot, manioc, mangue, banane, pomme de terre, tomate, poivron, melon, courgette, pastèque, laitue, choux, aubergine, peuplier.

[0099] Dans un mode de réalisation préféré de la méthode selon l'invention, la plante est choisie dans le groupe comprenant blé, orge, riz, maïs.
Dans un mode encore préféré de réalisation de la méthode selon l'invention, la plante est le riz asiatique (Oryza sativa) ou le riz africain (Oryza glaberrima) ou le riz hybride de ces deux espèces.

[0100] Un mode de réalisation de l'invention comprend la surexpression de la L-aspartate oxydase dans une monocotylédone, en particulier le riz (Oryza sativa), en surexprimant la L-aspartate oxydase codée par un acide nucléique choisi dans le groupe constitué par SEQ ID N°1, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16 dans des cellules de plantes de riz.

[0101] Un mode de réalisation de l'invention comprend la surexpression de la L-aspartate oxydase dans une monocotylédone, en particulier le riz (Oryza glaberrima), en surexprimant la L-aspartate oxydase codée par un acide nucléique choisi dans le groupe constitué par SEQ ID N°1, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16 dans des cellules de plantes de riz.

[0102] Un mode de réalisation de l'invention comprend la surexpression de la L-aspartate oxydase dans une monocotylédone, en particulier le blé (Triticum), en surexprimant la L-aspartate oxydase codée par un acide nucléique choisi dans le groupe constitué par SEQ ID N°1, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16 dans des cellules de plantes de blé.

[0103] Un mode de réalisation de l'invention comprend la surexpression de la L-aspartate oxydase dans une monocotylédone, en particulier l'orge (Hordeum vulgare), en surexprimant la L-aspartate oxydase codée par un acide nucléique choisi dans le groupe constitué par SEQ ID N°1, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16 dans des cellules de plantes d'orge.

[0104] Un mode de réalisation de l'invention comprend la surexpression de la L-aspartate oxydase dans une monocotylédone, en particulier le maïs (Zea mays), en surexprimant la L-aspartate oxydase codée par un acide nucléique choisi dans le groupe constitué par SEQ ID N°1, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16 dans des cellules de plantes de maïs.

[0105] Un mode de réalisation de l'invention comprend la surexpression de la L-aspartate oxydase dans une monocotylédone, en particulier le sorgho (Sorghum bicolor), en surexprimant la L-aspartate oxydase codée par un acide nucléique choisi dans le groupe constitué par SEQ ID N°1, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16 dans des cellules de plantes de sorgho.

[0106] Un mode de réalisation de l'invention comprend la surexpression de la L-aspartate oxydase dans une dicotylédone, en particulier le coton (Gossypium hirsutum) en surexprimant la L-aspartate oxydase codée par un acide nucléique choisi dans le groupe constitué par SEQ ID N°1, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16 dans des cellules de plantes de coton.

[0107] Un mode de réalisation de l'invention comprend la surexpression de la L-aspartate oxydase dans une dicotylédone, en particulier la tomate (Solanum lycopersicum), en surexprimant la L-aspartate oxydase codée par un acide nucléique choisi dans le groupe constitué par SEQ ID N°1, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16 dans des cellules de plantes de tomate.

[0108] Un mode de réalisation de l'invention comprend la surexpression de la L-aspartate oxydase dans une dicotylédone, en particulier le colza (Brassica napus), en surexprimant la L-aspartate oxydase codée par un acide nucléique choisi dans le groupe constitué par SEQ ID N°1, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16 dans des cellules de plantes de colza.

[0109] Un mode de réalisation de l'invention comprend la surexpression de la L-aspartate oxydase dans une dicotylédone, en particulier le soja (Glycine max), en surexprimant la L-aspartate oxydase codée par un acide nucléique choisi dans le groupe constitué par SEQ ID N°1, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16 dans des cellules de plantes de soja.

[0110] Un mode de réalisation de l'invention comprend la surexpression de la L-aspartate oxydase dans une dicotylédone, en particulier le tournesol (Helianthus annuus), en surexprimant la L-aspartate oxydase codée par un acide nucléique choisi dans le groupe constitué par SEQ ID N°1, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16 dans des cellules de plantes de tournesol.

[0111] Un mode de réalisation de l'invention comprend la surexpression de la L-aspartate oxydase dans une dicotylédone, en particulier le haricot (Phaseolus vulgaris), en surexprimant la L-aspartate oxydase codée par un acide nucléique choisi dans le groupe constitué par SEQ ID N°1, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16 dans des cellules de plantes de haricot.

[0112] Un mode de réalisation de l'invention comprend la surexpression de la L-aspartate oxydase dans une dicotylédone, en particulier le peuplier (Populus trichocarpa), en surexprimant la L-aspartate oxydase codée par un acide nucléique choisi dans le groupe constitué par SEQ ID N°1, SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16 dans des cellules de plantes de peuplier.

[0113] L'homme du métier sait comment identifier des séquences d'acide nucléique codant pour la L-aspartate oxydase au sein de différentes espèces, par comparaison de SEQ ID N°1 avec les séquences d'autres espèces, avec un programme d'ordinateur tels que BLAST (www.ncbi.nlm.nih.gov) et DB rapide avec les paramètres par défaut. L'homme du métier pourra aussi utiliser les une des séquences d'acide nucléique choisie dans le groupe constitué par SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16 afin de réaliser des comparaisons de séquences afin d'identifier et trouver des séquences codant pour la L-aspartate oxydase convenables.

[0114] Ces algorithmes sont décrits dans «Les méthodes actuelles de séquençage et synthèse méthodes et applications», pages 127-149, 1988, en Alabama R. Liss, Inc.

[0115] Les séquences homologues sont de préférence définies comme suit :
  1. i) des séquences d'ADN qui montrent une similarité ou identité d'au moins 55 %, de préférence au moins 70 %, de préférence au moins 80%, encore plus préférablement au moins 90 %, plus préférentiellement et encore au moins 95% avec la séquence SEQ ID N°1 ; ou avec une séquence choisie dans le groupe constitué par SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16
  2. ii) des séquences qui s'hybrident avec la séquence de SEQ ID N°1, ou avec une séquence choisie dans le groupe constitué par SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16 ou avec sa séquence complémentaire, dans des conditions d'hybridation de stringence, par exemple de stringence faible, ou
  3. iii) des séquences codant pour une enzyme L-aspartate oxydase comprenant la séquence d'acides aminés de la SEQ ID N°2, ou une séquence d'acides aminés homologue, par exemple, n'importe quelle séquence d'acides aminés avec une activité enzymatique L-aspartate oxydase et ayant au moins 60 %, de préférence au moins 70 %, de préférence au moins 80%, encore plus préférablement au moins 90%, plus préférentiellement encore au moins 95% d'identité de séquence avec la séquence de la SEQ ID N°2.


[0116] De manière préférentielle, une telle séquence nucléotidique homologue s'hybride spécifiquement à des séquences complémentaires de la séquence SEQ ID N°1 ou d'une séquence choisie dans le groupe constitué par SEQ ID N°3, SEQ ID N°4, SEQ ID N°5, SEQ ID N°6, SEQ ID N°7, SEQ ID N°8, SEQ ID N°9, SEQ ID N°10, SEQ ID N°11, SEQ ID N°12, SEQ ID N°13, SEQ ID N°14, SEQ ID N°15, SEQ ID N°16, dans des conditions rigoureuses. Les paramètres qui définissent les conditions de stringence dépendent de la température (Tm) à laquelle 50 % des brins appariés se séparent. Des conditions d'hybridation à faible stringence sont celles dans lesquelles l'hybridation est observée en utilisant une température d'hybridation de 5 à 10 °C en dessous de Tm, et les tampons d'hybridation sont des solutions de force ionique élevée, par exemple une solution 6 x SSC.

[0117] Les termes «similarité de séquence» ou «identité de séquence» ou encore «homologie de séquence» sont utilisés ici de manière interchangeable et signifient dans le contexte de deux ou plusieurs séquences d'acides nucléiques ou protéiques qui sont les mêmes ou ont un pourcentage spécifié de résidus d'acides aminés ou de nucléotides qui sont les mêmes, lorsque comparées et alignées pour une correspondance maximale, comme mesuré en utilisant l'un des algorithmes de comparaison de séquences suivants ou par inspection visuelle, si deux séquences devant être comparées entre elles ont des longueurs différentes, une identité de séquence concerne de préférence le pourcentage des résidus de nucléotides de la séquence la plus courte, qui sont identiques aux résidus nucléotidiques de la séquence plus longue. L'identité de séquence peut être déterminée de manière classique avec l'utilisation de programmes informatiques comme le programme Bestfit (Wisconsin Sequence Analysis Package, Version 8 pour Unix, Genetics Computer Group, University Research Park, 575 Sciences Drive Madison, WI 53711). Bestfit utilise l'algorithme d'homologie locale de Smith et Waterman (1981), afin de trouver le segment ayant l'identité de séquence la plus élevée entre les deux séquences. Quand on utilise Bestfit ou tout autre programme d'alignement de séquence pour déterminer si une séquence particulière présente, par exemple, 95% d'identité avec une séquence de la présente invention, de référence, les paramètres sont de préférence adaptés de telle manière que le pourcentage d'identité est calculé sur la longueur entière de la séquence de référence et que les écarts d'homologie allant jusqu'à 5 % du nombre total des nucléotides dans la séquence de référence sont permises.

