(19)
(11)EP 3 654 549 A1

(12)DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

(43)Date de publication:
20.05.2020  Bulletin  2020/21

(21)Numéro de dépôt: 19209213.8

(22)Date de dépôt:  14.11.2019
(51)Int. Cl.: 
H04B 7/185  (2006.01)
H01Q 1/32  (2006.01)
(84)Etats contractants désignés:
AL AT BE BG CH CY CZ DE DK EE ES FI FR GB GR HR HU IE IS IT LI LT LU LV MC MK MT NL NO PL PT RO RS SE SI SK SM TR
Etats d'extension désignés:
BA ME
Etats de validation désignés:
KH MA MD TN

(30)Priorité: 15.11.2018 FR 1871833

(71)Demandeurs:
  • Thales
    92400 Courbevoie (FR)
  • Institut National des Sciences Appliquees de Lyon (Insa Lyon)
    69100 Villeurbanne (FR)
  • Ecole Centrale de Lyon
    69130 Ecully (FR)
  • Centre National de la Recherche Scientifique
    75016 Paris (FR)
  • UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1
    69100 Villeurbanne (FR)

(72)Inventeurs:
  • BROUSSARD, Elliot
    92230 Gennevilliers (FR)
  • LADEVEZ, Maxime
    92230 Gennevilliers (FR)
  • BRUN, Xavier
    69621 Villeurbanne Cedex (FR)
  • PHAM, Minh Tu
    69621 Villeurbanne Cedex (FR)

(74)Mandataire: Dudouit, Isabelle et al
Marks & Clerk France Conseils en Propriété Industrielle Immeuble " Visium " 22, avenue Aristide Briand
94117 Arcueil Cedex
94117 Arcueil Cedex (FR)

  


(54)PROCEDE ET DISPOSITIF POUR CONSERVER LE POINTAGE D'UNE ANTENNE AVEC UN SATELLITE


(57) L'invention concerne un procédé pour conserver une direction de pointage d'une antenne dans l'axe d'émission d'un signal d'un satellite caractérisé en ce qu'il utilise des estimées des valeurs angulaires de vitesse pour contrôler la position de l'antenne.




Description


[0001] L'invention concerne un procédé et un dispositif permettant de conserver la direction de pointage d'une antenne avec un satellite. Elle est utilisée pour des communications satellite (Satcom) où les antennes peuvent être montées sur des véhicules terrestres, des aéronefs, des navires.

[0002] Pour assurer des communications par satellite sur des véhicules en mouvement, les antennes équipant ces véhicules doivent être dirigées vers un satellite. Pour cela, les antennes sont montées sur des plateformes stabilisées désignées sous l'acronyme APS (Antenna Positioning Systems). Les exigences en termes de précision de pointage dépendent de la bande de fréquence de la télécommunication, de la taille de l'antenne ainsi que de sa technologie.

[0003] Plusieurs techniques de positionnement d'antenne sont connues de l'art antérieur. Les problèmes techniques à résoudre sont d'assurer un débit de liaison satellite maximal et de ne pas émettre en direction d'un satellite voisin.

[0004] Une première technique ou « boucle ouverte » demande l'utilisation d'une centrale de navigation de précision, appelée INS (Inertial Navigation System) ou AHRS (Attitude and Heading Reference System), afin de mesurer une attitude, un cap et la position GPS. Ce procédé tient compte des positions absolues.

[0005] Une deuxième technique ou pointage en boucle fermée utilise le principe d'écartométrie, c'est-à-dire le calcul des écarts angulaires de l'antenne par rapport au satellite. Ce calcul utilise un signal qui est l'image de la qualité de la liaison, appelé signal de tracking, issu par exemple d'un récepteur de balise satellite ou d'un modem. Cette technique utilise une figure d'écartométrie, c'est-à-dire un dépointage volontairement induit à la ligne de visée de l'antenne pour faire varier le signal de tracking et ainsi estimer l'écart au satellite. La méthode en boucle fermée utilisée prend le nom de sa figure d'écartométrie. Il existe deux familles de figures : le « Step Tracking », qui injecte des mouvements intermittents et le « Conical Scan », qui injecte des mouvements continus.

[0006] Une troisième méthode est la stratégie hybride, qui juxtapose une stratégie en boucle ouverte et en boucle fermée.