[0118] Un acide nucléique est homologue à une séquence, telle que la séquence (séquence codante, CDS) représentée sur la SEQ ID N°1 par exemple, telle qu'utilisée ici, quand il comprend une séquence nucléotidique qui diffère de cette séquence, par exemple la SEQ ID N°1, par une mutation, insertion, délétion ou substitution d'une ou plusieurs bases, ou par la dégénérescence du code génétique, pour autant qu'elle code pour un polypeptide ayant l'activité de l'enzyme L-aspartate oxydase. Une protéine est homologue à la L-aspartate oxydase représentée dans la SEQ ID N°2, quand elle comprend une séquence d'acides aminés qui diffère de la séquence SEQ ID N°2, par mutation, insertion, délétion ou substitution d'un ou plusieurs des acides aminés, du moment qu'elle est un polypeptide ayant l'activité de l'enzyme L-aspartate oxydase.

[0119] La L-aspartate oxydase (EC 1.4.3.16) est une enzyme qui catalyse la réaction chimique :

         L-aspartate + H2O + O2 → iminoaspartate + H2O2



[0120] Les trois substrats de cette enzyme sont L-aspartate, H2O et O2, alors que ses deux produits sont iminoaspartate et H2O2. En solution à pH8, l'iminoaspartate produit lors de la réaction enzymatique, encore appelé iminosuccinate, est instable, et produit du NH4+ (demie-vie : 2,5 min).

[0121] La L-aspartate oxydase est une enzyme qui catalyse la première étape de la biosynthèse de novo de NAD+. L'oxygène peut être remplacé par le fumarate comme accepteur d'électrons, pour donner le succinate. La capacité de l'enzyme à utiliser à la fois l'oxygène et le fumarate comme cofacteur de ré-oxydation lui permet de fonctionner dans des conditions aérobies et anaérobies. L'enzyme est un membre de la famille des enzymes succinate déshydrogénase / fumarate-réductase.

[0122] L'expression «l'activité de l'enzyme L-aspartate oxydase» ou «l'activité enzymatique L-aspartate oxydase», telle qu'utilisée ici, se réfère en particulier à son activité oxydoréductase dans les plantes, qui peut être déterminée par incubation de la protéine avec L-Aspartate, fumarate et FAD pendant 30 min, suivi de la mesure spectrophotométrique à DO 635nm du NH4+ libéré par décomposition de l'iminoaspartate produit lors de la réaction. Un protocole détaillé de mesure est décrit dans la section expérimentale plus après.

[0123] L'acide nucléique qui code pour la L-aspartate oxydase est généralement inséré, en simple ou multiples exemplaires, dans une construction nucléotidique, appelée cassette d'expression, dans laquelle il est lié de manière fonctionnelle à des éléments permettant son expression, plus particulièrement sa surexpression et éventuellement sa régulation.

[0124] Parmi ces éléments, on peut notamment citer les promoteurs de transcription, des activateurs et / ou terminateurs.

[0125] Dans un mode de réalisation particulier, la cellule végétale est transformée avec une cassette d'expression comprenant au moins une séquence nucleotidique codant la L-aspartate oxydase et un promoteur spécifique d'un tissu. L'expression dans les tissus contenant de la lignine ou en inflorescences peut être d'un intérêt particulier, ainsi que l'expression sélective ou préférentielle dans les fleurs ou les graines. Un promoteur spécifique de la racine peut également être utile. L'expression dans les tissus des racines peut être accompli en utilisant le gène de chitinase acide (Samac et al., 1990), ou les sous-domaines spécifiques profonds du promoteur CaMV35S qui ont été identifiés (Benfield et al., 1989).

[0126] Parmi les promoteurs de transcription qui peuvent être employés, on peut citer : un promoteur 35S, ou le promoteur 35S à double constitutive (pd35S) du virus de la mosaïque du chou-fleur (CaMV), comme décrit dans Kay et al, 1987 ; un promoteur PCRU de la cruciférine de radis qui dirige l'expression des séquences associées uniquement dans les semences de la plante transgénique ; les PGEA1 et PGEA6 promoteurs qui correspondent à la région 5' non codante des gènes de la protéine de stockage de graines (GEA1 et GEA6, respectivement) d'Arabidopsis thaliana qui dirigent une expression spécifique dans les graines ; le promoteur chimérique PSP (Ni et al., 1995) qui est une fusion d'une triple répétition d'un élément activateur de la transcription du promoteur du gène de l'octopine synthase dans Agrobacterium tumefaciens ; un promoteur d'actine de riz, suivi éventuellement par l'intron actine de riz (PAR- IAR), par exemple ; le promoteur contenu dans le plasmide pAct1-F4 (Mc Elroy et al, 1991) la HMGW promoteur de blé (de haut poids moléculaire gluténine) ; le promoteur du gène de la zéine du maïs (P-zéine) contenu dans le plasmide p63, qui dirige l'expression dans l'albumen des graines.

[0127] D'autres promoteurs exprimables dans une plante convenables conformément à la présente invention comprennent, mais ne sont pas limités à : des promoteurs provenant de la famille de l'ubiquitine (par exemple, le promoteur de l'ubiquitine du maïs du document EP 0 342 926), un promoteur actine du riz tels que le promoteur décrit par Mc Elroy et al., (déjà mentionné ci-dessus) ou le promoteur décrit dans US 5,641,876 ; un quelconque des promoteurs de la veine virus de la mosaïque du manioc (WO 97/48819), l'un quelconque de la série de promoteurs pPLEX de trèfle souterrain Stunt virus (WO 96/06932), ou un promoteur de l'alcool déshydrogénase, par exemple, pADH 1S (numéros d'accession GenBank X04049, X00581).

[0128] Parmi les terminateurs utilisables dans les constructions de l'invention, on peut notamment citer l'extrémité 3' du gène de la nopaline synthase d'Agrobacterium tumefaciens.

[0129] La cassette d'expression peut être insérée dans un vecteur nucléotidique, tel qu'un plasmide, qui peut en outre comprendre un gène marqueur, par exemple un gène permettant de sélectionner une plante transformée d'une plante qui ne contient pas l'ADN étranger transfecté. En tant que gène marqueur, celui-ci peut en particulier être constitué d'un gène qui confère une résistance à un antibiotique ou une résistance à un herbicide, ou une résistance à un acide aminé par exemple.

[0130] Le vecteur ainsi construit peut être utilisé pour transformer des cellules hôtes, selon des techniques connues de l'homme du métier.

[0131] On peut notamment citer des méthodes de transfert direct de gènes dans des cellules végétales, telles que la transformation par Agrobacterium tumefaciens, la micro-injection directe dans des embryoïdes de plante (Neuhaus et al., 1987), l'infiltration sous vide (Bechtold et al.,1993) ou l'électroporation (Chupeau et al., 1989), ou en variante, la précipitation directe à l'aide de PEG (Schocher et al., 1986) ou le bombardement de particules recouvertes de l'ADN plasmidique d'intérêt, en utilisant un pistolet (Fromm M. et al., 1990), par exemple.

[0132] Selon un autre mode de réalisation du procédé de l'invention, les cellules végétales sont transformées avec un vecteur tel que défini ci-dessus, transféré dans un hôte cellulaire susceptible d'infecter lesdites cellules végétales en permettant l'intégration, dans le génome de ces dernières, des séquences nucléotidiques d'intérêt initialement contenues dans le génome du vecteur susmentionné. Avantageusement, l'hôte cellulaire utilisé est une souche bactérienne, telle que Agrobacterium tumefaciens, ou Agrobacterium rhizogenes par exemple.

[0133] Pour transformer les monocotylédones telles que le riz (Oryza sativa), le procédé décrit par Ishida et al., (1996) peut être utilisé ou l'une quelconque des méthodes décrites dans Hiei et al., (1994), Hiei et al. (1997), dans le brevet US 5.641.664 ou 5.679.558, ou dans Christou et al., (1991). Selon un autre protocole, la transformation peut être réalisée selon la méthode décrite par Finer et al., (1992) en utilisant un canon à particules avec des particules de tungstène ou d'or, par exemple.

[0134] Les plantes ainsi obtenues surexpriment la L-aspartate oxydase.

[0135] De telles plantes ou parties d'une plante sont avantageusement obtenues par le procédé décrit ci-dessus, dans lequel une cellule végétale est transformée avec au moins un acide nucléique qui code pour l'enzyme L-aspartate oxydase, et mises en culture, grâce à quoi on obtient une plante qui surexprime la L-aspartate oxydase.

[0136] Comme exemples de plantes transgéniques, on peut citer blé, orge, riz, maïs, sorgho, tournesol, colza, soja, coton, pois, haricot, manioc, mangue, banane, pomme de terre, tomate, poivron, melon, courgette, pastèque, laitue, choux, aubergine, peuplier.

[0137] L'augmentation de la croissance des plantes, en particulier des racines, favorise la vigueur des plantes et leur capacité à récupérer les substrats nutritifs et l'eau dans le sol ou le milieu de culture.

[0138] La vitesse de croissance et l'augmentation de la vitesse de croissance des plantes, en particulier des inflorescences et des fruits sont avantageuses pour la production de grains, de fourrage, de fleurs ou de fruits, en particulier de légumes-fruits pour les cultures potagères.

[0139] Les plantes transgéniques selon l'invention englobent à la fois les plantes de la première génération ainsi que leurs descendants contenant la cassette d'expression permettant la surexpression de la L-aspartate oxydase selon l'invention (variétés lignées ou variétés hybrides, en particulier).
Les parties de la plante comprennent tout tissu ou organe, telles que des racines, des fleurs, des tiges, du tronc, des feuilles, des fruits, des organes de réserve ou des graines.

[0140] La présente invention comprend en particulier les graines qui présentent une expression accrue de L-aspartate oxydase, obtenue par une surexpression spécifique d'une séquence de codage de L-aspartate oxydase dans la graine.

[0141] Dans un mode de réalisation de l'invention, la cassette d'expression de l'invention est utilisée pour surexprimer la L-aspartate oxydase dans une plante ou une cellule végétale. Cette utilisation conduit à une augmentation de la biomasse, la croissance de la plante, la taille, le poids, le rendement et / ou la vitesse de croissance.

[0142] Dans un autre mode de réalisation de l'invention, la cassette d'expression selon l'invention est utilisée pour augmenter au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse, la vitesse de germination, le rendement, en particulier le rendement en grains, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique, la vitesse de germination, la croissance, dans une cellule végétale, une plante ou une partie de plante.

[0143] Comme évoqué plus avant, l'acide nucléique codant pour une surexpression de la L-aspartate oxydase au sein des plantes selon l'invention peut appartenir à la même espèce et ce dans la mesure où il peut être exprimé dans les plantes en des quantités supérieures à la quantité classiquement produite par une plante qui ne contenait pas la séquence nucléotidique ou l'élément génétique introduit. Ainsi, toute séquence nucléotidique codant pour la L-aspartate oxydase peut être utilisée, par exemple, une séquence de type sauvage pour le gène de la L-aspartate oxydase, une séquence mutée d'une séquence sauvage qui code pour la L-aspartate oxydase, ou encore une séquence mutée du promoteur du gène d'une L-aspartate oxydase sauvage ou mutée qui induit une augmentation de la quantité de L-aspartate oxydase, ou de la stabilité de l'ARN messager de la L-aspartate oxydase, ou une expression d'une L-aspartate oxydase ayant une activité enzymatique supérieure, ce par rapport à la quantité et/ou l'activité de L-aspartate oxydase qui étaient produites ou exprimées au sein de la plante hôte avant de recevoir la séquence introduite.

[0144] Comme indiqué plus avant, la surexpression de la L-aspartate oxydase dans les cellules de la plante peut être obtenue par divers moyens à la disposition de l'homme du métier, que ce soit par transgénèse, par transformation, par introgression, par sélection, par sélection assistée par marqueurs, par mutagénèse aléatoire ou dirigée suivie ou non de sélection, par exemple.

[0145] Dans un mode de réalisation particulier de la méthode selon la présente invention, la surexpression de la L-aspartate oxydase est réalisée par introgression d'un élément génétique codant pour une surexpression de la L-aspartate oxydase.

[0146] L'expression « élément génétique » ou « matériel génétique » utilisée ici se réfère à tout gène, groupe de gènes, QTL, locus, allèle, fragment chromosomique, séquence nucléotidique, séquence nucléique qui est capable de contribuer à l'augmentation d'au moins un caractère phénotypique de la plante, choisi parmi une biomasse accrue, une vitesse de germination accrue, un rendement accru, en particulier un rendement en grains accru, une résistance au stress abiotique accrue, une résistance au stress biotique accrue, une vitesse de germination accrue, une croissance accélérée, en influant sur l'expression de la L-aspartate oxydase au niveau de l'ADN lui-même, tant au niveau de la traduction, de la transcription et/ou de l'activation d'un produit de polypeptide final, c'est à dire, pour réguler le métabolisme de la plante conduisant à l'expression phénotypique du génotype.

[0147] Dans le contexte de la présente invention, les termes «introgression», «introgressé» et «introgresser» désignent le processus par lequel un ou des éléments génétiques tels qu'un gène ou des gènes, un ou des QTL, un ou des allèles, un ou des fragments chromosomiques, ou une ou plusieurs séquences nucléiques présents dans le génome d'une espèce, variété ou un cultivar sont déplacés et transférés de manière stable dans le génome d'une autre espèce, variété ou cultivar, par croisement sexuel. Le transfert peut être naturel ou artificiel. Le processus peut éventuellement être complété par rétrocroisement avec un parent récurrent, dans ce cas, l'introgression se réfère à l'introduction d'un ou plusieurs éléments génétiques, tels qu'un ou plusieurs gènes, un ou plusieurs allèles, un ou plusieurs QTL, un ou plusieurs fragments chromosomiques ou une ou plusieurs séquences nucléiques d'une espèce dans le pool génétique de l'autre par rétrocroisement répété d'un hybride interspécifique avec l'un de ses parents. Une introgression peut également être décrite comme l'intégration stable d'un matériel génétique hétérologue dans le génome d'une plante receveuse par croisement sexuel entre plantes d'espèce identique ou proche, c'est-à-dire sexuellement compatibles. La notion de sexuellement compatible s'entend en ce que la fertilisation d'une fleur d'une plante par le pollen d'une autre plante donne lieu à la fécondation de l'ovule et à la production d'un fruit contenant une ou plusieurs graines capable de germer et de donner une nouvelle plante. La notion de sexuellement compatible s'entend aussi des cas ou la viabilité de l'embryon formé est assurée par une ou des techniques de sauvetage d'embryon. L'homme du métier dispose de diverses méthodes de sauvetage d'embryon qu'il peut utiliser en fonction des espèces mise en jeu.

[0148] Il est ainsi proposé selon un mode de réalisation préféré de la présente invention, une méthode pour augmenter au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse, la vitesse de germination, le rendement, en particulier le rendement en grains, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique, la vitesse de germination, la croissance, chez une plante comprenant la fourniture d'une population de plantes, y compris la fourniture d'une population de plantes issues de croisements, et la sélection des individus de la population qui présentent une expression de la L-aspartate oxydase la plus élevée possible.

[0149] La population de plante peut être une population de plantes mutantes générée par mutagénèse chimique ou par tout autre moyen capable d'induire une ou plusieurs mutations au sein du génome des plantes ainsi traitées. Le traitement de mutagénèse résulte en l'introduction volontaire de mutations par l'action d'agents mutagènes chimiques ou physiques dans une séquence ADN, agents qui peuvent être un traitement chimique comme par exemple un traitement à l'éthyl méthanesulfonate (EMS).

[0150] De manière avantageuse, une population TILLING peut être utilisée pour la sélection d'individus qui présentent une expression de la L-aspartate oxydase la plus élevée possible.

[0151] Typiquement la technologie TILLING repose sur la mutagénèse de graines suivie d'un phénotypage et d'un génotypage afin d'identifier les mutations et dont le ou les allèles associés à un phénotype donné, préférentiellement un phénotype avantageux. La génération de population TILLING peut être réalisée comme suit. Des graines M0 sont mutagénéisées par un traitement à l'ethylmethanosulfonate (EMS). Les plantes M1 issues des graines M0 sont autofécondées, l'ADN est extrait des familles M2 pour un screening haut débit des mutations et les graines M3 sont récoltées et conservées. L'ADN des familles M2 est poolé 8 fois et amplifié pour un gène cible. Les produits d'amplification sont incubés avec une endonucléase qui coupe préférentiellement les mésappariements dans les hétéroduplex entre sauvage et mutant. Les produits de digestion sont soumis à une électrophorèse en gel de séquence. La technologie LI-COR permet un marquage fluorescent double brin (IRDye 700 et 800) qui permet une confirmation visuelle rapide car les mutations sont détectées sur les deux brins complémentaires et ainsi facilement distinguées des artéfacts. Après détection d'une mutation dans un pool, l'ADN des familles individuelles est rapidement criblé par déconvolution du pool afin d'identifier la famille portant la mutation.

[0152] Dans un mode de réalisation particulier de la présente invention, l'introgression d'un élément génétique codant pour une surexpression de la L-aspartate oxydase est obtenue par fusion de protoplastes.