[0007] Une quatrième technique décrite dans la publication de E. Broussard et al, intitulée « Hybrid satellite position estimator using self-induced dither for Satcom on the Move » présente une technique qui utilise des mesures fournies par au moins deux gyromètres positionnés sur l'embase du positionneur. Le balayage ou « scan » nécessaire pour l'estimation de la direction de pointage se fait sans mouvements volontaires de l'antenne. Les mouvements de scan sont obtenus notamment avec le bruit de mesure.

[0008] Les techniques mises en oeuvre dans l'art antérieur présentent différents avantages, il reste toutefois quelques axes à améliorer pour optimiser la conservation de direction de pointage d'une antenne.

[0009] L'idée de la présente invention repose sur une nouvelle approche positionnant un dispositif configuré pour mesurer des vitesses angulaires situé au niveau de l'antenne même et un traitement de données approprié.

[0010] L'invention concerne un procédé pour conserver une direction de pointage d'une antenne dans l'axe d'un satellite caractérisé en ce qu'il exécute au moins les étapes suivantes :

Pour i variant de 1 à n, n étant un nombre de mesures données,

Mesurer une valeur du signal de tracking SNRi reçu depuis le satellite pour un instant donné,



[0011] Exprimer la valeur du signal de tracking SNRi en fonction des paramètres K1 et K2 liés au diagramme de l'antenne, d'une période de temps j, et d'une valeur de rapport signal à bruit SNR0 obtenue sans dépointage volontaire de l'antenne,

avec :

εz et εy des valeurs d'écarts au satellite,

i variant de 1 à n, indice d'une mesure de SNR dans une fenêtre de temps donnée,

j indice de la période de temps précédente d'un indice i, on somme sur toutes les mesures précédentes,



et

les vitesses angulaires pour au moins deux axes y et z, différents de l'axe de pointage de l'antenne vers le satellite,

une période d'échantillonnage,



[0012] Définir une fonction de coût à partir de la valeur de SNRi et de sa valeur estimée







pi est un facteur de pondération choisi par l'opérateur,

Trouver les paramètres optimaux

et

au sens des moindres carrés, c'est-à-dire minimisant la fonction J à chaque pas de temps,

Utiliser le résultat de la comparaison des valeurs estimées à la valeur de référence pour conserver la direction de pointage.



[0013] Selon une variante de réalisation, on exprime la valeur SNR sous la forme d'un système linéaire en regroupant les résultats des n mesures dans une première matrice A exprimant les

et les

et une deuxième matrice X regroupant les valeurs d'écart au satellite et la valeur de rapport signal à bruit SNR0, on estime un vecteur X à partir du système linéaire Y=AX en utilisant une méthode des moindres carrés ordinaire, pour chaque nouvelle valeur de signal de balise SNR, en déduit une valeur d'écart angulaire

selon l'axe y et une deuxième valeur angulaire estimée

selon l'axe z :





avec
  • ε̇z,ε̇y : les vitesses angulaires mesurées par des gyromètres situés au niveau de l'antenne,
  • : la période d'échantillonnage,
  • i : l'indice de la mesure dans la fenêtre de temps, i ∈ [1..n],
  • j : l'indice de la mesure précédant la mesure courante i,
  • n : le nombre de mesures utilisées dans la fenêtre de temps, les

    mesures de Wi et Yi sont regroupées dans deux matrices A et Y:





[0014] On estime le vecteur X en utilisant une méthode des moindres carrés ordinaire : = (AT.A)-1.AT.Y, AT étant la transposée de la matrice A, On obtient une estimation



pour chacune des vitesses angulaires ε̇z, ε̇y à partir de l'estimation de X :





[0015] On prend en compte les biais de mesure des vitesses angulaires et on exécute les étapes suivantes :

avec :




  • les vitesses angulaires mesurées par les gyromètres de l'antenne,
  • bz, by : les biais des gyromètres de l'antenne,
  • : la période d'échantillonnage,
  • i : l'indice de la mesure courante dans la fenêtre de temps, i ∈ [1...n],
  • j : l'indice de la mesure précédant la mesure courante i,
  • n : le nombre de mesures utilisées dans la fenêtre de temps,


[0016] On détermine les estimations optimales





et

et

des paramètres εz, εy, bz, by et SNR0 au sens des moindres carrés.