[0153] Ainsi dans un tel mode de réalisation de l'invention, pour augmenter au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse, la vitesse de germination, le rendement, en particulier le rendement en grains, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique, la vitesse de germination, la croissance, la fusion de protoplastes peut être utilisée pour le transfert d'au moins un élément génétique à partir d'une plante donneuse vers une plante receveuse. La fusion de protoplastes est une union induite ou spontanée, comme une hybridation somatique, entre deux ou plusieurs des protoplastes (les parois cellulaires sont éliminées par traitement enzymatique) afin de produire une cellule unique bi- ou multi- nucléée. La cellule fusionnée, qui peut aussi être obtenue avec les espèces végétales qui ne peuvent être croisées sexuellement dans la nature, est cultivée dans une plante hybride présentant la combinaison de caractéristiques souhaitables. Plus précisément, un premier protoplaste peut être obtenu à partir d'un plante selon l'invention et qui présente au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse, la vitesse de germination, le rendement, en particulier le rendement en grains, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique, la vitesse de germination, la croissance et une surexpression de la L-aspartate oxydase. Un deuxième protoplaste peut être obtenu à partir d'une plante qui comprend des caractéristiques de valeur commerciale. Les protoplastes sont ensuite fusionnés au moyen de procédures de fusion de protoplastes traditionnelles, qui sont connues dans la technique.

[0154] Alternativement, le sauvetage d'embryon peut être utilisé dans le transfert d'un élément génétique, en particulier un acide nucléique, permettant la surexpression de la L-aspartate oxydase d'une plante donneuse selon l'invention vers une plante receveuse selon l'invention. Le sauvetage d'embryons peut être utilisé en tant que procédure pour isoler des embryons à partir de croisements dans lequel les plantes ne parviennent pas à produire des graines viables. Dans ce processus, l'ovule fécondé ou immature d'une plante est un tissu de culture pour créer de nouvelles plantes.

[0155] C'est ainsi un objet de la présente invention que de fournir une méthode dans laquelle l'introgression d'un élément génétique codant pour une surexpression de la L-aspartate oxydase est obtenue par sauvetage d'embryon.

[0156] La présente invention concerne également une méthode pour la production de plantes présentant au moins un caractère phénotypique amélioré choisi parmi la biomasse, la vitesse de germination, le rendement, en particulier le rendement en grains, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique, la vitesse de germination, la croissance, comprenant la détection de la présence d'un élément génétique, en particulier une séquence d'acide nucléique, lié à la surexpression de la L-aspartate oxydase dans une plante donneuse et le transfert de l'élément génétique, en particulier une séquence d'acide nucléique, lié à la surexpression de la L-aspartate oxydase ainsi détecté, depuis la plante donneuse vers une plante receveuse. Le transfert de la séquence d'acide nucléique peut être réalisé par un quelconque des procédés précédemment décrits ici.

[0157] Le transfert peut être réalisé par une technique choisie parmi transgénèse, introgression, fusion de protoplastes, restauration d'embryon. Un exemple de réalisation d'un tel procédé comprend le transfert par introgression de l'élément génétique, en particulier la séquence d'acide nucléique, lié à la surexpression de la L-aspartate oxydase à partir d'une plante donneuse vers une plante receveuse par croisement sexuel des plantes. Ce transfert peut donc avantageusement être réalisé en utilisant des techniques de croisement et de sélection traditionnelles.

[0158] Dans un mode de réalisation particulier de la méthode selon l'invention, la détection de la présence d'un élément génétique lié à la surexpression de la L-aspartate oxydase est réalisée à l'aide d'au moins un marqueur moléculaire.

[0159] Dans un autre mode de réalisation de la méthode selon l'invention, la détection de la présence de l'élément génétique lié à la surexpression de la L-aspartate oxydase est réalisée par la mesure de l'activité enzymatique de la L-aspartate oxydase dans la plante donneuse.

[0160] Selon certains mode de réalisation, l'élément génétique responsable de la surexpression de la L-aspartate oxydase peut être introgressé dans les variétés commerciales de plantes d'intérêt agronomique à l'aide de la sélection assistée par marqueurs (SAM) qui implique l'utilisation d'un ou plusieurs des marqueurs moléculaires pour l'identification et la sélection des plantes de la descendance qui contiennent l'élément génétique, gène ou pluralité de gènes, séquences d'acide nucléique codant pour la caractéristique souhaitée de surexpression de la L-aspartate oxydase.

[0161] Dans le contexte de la présente invention, une telle identification et une telle sélection sont basées sur la sélection de gènes, d'éléments génétiques ou de séquences d'acides nucléiques ou des marqueurs qui y sont associés.

[0162] Les plantes obtenues selon ces modes de réalisation peuvent avantageusement tirer la majorité de leurs traits de la plante receveuse, et tirer au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse accrue, la vitesse de germination accrue, le rendement accru, en particulier le rendement en grains accru, la résistance au stress abiotique accrue, la résistance au stress biotique accrue, la vitesse de germination accrue, la croissance accrue de la plante donneuse, grâce à la surexpression de la L-aspartate oxydase.

[0163] Comme discuté ci-dessus, les techniques de croisement traditionnelles peuvent être utilisées pour l'introgression de séquence d'acide nucléique responsable de la surexpression de la L-aspartate oxydase liée à au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse accrue, la vitesse de germination accrue, le rendement accru, en particulier le rendement en grains accru, la résistance au stress abiotique accrue, la résistance au stress biotique accrue, la vitesse de germination accrue, la croissance accrue au sein d'une plante de receveuse .

[0164] Dans certains modes de réalisation, une plante donneuse qui présente au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse accrue, la vitesse de germination accrue, le rendement accru, en particulier le rendement en grains accru, la résistance au stress abiotique accrue, la résistance au stress biotique accrue, la vitesse de germination accrue, la croissance accrue et comprenant une séquence d'acide nucléique responsable d'une surexpression de la L-aspartate oxydase, est croisée avec une plante receveuse qui, dans certains modes de réalisation peut présenter des caractéristiques commercialement souhaitables .

[0165] La population de plantes qui en résulte (représentant les hybrides F1) est alors autofécondée produisant des semences F2. Les plantes F2 issues de graines F2 sont ensuite criblées en vue de déterminer les plantes présentant une surexpression de la L-aspartate oxydase, associée à au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse accrue, la vitesse de germination accrue, le rendement accru, en particulier le rendement en grains accru, la résistance au stress abiotique accrue, la résistance au stress biotique accrue, la vitesse de germination accrue, la croissance accrue ; ceci par des méthodes connues de l'homme du métier.

[0166] La mesure de l'expression ou de la surexpression de la L-aspartate oxydase peut être réalisée par différents moyens à la disposition de l'homme du métier tels que RNA-Seq, Northern blot, PCR quantitative et semi-quantitative, Western blot, Elisa ou mesure d'activité enzymatique, par exemple.

[0167] Les lignées de plantes présentant une surexpression de la L-aspartate oxydase, associée à au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse accrue, la vitesse de germination accrue, le rendement accru, en particulier le rendement en grains accru, la résistance au stress abiotique accrue, la résistance au stress biotique accrue, la vitesse de germination accrue, la croissance accrue, peuvent être développées en utilisant les techniques de sélection récurrente et rétrocroisement, autofécondation, et/ou dihaploïdes, ou toute autre technique utilisée pour faire des lignées parentales. Dans un procédé de sélection récurrente et rétrocroisement, l'augmentation de l'expression de la L-aspartate oxydase, associée à au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse, la vitesse de germination, le rendement, en particulier le rendement en grains, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique, la vitesse de germination, la croissance, peut être introgressée dans une plante receveuse cible (le parent récurrent) en croisant le parent récurrent avec une première plante donneuse, qui diffère du parent récurrent et qui est appelée ici le «parent non récurrent». Le parent récurrent est une plante qui ne présente pas une surexpression de la L-aspartate oxydase, associée à au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse accrue, la vitesse de germination accrue, le rendement accru, en particulier le rendement en grains accru, la résistance au stress abiotique accrue, la résistance au stress biotique accrue, la vitesse de germination accrue, la croissance accrue, mais peut posséder des caractéristiques commerciales souhaitables.

[0168] Le parent non récurrent peut être n'importe quelle variété végétale ou lignée pure qui est sexuellement compatible avec le parent récurrent.

[0169] Les plantes de la descendance d'un croisement entre le parent récurrent et le parent non récurrent sont rétrocroisées au parent récurrent. La population de plantes qui en résulte est ensuite criblée pour une surexpression de la L-aspartate oxydase, associée à au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse accrue, la vitesse de germination accrue, le rendement accru, en particulier le rendement en grains accru, la résistance au stress abiotique accrue, la résistance au stress biotique accrue, la vitesse de germination accrue, la croissance accrue.

[0170] La sélection assistée par marqueurs (SAM) peut être mise en œuvre en utilisant des sondes d'hybridation ou des polynucléotides, afin d'identifier les plantes qui comprennent une séquence d'acide nucléique ou tout élément génétique entraînant une surexpression de la L-aspartate oxydase, associée à au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse accrue, la vitesse de germination accrue, le rendement accru, en particulier le rendement en grains accru, la résistance au stress abiotique accrue, la résistance au stress biotique accrue, la vitesse de germination accrue, la croissance accrue.

[0171] À la suite de criblage, les plantes hybrides F1 qui présentent une surexpression de la L-aspartate oxydase, associée à au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse accrue, la vitesse de germination accrue, le rendement accru, en particulier le rendement en grains accru, la résistance au stress abiotique accrue, la résistance au stress biotique accrue, la vitesse de germination accrue, la croissance accrue, sont ensuite sélectionnées et rétrocroisées avec le parent récurrent pour un certain nombre de générations afin de permettre à la plante de devenir de plus en plus consanguine. Ce processus peut être effectué pour deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, ou plus générations .

[0172] De manière générale, la présente invention concerne un procédé d'obtention de plante présentant au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse accrue, la vitesse de germination accrue, le rendement accru, en particulier le rendement en grains accru, la résistance au stress abiotique accrue, la résistance au stress biotique accrue, la vitesse de germination accrue, la croissance accrue qui peut comprendre :
  1. (a) fournir une plante présentant un niveau d'expression donné de la L-aspartate oxydase ;
  2. (b) fournir une seconde plante présentant un niveau d'expression de la L-aspartate oxydase supérieur à celui de la plante fournie en (a) ;
  3. (c) effectuer un croisement de la plante fournie en (a) avec la plante fournie en (b), pour produire des plantes de la descendance F1 ;
  4. (d) sélectionner des plantes de la descendance F1 qui présentent une surexpression de la L-aspartate oxydase par rapport à la plante fournie en (a) ;
  5. (e) croiser les plantes sélectionnées en (d) avec la plante fournie en (a) pour produire des plantes de descendance de rétrocroisement ;
  6. (f) sélectionner des plantes de la descendance de rétrocroisement qui présentent une surexpression de la L-aspartate oxydase par rapport aux plantes sélectionnées en (d);
  7. (g) répéter les étapes (e) et (f) deux ou plusieurs fois de suite;
  8. (h) éventuellement autoféconder les plantes issues de rétrocroisement afin d'identifier les plantes homozygotes et
  9. (i) effectuer un croisement d'au moins une plante de la descendance de rétrocroisement ou des plantes auto-fécondées avec une autre plante fournie en (a) pour produire une plante présentant au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse accrue, la vitesse de germination accrue, le rendement accru, en particulier le rendement en grains accru, la résistance au stress abiotique accrue, la résistance au stress biotique accrue, la vitesse de germination accrue, la croissance accrue lorsque cultivée dans les mêmes conditions environnementales.


[0173] Comme indiqué, la dernière génération de rétrocroisement peut être auto-fécondée afin de fournir des individus homozygotes présentant une surexpression de la L-aspartate oxydase et au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse accrue, la vitesse de germination accrue, le rendement accru, en particulier le rendement en grains accru, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique accrue, la vitesse de germination accrue, la croissance accrue.

[0174] Conformément à un mode de réalisation préféré de la présente invention, l'étape de sélection comprend la sélection d'individus qui contiennent chacune un allèle du gène qui code pour une surexpression de la L-aspartate oxydase.

[0175] La présente invention concerne aussi une méthode de sélection de plante, caractérisé en ce qu'elle comprend la recherche d'un allèle du gène de l'enzyme L-aspartate oxydase possédant une mutation résultant en une amélioration d'au moins un caractère phénotypique choisi parmi biomasse, la vitesse de germination, le rendement, en particulier le rendement en grains, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique, la vitesse de germination, la croissance.

[0176] De plus, selon un mode de réalisation préféré de la présente invention, l'étape de sélection comprend la sélection à l'aide d'un marqueur moléculaire pour l'allèle du gène de la L-aspartate oxydase.

[0177] En outre, selon un mode de réalisation préféré de la présente invention, l'étape de sélection comprend la sélection en mesurant l'activité de l'enzyme L-aspartate oxydase dans les jeunes plantes et en sélectionnant celles présentant une activité élevée de l'enzyme.

[0178] Dans un mode de réalisation particulier, l'invention concerne un procédé de sélection de plante présentant une surexpression de la L-aspartate oxydase comprenant les étapes suivantes :
  1. (a) fournir une population de plantes ;
  2. (b) mesurer l'activité de la L-aspartate oxydase de chaque individu de la population de plantes fournie ;
  3. (c) sélectionner la ou les plantes présentant l'activité L-aspartate oxydase la plus élevée.


[0179] Dans un mode de réalisation particulier, la population de plante est une population de TILLING.

[0180] Dans un autre mode de réalisation particulier, la population de plantes est une population issue de croisements intraspécifiques ou interspécifiques.

[0181] Dans un autre mode de réalisation particulier, la population de plantes est une population de variétés commerciales.

[0182] Dans le contexte de la présente invention, l'expression «surexpression» en référence à la L-aspartate oxydase se réfère au fait que la séquence nucléique d'ADN encodant la protéine est transcrite en ARN en quantité accrue et/ou que les ARN de la protéine sont traduits en protéine en quantité accrue et/ou que la quantité ou l'activité spécifique de la protéine traduite est accrue. La mesure de cette « surexpression » peut être évaluée tant au niveau de l'ARN qu'au niveau des protéines par différents moyens à la disposition de l'homme du métier tels que RNA-Seq, Northern blot, PCR quantitative et semi-quantitative, Western blot, Elisa ou mesure d'activité enzymatique, par exemple. Au final, la notion d'expression ou de surexpression fait référence à l'activité enzymatique de la L-aspartate oxydase au sein de la plante et ce qu'elle soit due à une plus grande synthèse de la protéine et/ou à activité spécifique plus importante.

[0183] Dans le contexte de la présente invention, les expressions «croisement sexuel» et «reproduction sexuée» se réfèrent à la fusion des gamètes pour produire une descendance (par exemple par fécondation, de manière à produire des semences par pollinisation chez les plantes). Un «croisement sexuel» ou «fertilisation croisée» est dans certains modes de réalisation, la fécondation d'un individu par un autre (par exemple, la pollinisation croisée des plantes). Le terme «autofécondation» fait référence à certains modes de réalisation de la production de semences par autofécondation ou auto-pollinisation, c'est-à-dire que pollen et ovules sont de la même plante.

[0184] Par l'expression «caractère», on entend dans le cadre de la présente une caractéristique ou un phénotype, par exemple le rendement, la biomasse ou la vitesse de germination. Un caractère peut être hérité de manière dominante ou récessive, ou peut être monogénique ou polygénique.

[0185] Par l'expression «plante donneuse», dans le cadre de l'invention, on entend une plante qui fournit au moins un élément génétique lié à une surexpression de la L-aspartate oxydase.

[0186] Par l'expression «plante receveuse», dans le cadre de la présente invention, on entend une plante qui reçoit au moins un élément génétique lié à une surexpression de la L-aspartate oxydase.

[0187] Dans le cadre de la présente invention, les expressions «marqueur génétique», «marqueur d'ADN» ou «marqueur moléculaire» sont interchangeables et font référence à une caractéristique du génome d'un individu (par exemple un nucléotide ou une séquence de d'acide nucléique qui est présent dans le génome d'un individu), qui est liée à un ou plusieurs loci d'intérêt. Les marqueurs génétiques comprennent, par exemple, des polymorphismes nucléotidiques simples (SNP), des indels (c-à-d insertions/suppressions), des répétitions de séquences simples (SSR), des polymorphismes de restriction de longueur des fragments (RFLP), ou des longueurs des fragments amplifiés (AFLP) par exemple. Les marqueurs génétiques peuvent, par exemple, être utilisés pour localiser des loci génétiques contenant des allèles qui contribuent à la variabilité des caractéristiques phénotypiques. L'expression «marqueur génétique» peut également faire référence à une séquence de polynucléotide complémentaire d'une séquence génomique, telle qu'une séquence d'un acide nucléique utilisé comme sonde. Un marqueur génétique ou moléculaire peut être physiquement situé dans une position sur un chromosome qui est distale ou proximale par rapport à un ou des loci génétiques avec lequel ou lesquels il est lié (c'est à dire est intragénique ou extragénique, respectivement). Dans certains modes de réalisation de la présente invention, les un ou plusieurs marqueurs génétiques comprennent entre un et dix marqueurs, et dans certains modes de réalisation, les un ou plusieurs marqueurs génétiques comprennent plus d'une dizaine de marqueurs génétiques.

[0188] Dans le cadre de la présente invention, le terme «génotype» fait référence à la constitution génétique d'une cellule ou un organisme. Comme cela est connu dans la technique, un génotype peut se rapporter à un seul locus ou à de multiples loci. Dans certains modes de réalisation, le génotype d'un individu se rapporte à un ou plusieurs gènes qui sont liés par le fait que l'un ou plusieurs des gènes sont impliqués dans l'expression d'un phénotype d'intérêt (par exemple un caractère tel que défini ici). Ainsi, dans certains modes de réalisation, un génotype comporte un ou plusieurs allèles présents chez un individu à un ou plusieurs loci pour un caractère.

[0189] Dans le cadre de la présente invention, le terme «gène» se réfère à une unité héréditaire comprenant une séquence d'ADN qui occupe un emplacement spécifique sur un chromosome et qui contient l'instruction génétique pour une caractéristique ou un trait particulier dans un organisme.