[0017] L'estimation des biais se présente sous la forme d'un système linéaire dans le cas où les estimés des écarts



sont issues d'un module de traitement de données et utilisés comme entrées de l'estimateur de biais :

avec :



Ab est la matrice regroupant n lignes de Wbi. Yb est la matrice regroupant n lignes de Ybi,

L'estimation

permet d'estimer les biais

et



On estime les biais

et

puis on calcule les vitesses angulaires,









[0018] Les deux axes y et z pour déterminer des vitesses angulaires sont choisis orthogonaux.

[0019] On peut utiliser la valeur zéro comme valeur de référence pour l'asservissement.

[0020] Selon une variante, on utilise pour l'estimation un mouvement de l'antenne en continu, généré par n'importe quel phénomène faisant bouger le faisceau de l'antenne par rapport au satellite, tel qu'un bruit de mesure, une flexibilité mécanique, une erreur d'asservissement, ou un mouvement volontaire réalisé par un opérateur.

[0021] Selon une autre variante, on estime en continu la valeur des écarts angulaires et on utilise une boucle d'asservissement pour maintenir en position l'antenne dans une direction de pointage optimale.

[0022] L'invention concerne aussi un dispositif pour conserver une direction de pointage d'une antenne dans l'axe d'un satellite caractérisé en ce qu'il comporte au moins les éléments suivants :

Un module de mesure d'une valeur d'un signal SNRi émis par le satellite pour un instant i,

Un dispositif de détermination d'au moins une première vitesse angulaire et d'au moins une deuxième vitesse angulaire au niveau de l'antenne, pour au moins deux axes y et z, non orthogonaux et différents de l'axe de pointage de l'antenne vers le satellite,

Un module de traitement des données configuré pour exécuter les étapes du procédé selon l'invention, recevant les valeurs mesurées des vitesses angulaires, la valeur du rapport signal sur bruit mesurée SNR et générant un signal de commande à un dispositif de correction des écarts angulaires.



[0023] Le dispositif utilisé pour déterminer les vitesses angulaires est un gyromètre ou comprend un estimateur de biais des mesures.

[0024] Le dispositif peut comporter une boucle d'asservissement configurée pour corriger en continu un écart angulaire.

[0025] D'autres caractéristiques et avantages de la présente invention apparaîtront mieux à la lecture de la description d'exemples de réalisation donnés à titre illustratif et nullement limitatif, annexée des figures qui représentent :
  • Figure 1, un exemple de système comprenant un aéronef en communication avec un satellite,
  • Figure 2, un schéma représentant le traitement des données pour conserver la direction de pointage, et
  • Figure 3, une variante de réalisation permettant de calculer la valeur du biais d'une mesure.


[0026] Afin de bien faire comprendre le procédé et son dispositif associé, la description qui suit est donnée, à titre d'exemple, pour un avion équipé d'une antenne de communication utilisée pour la liaison Satcom (figure 1).

[0027] Le satellite 1 émet un signal.

[0028] L'avion 2 est équipé d'une antenne 3 montée par exemple sur son fuselage 4 via un support d'antenne 5. Le montage de l'antenne et de son support est connu de l'art antérieur et ne sera pas détaillé. L'antenne est équipée d'un récepteur 6 de signal émis par le satellite.

[0029] Un dispositif 7 configuré pour mesurer des vitesses angulaires comprend, par exemple, au moins deux gyromètres 7y, 7z, qui sont associés directement à l'antenne, et qui sont fixés, par exemple, sur l'antenne. Les deux gyromètres 7y, 7z, sont en liaison avec un processeur 8 pourvu d'un module de traitement des données 9 qui va recevoir les valeurs des vitesses angulaires mesurées par les gyromètres et une mesure du facteur de qualité de la liaison satellite, ou signal de tracking, à maximiser, pour les traiter afin de fournir un signal représentatif des écarts mesurés. Le facteur de qualité peut être n'importe quel signal représentant l'image du débit de la liaison satellite. Pour une description plus concrète, l'exemple est donné pour un rapport signal à bruit SNR (Signal over Noise Ratio) issu d'un récepteur de balise satellite. Les mesures et les résultats du traitement des données seront par exemple stockés dans une mémoire 15 de l'avion. Les valeurs des écarts angulaires sont comparées à une valeur de référence, en général la valeur zéro ou une valeur voisine de zéro, le résultat étant transmis à un dispositif de correction ou de compensation d'une erreur de position angulaire 10. Le dispositif de correction va agir sur le support de l'antenne afin de maintenir le pointage de l'antenne ou le ramener dans une position optimale afin de conserver une valeur de rapport signal sur bruit SNR maximale. Le processeur 8 peut faire partie des équipements de bords de l'appareil. L'antenne est reliée à un dispositif 11 de mesure de signal balise.