[0190] Dans le cadre de la présente invention, les termes «acide nucléique» ou «oligonucléotide» ou «polynucléotide» ou «séquence nucléique» ou des équivalents grammaticaux de ceux-ci, signifient au moins deux nucléotides liés de manière covalente ensemble. Les oligonucléotides sont typiquement d'environ 7, 8, 9, 10, 12, 15, 25 18, 20, 30, 40, 50 ou jusqu'à environ 100 nucléotides de long. Les acides nucléiques, séquences nucléiques et les polynucléotides sont des polymères de n'importe quelle longueur, y compris les plus grandes longueurs, par exemple, 200, 300, 500, 1000, 2000, 3000, 5000, 7000, 10000, etc. Un acide nucléique de la présente invention contiendra généralement des liaisons phosphodiester, bien que dans certains cas, des analogues d'acide nucléique sont inclus qui peuvent avoir des squelettes alternatifs comprenant, par exemple, phosphoramidate, phosphorothioate, phosphorodithioate, ou les liaisons O-methylphosphoroamidite (voir Eckstein, 1991), et des squelettes peptidiques et les liens d'acides nucléiques. Des mélanges d'acides nucléiques naturels et d'analogues peuvent être utilisés.

[0191] Dans le cadre de la présente invention, l'expression «phénotype» ou «caractère phénotypique» fait référence à l'apparence ou toute autre caractéristique détectable d'un individu, résultant de l'interaction de son génome, protéome et/ou métabolome avec l'environnement.

[0192] Dans le contexte de la présente invention, une «plante» est une plante à n'importe quel stade de développement, en particulier une plante à graines.

[0193] Dans le contexte de la présente invention, une «cellule de plante» est une unité structurale et physiologique d'une plante, comprenant un protoplaste et une paroi cellulaire. La cellule végétale peut être sous forme d'une cellule unique isolée ou une cellule cultivée, ou comme une partie d'unité organisée supérieure telle que, par exemple, un tissu végétal, un organe végétal ou une plante entière. Une cellule de plante peut être capable de régénérer une plante ou pas être capable de régénérer une plante.

[0194] Dans le contexte de la présente invention, l'expression «matériel végétal» se réfère à feuilles, tiges, racines, fleurs ou parties de fleurs, les fruits, le pollen, les ovules, les zygotes, graines, boutures, cellulaires ou cultures de tissus, ou de toute autre partie ou de produits d'une usine.

[0195] Telle qu'utilisée ici, l'expression «partie de plante» désigne une partie d'une plante, comprenant des cellules simples et des tissus cellulaires telles que les cellules de plantes qui sont intactes dans des plantes, des amas de cellules, et des cultures de tissu à partir duquel les plantes peuvent être régénérées ou pas. Des exemples de parties de plantes comprennent, mais ne sont pas limités à, des cellules individuelles et des tissus de pollen, les ovules, les feuilles, les embryons, les racines, bouts de racine, anthères, les fleurs, les fruits, les tiges, les pousses et les graines, ainsi que des greffons, porte-greffes, protoplastes, calii, et analogues.

[0196] Tel qu'il est utilisé ici, le terme «population» désigne un ensemble génétiquement hétérogène de plantes partageant une dérivation génétique commune.

[0197] Dans le contexte de la présente invention la « biomasse » signifie l'ensemble de la matière organique produite par une plante. Cette biomasse peut être mesurée en poids frais, en poids sec par plante ou par m2 par exemple. Alternativement, la biomasse peut être évaluée par la taille de la plante ou le nombre de feuilles par exemple.

[0198] Dans le contexte de la présente invention l'expression « vitesse de germination » correspond au temps moyen entre l'imbibition de la graine et l'émergence de la radicule de l'enveloppe de la graine.

[0199] Dans le contexte de la présente invention l'expression « rendement » s'entend comme la quantité de matière végétale commerciale produite par la plante cultivée par unité de surface, et ce pour une densité de plantation donnée le cas échéant.

[0200] Dans le contexte de la présente invention l'expression «rendement en grains» représente la quantité de grains, en poids ou en nombre, produite par la plante cultivée par unité de surface ou par plante, et ce pour une densité de plantation donnée le cas échéant.

[0201] Dans le contexte de la présente invention l'expression «résistance au stress biotique» s'entend comme la capacité de la plante à faire face et à lutter contre un stress qui survient à la suite de dommages causés à ladite plante par d'autres organismes vivants, comme les bactéries, les virus, les champignons, les parasites, les insectes utiles et nuisibles, les mauvaises herbes et les autres plantes cultivées ou indigènes. Les dommages causés par ces divers agents vivants peuvent apparaître très similaires et affectent la croissance et le rendement des plantes cultivées.

[0202] ans le contexte de la présente invention, l'expression «résistance au stress abiotique» s'entend comme la capacité de la plante à faire face et à lutter contre un stress induit par des facteurs non-vivants dans un environnement spécifique. Les facteurs de stress abiotiques sont d'origine naturelle, souvent intangibles, des facteurs tels que la lumière du soleil intense, ou le déficit de lumière, l'excès ou le déficit d'eau, le froid ou l'excès de chaleur, la salinité ou encore le vent par exemple, peuvent causer des dommages aux plantes de la zone affectée. Le stress abiotique est essentiellement inévitable et particulièrement contraignant pour les plantes. Le stress abiotique est le facteur le plus nocif sur la croissance et la productivité des cultures dans le monde entier.

[0203] Dans le contexte de la présente invention, l'expression « croissance » fait référence à la variation de biomasse de la plante considérée, entre l'émergence et la récolte par unité de temps dans des conditions données d'ensoleillement, d'irrigation, et d'intrants.

FIGURES



[0204] 

La figure 1 est une description de la voie de biosynthèse de NAD dans les plantes, et son utilisation pour le métabolisme énergétique et la signalisation liée au stress. (l'activité L-aspartate oxydase (AO) est mise en évidence dans la figure).

La figure 2 est une représentation schématique de la construction d'un vecteur de transformation de plante pCW162, y compris la cassette de surexpression de la L-aspartate oxydase (AO).

La figure 3 est un graphique représentant le niveau d'expression (A) et l'activité (B) de la L-aspartate oxydase dans les feuilles de plantes contrôle (ctrl), de plantes surexprimant la L-aspartate oxydase (35S::AO1 et 35S::AO2) et de plantes mutant-négatif de la L-aspartate oxydase (mAO), âgées de 6 semaines.

La figure 4 est un graphique représentatif des métabolites liés à l'énergie (ATP (B) et nucléotides à pyridine (A)) dans les feuilles de plantes contrôle (ctrl), de plantes surexprimant la L-aspartate oxydase (35S::AO1 et 35S::AO2) et de plantes mutant-négatif de la L-aspartate oxydase (mAO), âgées de 6 semaines.

La figure 5 représente les capacités photosynthétiques de feuilles de plantes contrôle (

) et de plantes surexprimant () la L-aspartate-oxydase, âgées de 6 semaines.

La figure 6 est une photographie de plantes d'Arabidopsis thaliana contrôle et de de plantes surexprimant la L-aspartate oxydase (35S::AO1 et 35S::AO2), âgées de 6 semaines.

La figure 7 est un graphique représentant la biomasse (B) et la taille (A) des plantes contrôle (ctrl), de plantes surexprimant la L-aspartate oxydase (35S::AO1 et 35S::AO2) et de plantes mutant-négatif de la L-aspartate oxydase (mAO).

La figure 8 est un graphique représentant la biomasse en graines récoltées à partir de plantes contrôle (ctrl), de plantes surexprimant la L-aspartate oxydase (35S::AO1 et 35S::AO2) et de plantes mutant-négatif de la L-aspartate oxydase (mAO).

La figure 9 est un graphique représentant la corrélation entre l'activité de la L-aspartate oxydase (A), les niveaux de NAD (B) et la de biomasse exprimée en diamètre de rosette.

La figure 10 est une photographie de plantes contrôle (ctrl) et de plantes surexprimant la L-aspartate oxydase (35S::AO) dans des conditions de stress abiotique correspondant à une forte chaleur combinée à une forte luminosité.

La figure 11 est une courbe de germination de plantes contrôle (◆) et de plantes surexprimant la L-aspartate oxydase (35S::AO1 (

et X) et 35S::AO2 (▲)) dans des conditions de milieu riche en azote (nitrate) (A) et de conditions de milieu déficient en azote (nitrate) (B).

La figure 12 est un graphique représentant des conditions de stress biotique correspondant à la prolifération de pucerons Myzus persicae sur des plantes contrôle (ctrl) et des plantes surexprimant la L-aspartate oxydase (35S::AO1 et 35S::AO2).