[0030] Les gyromètres permettant les mesures sont positionnés directement au niveau de l'antenne et non au niveau du support d'antenne comme il est décrit dans l'art antérieur.

[0031] La figure 2 schématise un exemple d'enchaînement des étapes du procédé selon l'invention.

[0032] La valeur du SNR est mesurée par le récepteur 6 de signaux et transmise au processeur 8 et au module de traitement des données 9 configuré pour exécuter les étapes du procédé selon l'invention. La valeur du SNR dépend notamment d'une valeur SNR0 (valeur maximale du rapport signal à bruit disponible pour le système lorsqu'il n'y a pas de dépointage).

[0033] Le module de traitement des données 9 reçoit aussi des valeurs de vitesses angulaires estimées par les deux gyromètres, au moins pour la vitesse angulaire selon l'axe y et pour la vitesse angulaire selon l'axe z. Les axes y et z ne sont pas nécessairement orthogonaux. Les axes choisis pour mesurer les écarts au satellite (angles exprimés en degrés) sont différents de l'axe de pointage de l'antenne aligné dans la direction du satellite.

[0034] Le diagramme 12 de la figure 2 illustre la perte de SNR résultant d'un dépointage de l'antenne. Il dépend de la taille, la forme et la technologie de l'antenne ainsi que de la fréquence de fonctionnement.

[0035] Le procédé va rechercher au moins deux valeurs d'écarts au satellite, εy, εz, respectivement selon l'axe y de l'antenne et selon l'axe z de l'antenne.

[0036] Le SNR s'exprime en fonction des écarts, εy et εz, des coefficients négatifs K1 et K2 liés à la réalisation l'antenne et d'une valeur de SNR0 qui est inconnue :



[0037] La vitesse angulaire de l'antenne fournit une mesure de la dérivée temporelle de ces écarts ε̇z et ε̇y.

[0038] K1 et K2 sont des coefficients ou des constantes liées au diagramme de l'antenne qui sont connues ou estimées, SNR0 correspond à la valeur maximale du rapport signal à bruit disponible pour le système lorsqu'il n'y a pas de dépointage. La mise en œuvre de ces calculs (équ.3) requiert des mouvements de l'antenne et donc un dépointage, pour avoir une estimation correcte. Le dépointage peut être naturel, lié par exemple au bruit de mesure dans l'estimation naturellement présent dans le système, ou volontaire réalisé par un opérateur.

[0039] Selon une première variante de réalisation qui ne tient pas compte de la valeur du biais des mesures, la première étape de traitement exécutée au niveau du module de traitement consiste à exprimer le diagramme d'antenne en fonction du dépointage de l'antenne.

[0040] Pour un indice i d'une fenêtre de temps, la valeur du SNRi mesurée s'exprime de la manière suivante :

avec :





correspond à la vitesse angulaire, mesurée par les gyromètres et fait référence à la dérivée temporelle des valeurs d'écarts au satellite recherchés εy, εz,

i, variant de 1 à n, est l'indice d'une mesure dans la fenêtre de temps, composée de n mesures. n est un paramètre de réglage lié à la fenêtre de temps T = n. dτ. Les grandeurs indicées 1 correspondent au pas de temps le plus récent, celles indicées n aux plus anciens.

j, variant de 1 à i-1 est l'indice d'une mesure précédant la mesure i,



et

sont les vitesses angulaires mesurées par les gyromètres de l'antenne pour l'indice j,

est la période d'échantillonnage, par exemple choisie en fonction de l'architecture du système, du capteur de réception des signaux, de manière à obtenir suffisamment d'informations pour obtenir une valeur représentative sans saturer le module de traitement, elle sera notamment fonction de la fréquence d'échantillonnage du signal balise.



[0041] La taille de la fenêtre temporelle est choisie de façon à avoir suffisament d'échantillons pour dissocier le signal utile du bruit, ceci selon des principes connus de l'homme du métier dans les traitements statistiques.

[0042] On cherche à estimer les paramètres



et

optimaux au sens des moindres carrés. C'est-à-dire les valeurs



et

qui minimisent la fonction de coût J. La fonction de coût représente la somme sur toute la fenêtre d'observation des erreurs au carré entre la mesure SNRi et la valeur estimée







pi est un facteur de pondération choisi par l'opérateur.

[0043] Il est possible d'utiliser toute méthode de résolution des moindres carrés connue de l'homme du métier. Pour l'illustration de cet exemple, une approche linéaire est suivie.

[0044] L'équation (3) peut se mettre sous la forme :



[0045] L'étape suivante consiste à exprimer l'équation précédente (4) sous la forme d'un système linéaire en ses paramètres :





avec :




  • les vitesses angulaires mesurées par les gyromètres situés au niveau de l'antenne,
  • : la période d'échantillonnage,
  • i : l'indice de la mesure dans la fenêtre de temps, i ∈ [1 n],
  • j : l'indice de la mesure précédant la mesure courante i, j ∈ [1 (i - 1)],
  • n : le nombre de mesures de vitesses angulaires utilisées dans la fenêtre de temps.


[0046] Avec une fenêtre de temps de T secondes, et en exécutant les étapes précédemment décrites sur les n mesures, on obtient

mesures de Wi et Yi, qui sont regroupées dans deux matrices A et Y s'exprimant de la manière suivante :





[0047] On obtient le système d'équation surdéterminé suivant : Y = A. X.

[0048] On estime le vecteur X en utilisant la méthode des moindres carrés ordinaires : = (AT.A)-1.AT.Y.

[0049] AT est la transposée de la matrice A.

[0050] On obtient une estimation des écarts angulaires



à chaque nouvelle valeur de signal balise SNR à partir de l'estimation de X :







[0051] A la fin de l'exécution des étapes décrites précédemment, le processeur dispose d'une valeur estimée pour l'écart au satellite suivant l'axe y et une valeur estimée pour l'écart au satellite selon l'axe z.

[0052] Les valeurs estimées



pour les écarts au satellite sont ensuite comparées au niveau du module de traitement des données à une valeur de référence, la valeur « 0 » qui est la consigne d'écart nul ou une valeur proche de zéro. Si les valeurs des écarts au satellite estimées sont trop éloignées de cette valeur de référence ou prouvent l'existence d'un dépointage trop important, alors le module de traitement 9 va émettre un signal de commande Sr vers le contrôleur de position 10 de l'antenne afin de la repositionner (de la repointer) pour obtenir une valeur de SNR optimal.

[0053] La correction à apporter est réalisée en continu en utilisant une boucle d'asservissement qui permet à tout moment de faire tendre cette valeur d'écart vers zéro.

[0054] Lorsque le véhicule sur lequel est montée la station Satcom n'a pas un mouvement trop rapide, il est possible de déterminer l'écart non plus en continu, mais à des instants donnés.

[0055] La figure 3 illustre une variante de réalisation qui tient compte du biais présent dans les vitesses angulaires mesurées.

[0056] La vitesse angulaire mesurée ε̇m est égale à :

avec
  • ε̇ : la vitesse angulaire vraie, non biaisée,
  • b : le biais de mesure à identifier.


[0057] L'objectif est de prendre en compte le biais de mesure afin de le supprimer et d'améliorer le calcul.

[0058] L'hypothèse suivante est posée :
  • Le biais est constant (varie lentement dans le temps par rapport aux autres signaux en jeux).


[0059] Pour un indice i, la valeur du SNRi mesurée s'exprime de la manière suivante :



avec :




  • les vitesses angulaires mesurées par les gyromètres de l'antenne,
  • bz, by : biais des gyromètres de l'antenne,
  • : période d'échantillonnage,
  • i : indice de la mesure courante dans la fenêtre de temps, i ∈ [1 n],
  • j : indice de la mesure précédant la mesure courante, j ∈ [1 (i - 1)],
  • n : nombre de mesure utilisée dans la fenêtre de temps.


[0060] On détermine les estimés optimales







et

au sens des moindres carrés des paramètres εz, εy, bz, by et SNR0. Il est possible d'utiliser toute méthode de résolution des moindres carrés connue de l'homme du métier.

[0061] Dans le cas où les paramètres



sont préalablement connus, un estimateur de biais 20 est disposé entre le récepteur de signaux 6 et le module de traitement des données 9 (figure 1).