EXEMPLES


Matériel et Méthodes


Génération de plantes transgéniques



[0205] L'ADNc (séquence codante, CDS) d'Arabidopsis thaliana codant pour la L-aspartate-oxydase (L-AO) (SEQ ID N°1) a été amplifié par PCR avec les amorces de séquences suivantes :

amorce sens (GAG AGA CCC GGG ATG GCG GCT CAT GTT TCT AC) ;

amorce reverse (GAG AGA CAG CTG AAT CGT TAG TTA TTC ACT CGA C);



[0206] L'amplifiat a ensuite été sous-cloné entre les sites Sma11 et Sal1 du vecteur pCW162 binaire, sous le contrôle du promoteur CaMV35S pour générer des plantes transgéniques sur-exprimant la L-aspartate oxydase. La cassette nptll de pCW162 a été utilisée pour la sélection des plantes transgéniques sur milieu contenant de la kanamycine. Le plasmide résultant a ensuite été utilisé pour la transformation stable de plantes d'Arabidopsis thaliana pour surexprimer le gène L-AO, en utilisant la souche d'Agrobacterium tumefaciens GV3101. Les transformants primaires ont été sélectionnés sur milieu Murashige et Skoog contenant 50 mg.l-1 de monosulfate de kanamycine. Après environs 10 jours de culture in vitro (23°C, sous intensité lumineuse de 100 µmoles de photons.m-2.s-1), les plants résistants ont été transférés sur pot de terreau en chambre de culture jours longs (LD, régime jour/nuit de 16h/8h) afin d'obtenir des graines qui ont subi un nouveau régime de sélection. Le nombre de plantes transgéniques putatives a été noté pour sélectionner les lignées qui ont inséré une seule copie du transgène (rapport ¾ non-résistants, ¼ résistants). Les descendants ont été sélectionnés jusqu'à obtention de lignées stables homozygotes pour l'insertion ADN-T.

Mesure des niveaux de transcrits L-aspartate oxydase



[0207] Après une extraction de l'ARN total en utilisant le kit NucleoSpin RNA II (Macherey- Nagel) selon les instructions du fournisseur, 1 µg d'ARN total a été utilisé comme matrice pour la synthèse d'ADNc premier brin et une transcription inverse avec le système de synthèse du premier brin SuperScript III (Invitrogen). La surexpression du gène de la L-aspartate oxydase a été examinée par RT-PCR avec les amorces des séquences suivantes :

amorce sens (GAT CGT TCA CCG TGC TGA TA) et

amorce reverse (TGT GTT CAA GCC ATC CTG AG)



[0208] La lignée, ou plante, contrôle (ctrl) a été obtenue à partir de l'écotype Columbia (Col 0) transformée avec le vecteur pCW1628 vide.

Culture des plantes



[0209] Les lignées transgéniques d'Arabidopsis thaliana utilisées dans cette étude ont été obtenues à partir de plantes d'Arabidopsis thaliana de l'écotype Columbia (Col 0). Après 48h de stratification à 4°C dans l'obscurité, les graines ont été semées, et cultivées dans des conditions de jours courts (SD, régime jour/nuit de 8 h/16 h), dans une chambre de culture sous un éclairement énergétique de 100 µmol photons.m-2.s1 au niveau de la feuille, à 18-20°C et 65% d'humidité, (sauf pour la détermination du nombre de siliques et la mesure de la quantité de semences, il s'agissait de conditions de jours longs, LD, régime jour/nuit de 16h/8h). Un apport de solution nutritive a été réalisé deux fois par semaine.

Prélèvement des échantillons pour les analyses métaboliques



[0210] Des échantillons de feuilles ont été prélevés dans le milieu de la photopériode, congelés rapidement dans l'azote liquide et stockés à -80°C jusqu'à analyse ultérieure. Pour les analyses métabolomiques et transcriptomiques, les plantes ont été analysées et échantillonnées à l'âge de 6 semaines (SD), et à l'âge de 8 semaines (SD) pour l'analyse des échanges gazeux.

Dosage de l'activité de la L-aspartate oxydase



[0211] Une méthode de dosage de l'activité de la L-aspartate oxydase a été développée en utilisant un spectrophotomètre : 0,5 g d'échantillon de feuilles congelées a été broyé dans l'azote liquide, et repris dans 2 ml de tampon d'extraction (Tris-HCL pH 8). Après centrifugation, l'extrait brut a été dessalé par chromatographie d'exclusion de taille sur colonne PD10. Pour 0,7 ml de l'extrait déssalé, 100 µL de L-aspartate 10 mM, 100 µL de fumarate 10 mM et 100 µL de FAD 200 µM ont été ajoutés pour démarrer la réaction, qui a été suivie à 30°C pendant 30 min. La réaction a été arrêtée par chauffage à 100°C 2min pour précipiter les protéines, suivit d'une centrifugation. A 1 mL de surnageant réactionnel ont été ajoutés successivement :
  • 0,5 mL de phénolate de sodium 0,33 M pH 13 ;
  • 0,5 mL de nitroprussiate de sodium 0,1% ;
  • 0,5 mL NaClO 0,2%


[0212] L'activité L-aspartate oxydase a été mesurée en spectrophotométrie à DO 635 nm par dosage, contre une gamme étalon de 0 à 100 nmoles de (NH4)SO4, du NH4+ provenant de la dégradation quasi instantanée à pH8 de l'iminoaspartate formé au cours de la réaction.

Mesures métabolomiques



[0213] Les dosages de métabolites aux propriétés antioxydantes comme les nucléotides à pyridine NAD+ et NADH ont été réalisés par spectrophotométrie via un couplage enzymatique en lecteur de microplaques. Ces métabolites ont été quantifiés par une réaction de recyclage en suivant la réduction du DCPIP (2,6-dichlorophénol-indophénol) à 600 nm en présence d'alcool déshydrogénase et d'éthanol. Le NAD+ est dosé après extraction acide : Environ 100 mg de feuilles ont été broyés au mortier dans l'azote liquide, auxquels 1 mL de HCl 0,2 N est ajouté. Après décongélation du broyat, celui-ci a été transféré dans un tube Eppendorf de 2 mL. L'extrait est ensuite clarifié par centrifugation pendant 10 minutes à 14000 g, à 4°C. 200 µL de surnageant ont été chauffés pendant 1 minute à 100 °C, puis neutralisés en ajoutant 20 µL de NaH2PO4 200 mM pH 5,6, et un volume suffisant de NaOH 0.2 M (environ 200 µL) pour atteindre un pH 7. Pour le dosage du NADH, une extraction alcaline a été nécessaire. De la même manière que pour l'extraction acide, 100 mg de feuilles ont été broyés au mortier dans l'azote liquide puis 1 mL de NaOH 0,2 M a été ajouté. Le mélange a ensuite été centrifugé 10 minutes à 14000 g à 4°C. 200 µL de surnageant ont été chauffés pendant 1 minute à 100 °C, puis neutralisés en ajoutant 20 µL de NaH2PO4 200 mM pH 5,6, et un volume suffisant de HCl 0,2 N (environ 150 µL) pour atteindre un pH 7.

[0214] La mesure spectrophotométrique des métabolites extraits s'effectue comme suit : Dans chaque puits de mesure ont été ajoutés successivement 100 µL de tampon HEPES 100 mM/EDTA 2 mM pH 7,5, 20 µL de DCPIP 1,2 mM, 10 µL de PMS (phénazine méthosulfate) 10 mM et 10 µL d'ADH (25 U) dans un volume final de 200 µL. Pour les échantillons à tester, 20 µL d'extrait et 25 µL d'eau bidistillée sont ajoutés. Après agitation de la plaque, la réaction est initiée par ajout de 15 µL d'EtOH absolu. Les mesures de NAD sont réalisées à 600 nm par le lecteur de microplaque par référence à une gamme étalon de NAD+ ou de NADH.

[0215] Le dosage de l'ATP a été réalisé en utilisant le kit ENLITEN ATP Assay System Bioluminescence (Promega) en suivant la procédure recommandée par le fournisseur.

Mesures d'échange de gaz



[0216] Les mesures d'échanges gazeux et de fluorescence de la chlorophylle ont été effectuées en utilisant le système de Li- 6400 xt (Li -Cor, Lincoln, NE, USA) et les paramètres ont été calculés avec le logiciel fourni par le fabricant. Les conditions étaient : une densité du flux de photons ¼ 1.000 mmol m-2.s-1, une température de la chambre 22°C, un débit de 100 mmol.s-1, une humidité relative de 60 %. Les réponses de l'assimilation nette de carbone (An) et la fraction molaire de CO2 interne (courbes An/Ci) réalisées dans des conditions ambiantes de teneur en oxygène (21%) ont été mesurées sur les feuilles attachées avec un système d'analyse des gaz infrarouge équipé d'une chambre fluorimètre (Li -Cor 6400-40 ; Li -Cor Inc., Lincoln, Nebraska, États-Unis).

Test de germination



[0217] Afin de s'assurer que les différences observées dans les taux de germination ne sont pas dues à la qualité des semences, les plantes sauvages et des plantes mutantes ont été cultivées côte à côte dans des conditions identiques dans une chambre de culture pour produire des graines fraîches dans des conditions de jours longs. Les graines à pleine maturité et stérilisés ont été semées sur plaques de milieu ¼ Hoagland's, dépourvu de nitrates (0,2 mM) ou riche en nitrates (2,25 mM). Après stratification pendant 2 jours à 4°C dans l'obscurité, les graines ont été placées dans une chambre de culture à 23°C. La protrusion de la radicule a été utilisée comme critère pour l'évaluation des différences de germination entre les types sauvages et mutants de graines.

est de résistance à des conditions de stress abiotique



[0218] Des plantes âgées de 7 semaines cultivées en conditions de jours courts (SD) ont été transférées pendant une semaine en conditions de lumière continue de 350 µmol photons.m-2.s1 à 37°C et 65% d'humidité.

Test de résistance à un stress biotique



[0219] Des pucerons Myzus persicae issus d'une même colonie maintenue au laboratoire sur des plantes sauvages d'Arabidopsis thaliana de même écotype que celui des plantes sauvages et mutantes testées, ont été collectés et transférés sur des plantes fraîches âgées de 5 semaines. En 2 jours, ils ont donné naissance à des larves. Les pucerons adultes ont été retirés et seules les larves ont été gardées. Cela a permis d'obtenir des pucerons de même âge ± 1 jour. 7 jours plus tard, 3 pucerons ont été transférés sur chacune des plantes de chaque génotype âgées de 18 jours. Après 5 jours, le nombre de pucerons a été compté à la loupe pour chaque plante. Par analyse statistique (ANOVA), il a été vérifié que le diamètre des rosettes n'influait pas sur la prolifération des pucerons.

Analyses statistiques



[0220] Sauf indication contraire, les données sont les moyennes et les écarts standards de trois à cinq échantillons indépendants de différentes plantes ; des différences significatives sont exprimées à l'aide du test t de Student à P <0,05. Toutes les expériences ont été répétées au moins trois fois et ont donné des résultats similaires. Le test t de Student et l'analyse de variance à deux voies (ANOVA) ont été mis en œuvre en utilisant le logiciel Excel (Microsoft).

RESULTATS



[0221] Les résultats indiquent que la séquence nucléotidique d'Arabidopsis thaliana utilisée pour la transformation des plantes et qui est homologue de celle de la L-aspartate oxydase bactérienne caractérisée dans la littérature, correspond bien à une activité L-aspartate oxydase et que les lignées transformées présentent une activité de la L-aspartate oxydase augmentée de 2 à 4 fois (figure 3).

[0222] Les résultats démontrent que la surexpression constitutive de l'ADNc de la L-aspartate oxydase entraîne bien une augmentation des niveaux de NAD et des métabolites énergétiques connexes (figure 4).
Les résultats montrent les lignées surexprimant la L-aspartate oxydase présentent des taux d'assimilation photosynthétiques du CO2 plus élevés (figure 5).

[0223] La croissance et le rendement des plantes transformées avec la cassette d'expression de la L-aspartate oxydase ont été évalués. La surexpression de la L-aspartate oxydase conduit à une augmentation de la croissance des racines ainsi que la surface des feuilles. La taille des plantes transgéniques surexprimant la L-aspartate oxydase est supérieure à la taille des plantes témoins du même âge (figures 6 et 7). L'inverse est observé chez des plantes mutantes aux niveaux d'aspartate oxydase fortement réduits (figure 7). Le poids frais des plantules est également augmenté de manière significative (figure 7) et le rapport poids frais/poids sec est inchangé par rapport aux plantes contrôle. En plus de l'augmentation du développement de la plante, une augmentation de la taille moyenne des cellules de l'épiderme peut être détectée. Aucune variation de ploïdie n'a été observée entre les plantes surexprimant et les plantes ne surexprimant pas la L-aspartate oxydase, ce qui confirme que la taille accrue des lignées surexprimant la L-aspartate oxydase n'est pas liée à une augmentation de la ploïdie. Une forte corrélation entre le diamètre de la rosette et l'abondance des transcrits, de l'activité et du niveau de L-aspartate oxydase et de NAD a été observée (figure 9), montrant que l'augmentation de la croissance des plantes dépend directement du niveau d'expression de la L-aspartate oxydase. La surexpression de la L-aspartate oxydase provoque ainsi une augmentation de la croissance cellulaire et une augmentation de la croissance et du développement de la plante entière.

[0224] Le rendement en graines des plantes transgéniques surexprimant la L-aspartate oxydase s'est révélé supérieur à celle des plantes contrôle. L'augmentation de 45% du rendement en graines observé (figure 8) est en corrélation avec le nombre de siliques par plante. Cette augmentation de la production de semences ne s'accompagne d'aucun problème de remplissage des siliques dans les plantes surexprimant L-aspartate oxydase par rapport aux plantes contrôle. De plus, la taille des siliques est identique entre toutes les plantes. La surexpression de la L-aspartate oxydase entraîne ainsi un rendement accru en graines. A l'inverse, les plantes mutantes à faible activité L-aspartate-oxydase ont un rendement en graines de 42% inférieur aux lignées contrôle.

[0225] L'augmentation du rendement en semences est concomitante avec une qualité germinative accrue. En effet, les graines produites par les plantes surexprimant la L-aspartate oxydase germent plus vite que les semences témoins (figure 11). La faculté germinative des plantes surexprimant la L-aspartate oxydase n'est pas modifiée dans un environnement pauvre en azote comme il est observé pour les semences témoins (figure 11). La surexpression de la L-aspartate oxydase stimule ainsi la germination et les graines peuvent germer mieux dans des conditions de carence en azote.

[0226] Les plantes surexprimant la L-aspartate oxydase exposées en continu à 350 µmoles photons. m-2.s-1, et 37°C ont survécu alors que les plantes témoins se dessèchent et meurent dans les mêmes conditions extrêmes (figure 10). La surexpression de la L-aspartate oxydase renforce ainsi la résistance des plantes à des conditions sévères de stress abiotique.

[0227] Les plantes surexprimant L-aspartate oxydase cultivées en présence de pucerons Myzus persicae ont limité le développement des pucerons par rapport à des plantes témoins infestées dans les mêmes conditions (figure 12). La surexpression de la L-aspartate oxydase renforce ainsi la résistance des plantes à des conditions de stress biotique comme une attaque de pucerons.












































Revendications

1. Plante présentant au moins un caractère phénotypique amélioré choisi parmi la biomasse, la vitesse de germination, le rendement, en particulier le rendement en grains, la résistance au stress abiotique, la résistance au stress biotique, la vitesse de germination, la croissance, obtenue par un procédé comprenant la détection de la présence d'un élément génétique, en particulier une séquence d'acide nucléique, lié à la surexpression de la L-aspartate oxydase dans une plante donneuse et le transfert de l'élément génétique, en particulier une séquence d'acide nucléique, lié à la surexpression de la L-aspartate oxydase ainsi détecté, depuis la plante donneuse vers une plante receveuse.
 
2. Plante selon la revendication 1, caractérisée en ce que le transfert est réalisé par une technique choisie parmi la transgénèse, l'introgression, la fusion de protoplastes et la restauration d'embryon.
 
3. Plante selon la revendication 1 ou 2, caractérisée en ce que le transfert est réalisé par introgression et en ce qu'elle est obtenue par un procédé comprenant les étapes suivantes :

(a) fournir une plante présentant un niveau d'expression donné de la L-aspartate oxydase ;

(b) fournir une seconde plante présentant un niveau d'expression de la L-aspartate oxydase supérieur à celui de la plante fournie en (a) ;

(c) effectuer un croisement de la plante fournie en (a) avec la plante fournie en (b), pour produire des plantes de la descendance F1 ;

(d) sélectionner des plantes de la descendance F1 qui présentent une surexpression de la L-aspartate oxydase par rapport à la plante fournie en (a) ;

(e) croiser les plantes sélectionnées en (d) avec la plante fournie en (a) pour produire des plantes de descendance de rétrocroisement ;

(f) sélectionner des plantes de la descendance de rétrocroisement qui présentent une surexpression de la L-aspartate oxydase par rapport aux plantes sélectionnées en (d);

(g) répéter les étapes (e) et (f) deux ou plusieurs fois de suite;

(h) éventuellement autoféconder les plantes issues de rétrocroisement afin d'identifier les plantes homozygotes et

(i) effectuer un croisement d'au moins une plante de la descendance de rétrocroisement ou des plantes auto-fécondées avec une autre plante fournie en (a) pour obtenir une plante présentant au moins un caractère phénotypique choisi parmi la biomasse accrue, la vitesse de germination accrue, le rendement accru, en particulier le rendement en grains accru, la résistance au stress abiotique accrue, la résistance au stress biotique accrue, la vitesse de germination accrue, la croissance accrue lorsque cultivée dans les mêmes conditions environnementales.


 
4. Plante selon la revendication 3 caractérisée en ce que l'étape de sélection comprend la sélection d'individus qui contiennent chacun un allèle du gène qui code pour une surexpression de la L-aspartate oxydase.
 
5. Procédé de sélection de plante présentant une surexpression de la L-aspartate oxydase comprenant les étapes suivantes :

(a) fournir une population de plantes ;

(b) mesurer l'activité de la L-aspartate oxydase de chaque individu de la population de plantes fournie ;

(c) sélectionner la ou les plantes présentant l'activité L-aspartate oxydase la plus élevée.


 
6. Procédé selon la revendication 5, caractérisé en ce que la population de plantes est choisie dans le groupe constitué par une population de TILLING, une population issue de croisements intraspécifiques ou interspécifiques et une population de variétés commerciales.
 




Dessins


















































RÉFÉRENCES CITÉES DANS LA DESCRIPTION



Cette liste de références citées par le demandeur vise uniquement à aider le lecteur et ne fait pas partie du document de brevet européen. Même si le plus grand soin a été accordé à sa conception, des erreurs ou des omissions ne peuvent être exclues et l'OEB décline toute responsabilité à cet égard.

Documents brevets cités dans la description




Littérature non-brevet citée dans la description