[0062] L'estimateur de biais 20 reçoit en entrée :
  • La mesure de vitesse angulaire des gyromètres : ε̇ym, ε̇zm,
  • La mesure de signal balise : SNRi,
  • L'estimation des écarts au satellite, c'est-à-dire la sortie du module de traitement des données 9 :





[0063] Dans ce cas où les valeurs estimées des écarts



sont issues d'un module de traitement de données et utilisées comme entrées de l'estimateur de biais, une résolution par les moindres carrés ordinaires (linéaire) est utilisée pour calculer



et



avec





[0064] Ab est la matrice regroupant n lignes de Wbi. Yb est la matrice regroupant n lignes de Ybi.

[0065] L'estimation

permet d'estimer

et

et





[0066] A partir de l'estimation du biais,

et

on calcule les vitesses angulaires,











[0067] Les vitesses angulaires estimées

et

sont alors utilisées comme entrées de Yi et Wi (4) pour l'estimation suivante des écarts angulaires

et



[0068] Si les valeurs des écarts au satellite estimées sont trop éloignées de cette valeur de référence ou prouvent l'existence d'un dépointage trop important, alors le module de traitement 9 va émettre un signal de commande Sr vers le contrôleur de position 10 de l'antenne afin de la repositionner (de la repointer) pour obtenir une valeur de SNR optimale.

[0069] Sans sortir du cadre de l'invention, il est possible d'utiliser n'importe quelle méthode de résolution linéaire (méthodes récursives des moindres carrés, moindres carrés pondérés, moindres carrés totaux etc.) ou non-linéaire (optimisation numérique).

[0070] Le procédé et le dispositif selon l'invention présentent, en plus d'assurer un pointage optimal de l'antenne dans la direction du satellite afin de conserver une valeur maximale de signal de suivi, les avantages suivants :
  • Moins de capteurs nécessaires pour le suivi des satellites,
  • Les valeurs des écarts estimées sont indépendantes de l'architecture du positionneur,
  • Les mesures et les calculs en temps réel permettent une estimation des biais par le pointage,
  • La mise en oeuvre du procédé ne requiert pas de petits mouvements rapides contrôlés.



Revendications

1. Procédé pour conserver une direction de pointage d'une antenne dans l'axe d'un satellite caractérisé en ce qu'il exécute au moins les étapes suivantes :

Pour i variant de 1 à n, n étant un nombre de mesures données,

Mesurer une valeur d'un signal de tracking SNRi reçu depuis le satellite pour un instant donné,

Exprimer la valeur du signal de tracking SNRi en fonction des paramètres K1 et K2 liés au diagramme de l'antenne, d'une période de temps j, et d'une valeur de rapport signal à bruit SNR0 obtenue sans dépointage volontaire de l'antenne,

avec :

εz et εy des valeurs d'écarts au satellite,

i variant de 1 à n, indice d'une mesure de SNR dans une fenêtre de temps donnée,

j indice de la période de temps précédente d'indice i, on somme sur toutes les mesures précédentes,



et

les vitesses angulaires pour au moins deux axes y et z, différents de l'axe de pointage de l'antenne vers le satellite,

une période d'échantillonnage,

Définir une fonction de coût à partir de la valeur de SNRi et de sa valeur estimée







pi est un facteur de pondération choisi par l'opérateur,

Trouver les paramètres optimaux

et

au sens des moindres carrés, c'est-à-dire minimisant la fonction J à chaque pas de temps,

Utiliser le résultat de la comparaison des valeurs estimées à la valeur de référence pour conserver la direction de pointage.


 
2. Procédé selon la revendication 1 caractérisé en ce que :

on exprime la valeur SNR sous la forme d'un système linéaire en regroupant les résultats des n mesures dans une première matrice A exprimant les

et les

et une deuxième matrice X regroupant les valeurs d'écart au satellite et la valeur de rapport signal à bruit SNR0,

on estime un vecteur X à partir du système linéaire Y=AX en utilisant une méthode des moindres carrés ordinaire, pour chaque nouvelle valeur de signal de balise SNR, on déduit une valeur d'écart angulaire

selon l'axe y et une deuxième valeur angulaire estimée

selon l'axe z :





avec

-



les vitesses angulaires mesurées par des gyromètres situés au niveau de l'antenne,

- : la période d'échantillonnage,

- i : l'indice de la mesure dans la fenêtre de temps, i ∈ [1..n],

- j : l'indice de la mesure précédant la mesure courante i,

- n : le nombre de mesures utilisées dans la fenêtre de temps, les

mesures de Wi et Yi sont regroupées dans deux matrices A et Y:



On estime le vecteur X en utilisant une méthode des moindres carrés ordinaire : = (AT.A)-1.AT.Y, AT étant la transposée de la matrice A,

On obtient une estimation



pour chacune des vitesses angulaires



à partir de l'estimation de X :




 
3. Procédé selon la revendication 1 caractérisé en ce que l'on prend en compte les biais de mesure des vitesses angulaires et on exécute les étapes suivantes :
On exprime :



avec :

-



les vitesses angulaires mesurées par les gyromètres de l'antenne,

- bz, by : les biais des gyromètres de l'antenne,

- : la période d'échantillonnage,

- i : l'indice de la mesure courante dans la fenêtre de temps, i ∈ [1 ... n],

- j : l'indice de la mesure précédant la mesure courante i,

- n : le nombre de mesures utilisées dans la fenêtre de temps,
On détermine les estimations optimales





et

et

des paramètres εz, εy, bz, by et SNR0 au sens des moindres carrés.


 
4. Procédé selon la revendication 3 caractérisé en ce que l'on exprime le problème d'estimation des biais sous la forme d'un système linéaire dans le cas où les estimées des écarts



sont issues d'un module de traitement de données et utilisés comme entrées de l'estimateur de biais

avec



Ab est la matrice regroupant n lignes de Wbi. Yb est la matrice regroupant n lignes de Ybi.

L'estimation

permet d'estimer les biais

et



On estime les biais

et

puis on calcule les vitesses angulaires,








 
5. Procédé selon l'une des revendications 1 à 3 caractérisé en ce que les deux axes y et z pour déterminer des vitesses angulaires sont orthogonaux.
 
6. Procédé selon l'une des revendications 1 à 4 caractérisé en ce que l'on utilise la valeur zéro comme valeur de référence pour l'asservissement.
 
7. Procédé selon l'une des revendications 1 à 4 caractérisé en ce que l'on utilise pour l'estimation un mouvement de l'antenne en continu, généré par n'importe quel phénomène faisant bouger le faisceau de l'antenne par rapport au satellite (1), tel qu'un bruit de mesure, une flexibilité mécanique, une erreur d'asservissement, ou un mouvement volontaire réalisé par un opérateur.
 
8. Procédé selon l'une des revendications précédentes caractérisé en ce que l'on estime en continu la valeur des écarts angulaires et on utilise une boucle d'asservissement pour maintenir en position l'antenne dans une direction de pointage optimale.
 
9. Dispositif pour conserver une direction de pointage d'une antenne dans l'axe d'un satellite caractérisé en ce qu'il comporte au moins les éléments suivants :

Un module de mesure d'une valeur d'un signal SNRi émis par le satellite pour un instant i,

Un dispositif de détermination d'au moins une première vitesse angulaire et d'au moins une deuxième vitesse angulaire au niveau de l'antenne, pour au moins deux axes y et z, non orthogonaux et différents de l'axe de pointage de l'antenne vers le satellite,

Un module de traitement des données (9) configuré pour exécuter les étapes du procédé selon l'une des revendications 1 à 8, recevant les valeurs mesurées des vitesses angulaires, la valeur du rapport signal sur bruit mesurée SNR et générant un signal de commande à un dispositif de correction des écarts angulaires (10).


 
10. Dispositif selon la revendication 9 caractérisé en ce que le dispositif permettant de déterminer les vitesses angulaires est un gyromètre (7y, 7z).
 
11. Dispositif selon la revendication 9 caractérisé en ce que le dispositif permettant de déterminer les vitesses angulaires comprend un estimateur de biais des mesures (20).
 
12. Dispositif selon l'une des revendications 9 ou 10 caractérisé en ce qu'il comporte une boucle d'asservissement configurée pour corriger en continu un écart angulaire.
 




Dessins




















RÉFÉRENCES CITÉES DANS LA DESCRIPTION



Cette liste de références citées par le demandeur vise uniquement à aider le lecteur et ne fait pas partie du document de brevet européen. Même si le plus grand soin a été accordé à sa conception, des erreurs ou des omissions ne peuvent être exclues et l'OEB décline toute responsabilité à cet égard.

Littérature non-brevet citée dans la description